Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

dimanche 9 novembre 2008

Rock en pantoufles


photo: Valérie Jodoin Keaton

Karkwa ,Jeudi 11 déc 2008, Métropolis, 59, rue Ste-Catherine E., Mtl · (514) 844-3500

Si le grand public tarde malheureusement à découvrir les sympathiques et fort bien construites compositions rock, funk et jazz de Karkwa, plusieurs artisans de la chanson québécoise (lire Chloé Sainte-Marie, Vincent Vallières, Le Large Ensemble et Béluga) ont déjà reconnu la force du combo, invitant ses musiciens lors de multiples collaborations éclectiques. C'est qu'à défaut d'obtenir un soutien médiatique adéquat, Karkwa gagne du terrain, conquérant les spectateurs un à un lors de ses nombreux concerts qui font suite à la sortie du compact Le Pensionnat des établis.

ARTICLE - 23 octobre 2008, Voir.ca, Dominic Tardif :

Karkwa, Rock en pantoufles

Julien Sagot: "Il y a tout le temps des bouts où on peut improviser. C'est sain pour la santé mentale de ne pas avoir un show trop formaté."

Karkwa vient nous présenter sur scène Le Volume du vent dans les meilleures dispositions possible, à l'aise, en synergie, presque en pantoufles.

Pilote automatique: une expression que l'on n'est pas habitué d'entendre de la bouche d'un musicien. C'est pourtant celle que Julien Sagot, percussionniste de Karkwa, choisit pour décrire comment il se sent aujourd'hui, sur scène, avec ses quatre collègues. "Pilote automatique, ça ne veut pas dire "plate", ça veut dire "confort" aussi. Ça veut dire que tout est installé, que l'éclairagiste va faire ses punchs, que le gars du son va faire son job", explique-t-il. Stéphane Bergeron, batteur, précise: "Le pilote automatique fait que t'as vraiment une base solide dans ton show, que lorsque viennent les moments où tu te donnes plus de liberté, tu as plus d'assurance. Tu sais que tu peux jammer et aller très loin sans te perdre."

On reconnaît ainsi les cinq musiciens d'expérience de Karkwa, dont le récent confort technique n'est qu'un passeport pour plus d'explorations, de dérapes, qu'un moyen de donner leur pleine mesure sans se faire de tracas. "On sait qu'on a une base et que même si on est fatigués, même s'il y a des problèmes, on n'ira pas en bas d'un certain niveau de qualité", soutient Bergeron.

Donc pas de pilote automatique sur le plan musical pour Karkwa, qui offrira dans de nouveaux arrangements les pièces de son précédent album, Les tremblements s'immobilisent, et qui ne dédaigne pas quelques incursions dans l'univers du rock progressif. "Les structures sont très ouvertes. Il y a tout le temps des bouts où on peut improviser. C'est sain pour la santé mentale de ne pas avoir un show trop formaté", avoue Sagot.

PRÈS DU PARADIS

Confortablement installée, la bande de Louis-Jean Cormier (chanteur-guitariste) l'était moins lors de ses trois concerts donnés avec Patrick Watson en juin dernier. À peine quelques petites heures de répétition et les deux formations se lançaient dans les The Great Escape de l'un et les Coup d'État de l'autre. Pour Sagot, la hardiesse allait s'avérer fructueuse. "C'est un des meilleurs shows que j'ai faits dans ma vie", confie le musicien qui en a vu d'autres. "Ce sont des gars que je trouve individuellement très inspirants."

La franche camaraderie qui unit Patrick Watson et Karkwa, autant humainement qu'artistiquement, a peut-être aussi à voir avec la similarité de leurs parcours, qui leur ont permis de se ménager un espace entre succès populaire et reconnaissance des acteurs de la musique émergente (Karkwa cumule, par exemple, quatre nominations au prochain Gala de l'ADISQ et a remporté trois prix au dernier GAMIQ). À ceux qui leur reprocheraient d'être ratoureux et de jouer sciemment sur une frontière floue, Stéphane Bergeron répond: "Je trouve que c'est typiquement québécois. À partir du moment où un groupe que tu as épaulé et soutenu pendant un certain nombre d'années connaît du succès, à cause d'un certain manque de fierté ou de vision, faudrait quasiment que tu le renies. Mais notre disque, c'est le même disque."

À écouter si vous aimez : Radiohead, Patrick Watson, El Motor

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

"[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.