Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

samedi 31 mai 2008

Karkwatson : pour une histoire de trois soirs

De Benifer à Tomkat en passant par Brangelina, l’association de grandes vedettes hollywoodiennes a mené, au fil des ans, à de captivantes créatures médiatiques. Dans la même lignée, Karkwatson, l’union récente et inespérée de deux des plus talentueuses formations indie-pop québécoises, promet de faire des étincelles! Assisterions-nous à la naissance d’un nouveau «supercouple»?

Imaginé par l’auteur-compositeur Jim Corcoran, à l’occasion de l’événement One Night Stand, qui se tenait plus tôt cette année à Winnipeg, le mariage de Karkwa et du Patrick Watson Band a eu l’effet d’un électrisant coup de foudre.

«Dès le départ, c’était un peu comme un club échangiste, notre affaire!» a rigolé le sympathique Patrick Watson, rencontré cette semaine par Le Soleil.

Pour le plus grand plaisir de tous, les univers proches des deux formations s’étaient amalgamés tout naturellement, en une seule répétition. De quoi donner l’envie aux neuf musiciens de répéter l’expérience! C’est exactement ce qu’ils feront à l’occasion d’une série trois spectacles, soit un à Québec (le 12 juin à la salle Louis-Fréchette) et deux à Montréal (les 13 et 14 juin au National), qui suivront une résidence de deux jours au Grand Théâtre.

Partant du répertoire de chacun des groupes, les musiciens réarrangeront et réinterpréteront, quand ils ne créeront pas de toutes pièces! Déjà, les maquettes de quatre nouvelles compositions, pour la plupart mitonnées conjointement par Watson et François Lafontaine, claviériste de Karkwa, font l’objet d’écoutes intensives de part et d’autre. Sans compter que le clan Watson profitera aussi de ce banc d’essai pour tester des titres de son prochain album.

Ainsi, on pourra entendre — fait rare! — Patrick Watson chanter en français des chansons tirées des trois disques de Karkwa, dont Le volume du vent, sorti récemment. Un défi auquel il a hâte de s’attaquer! De son côté, Louis-Jean Cormier en fera de même, en anglais, avec les pièces de Just Another Ordinary Day et Close to Paradise.

«D’où je suis, je trouve ça vraiment l’fun à entendre! J’aime ce que ça fait, esthétiquement, que d’entendre Patrick chanter en français avec son accent anglais…», a quant à lui fait savoir le batteur Stéphane Bergeron, de Karkwa.

Beaucoup de basse

Avec ses deux pianos, ses deux guitares, ses deux batteries, ses innombrables percussions, son vibraphone, ses deux basses ainsi que la panoplie instrumentale qu’il entend emprunter à l’OSQ, la formation promet des moments de haute densité sonore!

«On parle de deux groupes de musiciens très talentueux. Je n’ai pas de doute qu’on va arriver à faire beaucoup de choses ensemble. Ce qui est certain, c’est qu’il y aura beaucoup de basse!», prévient Patrick Watson, admettant du même souffle que cela pourrait occasionner un beau casse-tête sur le plan de la technique.

L’auteur-compositeur se dit néanmoins confiant que l’expérience, dont les trois volets seront enregistrés aux fins d’un éventuel album, donnera des résultats concluants. Selon lui, le seul ingrédient essentiel à ce genre de rencontre, c’est la complicité. Les neuf musiciens, qui se connaissent et se côtoient dans toutes sortes d’événements depuis déjà un bon moment, n’en manquent pas.

«Dans le fond, la musique, c’est une affaire de chimie. Et ça, on en a! On pourrait être stressés — la salle est grosse, on va enregis-trer —, mais on sait quoi faire. Déjà, on a une base. En plus, si la magie opère, ça va être le fun! Chose certaine, ça part bien… On est tous très contents des pièces qui ont été composées pour le show», ont indiqué à la suite Watson, Stéphane Bergeron et le percussionniste Julien Sagot (Karkwa).

Au 400e

La première fusion des deux formations avait permis aux musiciens de faire quelques constations surprenantes. D’une part, Patrick Watson s’est étonné de la similarité existant entre son jeu pianistique et celui de François Lafontaine. «On joue tous les deux avec beaucoup de sustenato, ce qui est plutôt rare…» a-t-il remarqué. De l’autre, Stéphane Bergeron a noté des différences majeures entre les façons dont Robbie Kuster et lui approchent la batterie. «Ce qui serait intéressant, cette fois-ci, ce serait d’échanger nos parties, lui et moi… L’ajustement de ses tambours et leur sonorité sont complètement différents des miens.»

Après la parenthèse Karkwatson, les deux groupes retourneront aux affaires courantes. De son côté, Karkwa a plusieurs projets en chemin, dont l’enregistrement d’une chanson pour un album hommage à Félix Leclerc. La formation devra également répéter la portion du spectacle du 400e de Québec qu’il offre en compagnie d’Ariane Moffatt, après quoi il se rendra en France pour une semaine. Cet été, il participera aussi à plusieurs festivals, dont Woodstock en Beauce à la fin de juin.

De l’autre, le Patrick Watson Band, prendra la direction de l’Europe, où il offrira quelques spectacles en plus de commencer «la recherche et le développement» en vue d’un troisième album qu’il compte enregistrer à l’automne.

Kathleen Lavoie/ Le Soleil/ Québec

Karkwa: 10 ans et toutes ses dents

Entrevues Bang Bang TV
18 avril 2008
Karkwa: 10 ans et toutes ses dents

Roger Chayer va rencontrer le groupe Karkwa dans son local de pratique pour lui offrir un gâteau et le faire participer à un quiz.. Connais-tu ton Karkwa?

Voir la vidéo de l'interview sur le site de Bang Bang TV

The soul of Quebec

A large tribute to Félix Leclerc, the patron saint of modern chanson in this province, will bring the curtain down on Les FrancoFolies Aug. 2

It's hard to believe that Félix Leclerc, the patron saint of modern Quebec chanson, died 20 years ago. Any discussion of the chansonnier movement, from the 1950s to now, inevitably passes through the bard of Île d'Orléans. His name is immortalized on the awards annually given by ADISQ, for excellence in Quebec music, and the Prix Félix-Leclerc has been given to worthy singer-songwriters at Les FrancoFolies for the past 11 years.

That's why a strong contingent of Quebec stars was on hand at Monument-National earlier this month to kick off the commemorative celebrations - from boomer veterans like Chloé Ste-Marie and Richard Séguin to younger stars like Karkwa, Vincent Vallières and Marie-Élaine Thibert. Not to mention Italian party guy Marco Calliari and impresario Donald 'DKD' Tarlton, whose Tacca label is preparing a tribute disc, due Sept. 2.

Among the other activities this year is a large homage at Theatre Maisonneuve on Aug. 2 as part of the FrancoFolies (including many artists appearing on the tribute disc), a souvenir symbolic bracelet (with profits going to the Leclerc Foundation's grant for the Francos prize) and special performances at L'Espace Félix-Leclerc on Île d'Orléans by Diane Dufresne (June 15), Johanne Blouin (Aug. 8) and Richard Séguin (Sept. 11-13).

While the genius simplicity of Leclerc's lyrics and aesthetic was mentioned by everyone, there was a wide range of reasons why singers and musicians are indebted to him.

We started with members of Karkwa, the rock band often compared to Radiohead for its sonic brilliance.

"Félix's appeal," said percussionist Julien Sagot, "is in the depth and authenticity of his lyrics, which touch young and old alike. He shines through time with just that voice and guitar, no orchestration, that's both very simple and very surprising at the same time."

His songs, said drummer Stéphane Bergeron, "are like beautifully constructed old houses and buildings, like the oldest cities that are still the most attractive places to visit on Earth. They stay beautiful forever."

(...)


Félix: L'homme de paroles closes Les FrancoFolies on Aug. 2 at Théâtre Maisonneuve of Place des Arts. Tickets are $29.50-$39.50, available at the box office. Call 514-842-2112.
© The Gazette (Montreal) 2008


JUAN RODRIGUEZ
Freelance

jeudi 29 mai 2008

Karkwatson (Patrick Watson and Karkwa)

La scène du nouveau rock québécois comptera dans ses rangs une nouvelle entité mystérieuse dont les membres ont été maintes fois récompensés: Karkwatson.

Fusion éclatée des talents et univers musicaux respectifs de Patrick Watson et Karkwa, cette série de trois concerts inédits et exclusifs est présentée par SIRIUS Radio Satellite.

Produit d'une culture musicale commune et d'un rapport au travail de composition polyvalent, la collaboration entre Karkwa et Patrick Watson - qui n'en est pas à ses premiers balbutiements – laisse entrevoir des musiques faisant tantôt place à des moments intimistes, tantôt à des ambiances cinématographiques et même à des envolées puissamment rock.

Karkwatson, c’est la narration omnisciente d’une expérience harmonique sans pareille dont le spectateur tourne les pages une à une. Le croisement de ces neuf musiciens chevronnés aux atomes crochus promet de décupler l’intensité de leurs arrangements, un des piliers de leur notoriété ici comme ailleurs.

Où: Le National
1220, rue Sainte-Catherine Est
Montréal, QC H2L 2G9 Achat de billets
Quand: 13-14 juin 2008

L'été dans tous ses états


Estival rime avec festival qui rime avec Montréal. Si les grands événements sont encore plus nombreux cette année dans la Métropole, il y en a aussi de plus petits qu'on ne doit pas passer sous silence. Une chose est certaine: il fera shows cet été!

(...)

DE 7 A 77 ANS

Si notre société était à l'image des FrancoFolies de Montréal, petit-fils jouerait aux cartes avec mère-grand tous les dimanches, tandis que grand-père prendrait sa bière aux Foufounes Électriques avec DJ Cherry Cola.

Du 25 juillet au 2 août, ce sont les cinquantenaires Amadou et Mariam qui passeront le flambeau au jeune couple de Tricot Machine. Figures marquantes de la chanson française, Véronique Sanson et Michel Fugain se produiront la même fin de semaine que Navet Confit et les rockeurs de Deportivo.

Deux jours après l'événement HHD qui réunira une quantité impressionnante de jeunes rappeurs d'ici, Catherine Ringer des Rita Mitsouko foulera les mêmes planches du Métropolis pour donner son premier concert en sol québécois depuis la mort de son acolyte Fred Chichin.

Jeune loup, Le Husky se produira en formule trio intime en première partie du vétéran Monsieur Mono. Formé il y a deux ans seulement, le groupe français Mademoiselle K attirera les regards, tout comme l'actrice Victoria Abril qui présentera le même soir les pièces de son album Olala!.

Mais le plus bel échange intergénérationnel se déroulera en ouverture de festival, lors du concert Les pop et rock, 20 ans de FrancoFolies animé par les Moquettes Coquettes. Michel Rivard, Louise Forestier, Yves Lambert, Dan Bigras et Vincent Peake (éternel ado) y célébreront les Francos entourés de plusieurs jeunes, dont Louis-Jean Cormier (Karkwa). Le spectacle compte parmi les événements spéciaux entourant les 20 ans des FrancoFolies, tout comme les quatre représentations de Mutantès de Pierre Lapointe, les 100 chansons interprétées par Gregory Charles en cinq soirs et l'hommage à Félix Leclerc décédé il y a 20 ans. Info: francofolies.com. (O.R.L.)


mercredi 28 mai 2008

Festival en chanson de Petite-Vallée

La formation Tricot Machine reprend la pièce Ils s'aiment de Daniel Lavoie sur un disque soulignant le 25ième anniversaire du Festival en chanson de Petite-Vallée. En vente le mardi 27 mai, l'album comprend plusieurs collaborations inédites.

Daniel Boucher, Daniel Lavoie et Richard Séguin s'attaque à quelques pièces de Daniel Boucher.


Louis-Jean Cormier (Karkwa) et Marie-Claire Séguin interprètent Si les bateaux de Gilles Vigneault.


Pépé chante Rideau de Plume Latraverse. Pierre Flynn se commet en duo avec Luce Dufault. Marie-Pierre Fournier y interprète une chanson composée par Michel Rivard et Louis-Jean Cormier. Luce Dufault propose une pièce signée Richard Séguin et Guy-Phillipe Wells.


Lauréats 2007 du Festival en chanson de Petite-Vallée, Félix Soude et Alecka offrent une composition inédite, tout comme les quatre autres finalistes: Hubert Cotton, Kathia Rock, Caroline D'été et le duo Darling A.


Puis, Richard Séguin, Daniel Boucher et Michel Rivard immortalisent une pièce d'Alain Côté, grand manitou du Festival.

dimanche 25 mai 2008

La bise de Blainville

C'est ce soir que le groupe Karkwa lancait au grand public sont troisième album Le volume du vent déjà la critique encense le groupe pour la qualité et variété de leur musique. Vous me demanderai surement pourquoi en parler ici. La raison est fort simple. Voyez-vous, un des membres du groupe Notamment Martin Lamontagne bassiste, est originaire de Sainte-thérèse.

D'autant plus qu'il fut un grand ami personnel a qui je doit encore quelques découvertes et une notion de la passion que seul lui pouvait donner au autres. J'ai eu la chance d'assister au lancement et croyez moi la critique a raison. Si vous ne connaissez pas encore Karkwa ne tardez pas. Visitez leurs site pour des extraits sonores et aussi une bio beaucoup plus complète du groupe. On peut le trouver au www.karkwa.com J'attend avec impatience la chance des les revoir en spectacles, l'avant-goût qu'ils nous ont donner ce soir était sublime.

blainville.biz

David Marin : Formule réduite, entre amis

David Marin en a vécu, des hauts et des bas, avant de sortir son premier album, À côté d’la track, ce printemps. On pourrait pourtant considérer le concert qu’il vivra demain comme étant un véritable test.

«Ça fait une semaine que je suis nerveux. C’est mon plus gros défi depuis le lancement de l’album, surtout que le spectacle ne ressemble pas du tout au disque. Il va falloir que j’aille au bat!» lâche l’auteur-compositeur- interprète. Ce dernier a effectivement opté pour une formule se détachant totalement de ce qu’on peut entendre sur son enregistrement.

«C’est comme un one night stand! Ce n’est pas le show que je vais promener à l’automne. Il va y avoir un côté intimiste. Je jouerai en grande partie en solo, avec quelques amis musiciens qui viendront ajouter des trucs aux chansons. Avant que l’album sorte, j’ai beaucoup joué seul à la guitare ou au piano. C’est le test ultime pour les chansons. Quand elles tiennent dans une formule réduite, c’est bon signe. C’est aussi une bonne façon de connaître mon univers. Ce sera moins rock, mais les textes seront davantage mis en valeur», allègue-t-il.

ENTRE AMIS

Comme David Marin l’a dit, quelques-uns de ses amis musiciens viendront se joindre à lui sur la scène du Verre Bouteille au cours de la soirée.

Quelques noms sont déjà confirmés, dont la bassiste Marie-Pier Fournier et le percussionniste Julien Sagot (Karkwa). «Au départ, je voulais avoir tous les collaborateurs de l’album, mais ils sont présentement en studio. Je vais peut-être devoir me reprendre cet été», indique-t-il.

Le disque renferme entre autres les collaborations du leader de Karkwa, Louis-Jean Cormier, à titre de réalisateur et de multi-instrumentiste, ainsi que du claviériste de Karkwa, François Lafontaine. «Je suis un fan de Karkwa depuis le début. Louis-Jean Cormier m’a bien aidé à choisir mes tounes pour le disque, car il ne connaissait pas mes compositions et avait une oreille fraîche. Il m’a aussi aidé à réapprivoiser mes chansons plus usées», explique celui qui a atteint la finale des Francouvertes 2006.

David Marin, au Verre Bouteille demain, dimanche 25 mai.

Philippe Renault / Journal de Montréal

David Marin s’attaque à la scène

APRÈS LE LANCEMENT DE L’ALBUM À CÔTÉ D’LA TRACK

David Marin s’attaque à la scène

David Marin baigne dans le milieu musical depuis l’enfance. Après avoir passé des années à vivre sa passion pour la musique à travers les voyages et une incursion dans le domaine de la radio, l’auteur-compositeur-interprète a lancé en mars dernier son tout premier album intitulé À côté d’la track.
Ayant maintenant franchi une étape essentielle dans l’évolution de sa carrière, le jeune chanteur folk compte dorénavant travailler sur ses futurs spectacles. Dimanche soir, il donnera un concert intime au bar Le Verre Bouteille de Montréal en compagnie de ses invités Marie-Pierre Fournier, Jean-François Fortier et Julien Sagot du groupe Karkwa.

Un parcours unique

La guitare, l’accordéon, le piano et le saxophone sont tous des instruments que David Marin a appris à maîtriser au fil des années. Adolescent, il hésite à se lancer dans des études en musique et choisit plutôt le domaine des communications lorsque vient le temps de faire le grand saut au Cégep.

«Je n’étais pas particulièrement académique musicalement, et ce, même si j’avais déjà suivi des cours étant plus jeune. Le théâtre est un domaine qui me tentait quasiment plus. À 17 ans, le monde de la communication m’a alors semblé être un beau compromis, raconte David Marin. En fait, je souhaitais quitter Drummondville, la ville où j’ai grandi. J’avais envie de partir et de voyager. C’est comme ça que je me suis retrouvé à Jonquière en Art et technologie des médias.» C’est après un voyage en Europe, financé par ses performances musicales données dans les rues de grandes villes comme Amsterdam et Barcelone, que le chanteur décide de se consacrer plus sérieusement à sa carrière artistique.

En 2004, il remporte le premier prix à sa première Place des Arts dans la catégorie Auteur-compositeur-interprète de l’année. Deux ans plus tard, c’est aux Francouvertes que le musicien se démarque en décrochant la troisième place lors de la finale de l’événement. À la suite de cette distinction, en 2006, David Marin amorce ses démarches afin de trouver les collaborateurs idéaux qui participeront à la création de son premier album. C’est finalement Louis-Jean Cormier, chanteur de la formation Karkwa, qui participera à la réalisation et aux arrangements des 14 pièces d’À côté d’la track.

« Je n’ai pas eu de révélation divine. J’ai attendu d’avoir assez de chansons avant de penser à travailler sur un album. Souvent, ce n’est pas faire un album en tant que tel qui est difficile. Ce qui est moins évident, c’est d’avoir des chansons qui sont intéressantes. Dans la vie, on n’a jamais deux chances de faire une première bonne impression. Je suis très autocritique. C’est pour cette raison que ça a pris du temps avant que je sorte un album », a confié le chanteur.

La scène

David Marin travaille en ce moment sur la préparation de deux formules de spectacles qu’il compte bien pouvoir présenter d’ici l’automne prochain. « Dimanche, c’est un spectacle plus intime que je présenterai au public, a-t-il précisé. C’est cet été que je vais travailler sur la préproduction d’un spectacle plus rock qui va vraiment coller à mon album. » Par conséquent, le chanteur n’a pas encore un calendrier de concerts fixe pour l’été, malgré le fait qu’il compte faire quelques apparitions dans certains festivals à Montréal et à Québec.

« Tout ce que je sais pour l’instant, c’est que je souhaite conserver la formule avec invités pour mon spectacle intime. Ça amène beaucoup de spontanéité au show original. Certains changements peuvent se faire la journée même selon les différents apports des invités, affirme-t-il. Non seulement c’est l’fun pour le public, mais c’est l’fun pour nous aussi. » Toutes les informations sur David Marin se trouvent sur son site officiel au www.davidmarin.com

Vanessa Guimond

jeudi 22 mai 2008

Woodstock en Beauce le 26 juin



Deux ans et demi après Les tremblements s’immobilisent, la formation Karkwa a lancé dernièrement Le volume du vent, qui s’inscrit dans la lignée du disque précédent tout en soufflant sur des terres nouvelles. En contrôle comme jamais de leur signature sonore, les cinq musiciens nous proposent un voyage marquant, dans le relief toujours changeant du monde actuel. Émergeant d’une période d’activité intense, faite de tournées, ici comme en France, de spectacles aux cotés de créateurs d’envergure, la formation nous présente un spectacle rassemblant les anciennes et les nouvelles chansons de leur répertoire prémisse de la tournée en salle de l’automne prochain.

mardi 20 mai 2008

Karkwatson: mystérieuse union de Karkwa et Patrick Watson

Karkwatson, mystérieuse entité musicale qui rassemble le groupe Karkwa et Patrick Watson, se produira le mois prochain dans la Vieille-Capitale et la métropole. Le 12 juin, tout ce beau monde brûlera les planches du Grand-Théâtre de Québec. Les 13 et 14 juin, Karkwatson présentera son spectacle au National de Montréal. Les billets pour ces concerts sont présentement en vente.

«La formule collectif se prête particulièrement bien à nos univers musicaux respectifs et ça nous permet d'atteindre des sonorités autrement inaccessibles», explique le chanteur et guitariste de Karkwa, Louis-Jean Cormier, dans un communiqué.

Lors de ces spectacles, on peut donc s'attendre à des moments intimistes, à des envolées planantes et à des ambiances cinématographiques, le tout relevé de guitares parfois mordantes.

vendredi 16 mai 2008

Karkwa (Louis-Jean et Stéphane) invités de Francophonie Express

Dans ton salon, Karkwa

Une création de Véronique Boisjoly

Pour le cinquième épisode de Dans ton salon, on a décidé de se payer la traite. Véro et Marie-Claude sont allées rencontrer les cinq gars de Karkwa. On a traîné aussi Julien Cayer, qui avait pour mission de s’assurer que tout sonne béton.

Après une bouffe sympa dans un bistro farfelu du quartier Hochelaga-Maisonneuve, on s’est pointés quelques minutes en retard chez Stéphane, le batteur du groupe. C’est son salon qui a été désigné pour le tournage.

Nous étions attendus de pied ferme. On prend quelques instants pour arriver, s’installer, faire connaissance. On est tout impressionnés par les lieux: on a l’impression d’être dans Décormag...

On n’a même pas commencé à discuter que les gars s’attaquent déjà à la chanson qu’ils vont faire pour nous, Oublie pas. Ça négocie fort afin de savoir qui fait quoi. Mais spontanément, instinctivement, Stéphane se met à taper derrière le piano, Julien sur le meuble de la télé et Martin sur ses cuisses, tandis que François est au piano et Louis-Jean est à la guitare. Le résultat est magique, on a les petits poils dans le cou dressés dans les airs, bien que ce ne soit que la répétition…

Autour de la table, dans cet appartement de grandes personnes, on discute avec ces gars qui nous donnent l’impression qu’ils ne vieilliront jamais. Ils s’obstinent, se coupent la parole et se taquinent. Ils parlent fort, mais avec sincérité.

Après quelques bières, ils reprennent leurs instruments et leurs positions et s’attaquent à leur version de salon de Oublie pas. Le premier départ est raté, ils s’interrompent après quelques mesures. Ils pouffent de rire à la deuxième prise. Ils recommencent une troisième fois. Puis une quatrième. Cette fois-ci, ils mènent la chanson à terme, mais ne sont pas entièrement satisfaits. Ils sont d’avis que la répétition était meilleure…

Nous, on est comblés, on a entendu cinq fois notre demande spéciale!


Dans ton salon Karkwa from P45 on Vimeo.

Texte et animation: Marie-Claude Beaucage
Images: Véro.B
Son (entrevue et performance): Julien Cayer
Montage: Caroline Bâcle
Intro: Paul Tom

Le site MySpace de Karkwa: myspace.com/karkwa
Leur site officiel: karkwa.com

Le Québec se souviendra

De gauche à droite, Nathalie Leclerc, Marco Calliari, Vincent Vallières, Marie-Élaine Thibert, Richard Séguin, Chloé Ste-Marie et le groupe Karkwa.

Un grand spectacle que mettra en scène Dominic Champagne soulignera le 2 août le 20e anniversaire de la mort du poète et chanteur Félix Leclerc. Né le 2 août 1914, ce monument de la chanson québécoise s'est éteint le 8 août 1988. Il avait 74 ans.

Les noms des invités du spectacle-hommage, qui clôturera les prochaines FrancoFolies de Montréal, seront dévoilés sous peu. De nombreux comédiens et chanteurs seront réunis sur scène « afin de célébrer les poèmes signés Leclerc », dit un communiqué officiel.

Album et cabaret

Un album en hommage à Félix Leclerc sortira le 2 septembre.

Une quinzaine de chanteurs et de groupes, dont Johanne Blouin, Patrick Bruel, Jorane et Gregory Charles, reprendront tour à tour Moi mes souliers, Bozo, Le petit bonheur et d'autres classiques du poète disparu.

Des célébrations sont aussi prévues à l'Espace Félix-Leclerc, à l'île d'Orléans, qui abrite une exposition d'objets de l'artiste et une boîte à chansons. Diane Dufresne (15 juin), Johanne Blouin (8 août) et Richard Séguin (11 au 13 septembre) s'y succéderont au cours de l'été.

Les commémorations officielles de la mort de Félix Leclerc sont notamment une initiative de sa fille, Nathalie Leclerc.

mercredi 14 mai 2008

Karkwa reprendra "le tour de l'île" de Felix Leclerc

Félix Leclerc, notre tout premier auteur - compositeur - interprète de renommée dans la francophonie, qui a écrit pas moins de 147 belles chansons et donné son nom aux trophées remis par l'industrie musicale québécoise, est mort le 8 août 1988. De nombreuses activités, dévoilées hier en conférence de presse, souligneront le 20e anniversaire de sa mort.

Marie-Élaine Thibert et Chloé Ste-Marie figurent parmi les artistes qui célébreront la mémoire de Félix Leclerc sur la compilation dont la sortie est prévue pour septembre prochain.
Photo Armand Trottier, La Presse

Au nombre de ces événements, il y a le lancement, le 2 septembre prochain, sur étiquette Tacca, d'un album de chansons de Leclerc reprises par Karkwa (Le tour de l'île), Gilles Vigneault (Moi, mes souliers), Marie-Élaine Thibert (la magnifique et méconnue Bon voyage dans la lune), Richard Séguin (Présence), Patrick Bruel (Bozo), mais aussi Jorane, Marco Calliari, Gregory Charles, Kevin Parent, Chloé Ste-Marie, Johanne Blouin, Marc Déry, Thomas Hellman et Vincent Vallières. «Mon père jouait beaucoup de Félix Leclerc à la guitare, il le chantait, ce n'est pas par hasard que j'ai interprété Le tour de l'île sur mon premier album, a expliqué avec chaleur Marie-Élaine Thibert. Il n'y a pas une chanson de Félix qui n'est pas belle.»


Richard Séguin, qui a bien connu le chanteur-poète et popularisé sa chanson Le p'tit train du Nord dans les années 70, du temps des Séguin, a renchéri: «Félix Leclerc me fait penser au proverbe «Ce sont les racines qui donnent les fruits»; tous ceux qui font ici le métier de travailler avec la voix, avec la guitare, se tournent nécessairement vers celui qui nous a ouvert le sentier. Je suis bien content qu'il y ait un phare sur l'affiche des festivités autour de Félix, c'est exactement ce qu'il est pour nous: un phare, et ils sont rares, nos phares.»

Notons que, pour chaque album vendu, Tacca versera 1 $ à la Fondation Félix-Leclerc, dirigée par Nathalie Leclerc, fille du chanteur. Pour souligner dignement le 20e anniversaire de la disparition de Leclerc, la Fondation organisera d'autres événements, à commencer par un spectacle-bénéfice de Diane Dufresne le 15 juin dans l'île d'Orléans, à l'Espace Félix-Leclerc, boîte à chansons-musée dont l'objectif est de perpétuer la mémoire du chanteur, notamment auprès des plus jeunes.

Un site internet a également été mis en ligne hier (felixleclercjemesouviens.com), où figure le programme des activités. Toujours afin d'amasser des fonds au profit de la Fondation, un bracelet de plastique bleu Québec, portant la mention «Je me souviens» sera vendu 1 $ à diverses occasions cet été.

Par exemple, pendant les FrancoFolies de Montréal, le 2 août, au cours d'un grand spectacle mis en scène par Dominic Champagne, "un être vraiment exceptionnel" qui a plongé dans l'oeuvre de Leclerc pour les besoins de la cause, a souligné Nathalie Leclerc, manifestement émue de voir l'intérêt du metteur en scène pour les chansons et poèmes de son père qui, en passant, aurait eu 94 ans le jour même du spectacle.

Mentionnons qu'il y aura aussi un film de Jean-Claude Labrecque sur Leclerc, cette année, et que d'autres projets seront annoncés sous peu. «C'est toujours magnifique de voir que les gens s'intéressent à ce qu'a écrit mon père, a lancé Nathalie Leclerc, et c'est vrai qu'il écrit bien en maudit! Même les gens de ma connaissance qui sont fédéralistes deviennent tous nationalistes le temps d'une chanson quand ils écoutent Le tour de l'île

mardi 13 mai 2008

Karkwa participe à un album hommage à Felix Leclerc

Plusieurs événements souligneront le 20e anniversaire de la mort de Félix Leclerc

MONTREAL — L'esprit de Félix Leclerc survolera le Québec cet été alors qu'une foule d'événements sont prévus pour souligner le 20e anniversaire de son décès, le 8 août 1988.

La fille de Félix Leclerc, Nathalie, a présenté mardi à Montréal la programmation des événements prévus, ne cachant pas son émotion et faisant preuve, du même coup, d'une spontanéité et d'une sincérité sans doute héréditaires...

"C'est toujours magnifique pour moi de voir comment aujourd'hui vous êtes encore intéressés par lui, par son oeuvre et puis... c'est vrai qu'il écrit bien en maudit! Parce qu'il y a encore aujourd'hui des chansons qui sont très actuelles. C'est comme ça qu'une oeuvre peut traverser le temps, c'est quand il n'y a pas de mode et qu'il y a beaucoup d'authenticité."

Nathalie Leclerc a ajouté que l'oeuvre de son père rejoint même ceux qui n'étaient pas encore nés lorsqu'il est disparu.

"Les tout-petits que je rencontre à l'Espace Félix-Leclerc, où je fais des ateliers d'animation pour les enfants, ne l'ont pas connu. Ils n'étaient même pas vivants quand mon père est mort, et aujourd'hui ils me disent: ben, il était cool ton père, c'est quelqu'un d'intéressant, on va le lire et on va le découvrir."

Parmi les moments qui marqueront cet anniversaire, on note le lancement d'un album hommage le 2 septembre. Celui-ci réunira les Gilles Vigneault, Richard Séguin, Gregory Charles, Kevin Parent, Marie-Elaine Thibert, Chloé Ste-Marie, Johanne Blouin, Patrick Bruel, Mario Calliari, Marc Déry, Thomas Hellman, Jorane, Karkwa et Vincent Vallières.

Le 2 août, le spectacle de clôture des FrancoFolies de Montréal sera aussi un hommage à Félix Leclerc et présentera plusieurs comédiens et interprètes dont l'identité sera dévoilée prochainement. On sait déjà, toutefois, que la mise en scène a été confiée à Dominic Champagne.

L'Espace Félix-Leclerc sur l'Ile d'Orléans, qui héberge une exposition d'objets de l'artiste disparu et une boîte à chansons, ne sera pas laissé pour compte, bien au contraire. Cette scène accueillera notamment, le 15 juin, Diane Dufresne, suivie de Johanne Blouin le 8 août et, les 11-12 et 13 septembre, de Richard Séguin.

Par ailleurs, des bracelets souvenir bleus arborant l'inscription "Félix Leclerc: Je me souviens" seront mis en vente et les profits seront remis à la Fondation Félix-Leclerc, qui soutient la relève québécoise dans le domaine de la poésie et de la chanson.

Patrick Watson et Karkwa s'unissent

Patrick Watson et la formation Karkwa s'unissent pour présenter le spectacle "Karkwatson" le 12 juin au Grand Théâtre de Québec et les 13 et 14 juin au National à Montréal. Entouré de ses musiciens, Watson y interprètera ses propres pièces, tout comme Karkwa, mais se succèderont aussi plusieurs collaborations entre les deux troupes.

Rappelons que Patrick Watson a participé au dernier album de Karkwa, Le Volume du vent. Il y interprète quelques harmonies vocales sur la pièce Le Compteur. Les billets sont présentement en vente via le réseau Admission.

12 mai 2008, 4:02 Par: Olivier Robillard Laveaux voir.ca

vendredi 9 mai 2008

Karkwa s'associe à Reporters Sans Frontières


Reporters Sans Frontières Canada lance la campagne "Pour la liberté de la presse en Chine"

MONTREAL, le 8 mai /CNW Telbec/ - A trois mois de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Pékin, Reporters sans frontières Canada lance, le jeudi 8 mai, la campagne de célébrités "Pour la liberté de la presse en Chine" et dévoile à cette occasion la liste des personnalités ayant à ce jour accepté de s'associer avec elle.

Cette campagne consiste en une série de portraits photos qui seront publiés entre le 8 mai et le 8 août, date de la cérémonie d'ouverture des J.O. Sur cette campagne à destination de la presse écrite québécoise, une personnalité différente par semaine pose avec le chandail Pékin 2008 (imprimé du fameux logo aux menottes), présentement en vente pour financer les actions de l'organisation.

Les dix personnalités suivantes ayant officiellement accepté de s'associer à Reporters sans frontières Canada dans sa lutte pour le respect de la liberté de la presse en Chine sont: Richard Petit, Ariane Moffat, Lucie Laurier, Karkwa, Benoît Dutrizac, Emmanuelle Béart, Vincent Gratton, le photographe Olivier Hanigan, Alina Fernandez et Marc Labrèche.

"Pour la liberté de la presse en Chine" s'inscrit dans le cadre d'une campagne mondiale intitulée "Pékin 2008" ayant déjà mobilisé des milliers de personnes à travers le monde, depuis l'allumage de la flamme à Olympie en mars dernier et dont les action sont visibles sur le site www.rsf.org.

Renseignements: Pour obtenir les visuels ainsi que pour toute demande d'entrevue, veuillez s'il vous plaît contacter: Katherine Borlongan, Directrice générale, Reporters sans frontières Canada, (514) 521-4111, rsfcanada@rsf.org

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

"[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.