Karkwa la grande réunion d'octobre 2017

Karkwa la grande réunion d'octobre 2017

Depuis la pause de décembre 2011

Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

lundi 31 mai 2010

Karkwa au grand théatre de Québec

Après avoir sillonné les routes pendant plus de deux ans et avoir fait salle archicomble à trois occasions à Octave-Crémazie, Karkwa sera de retour pour présenter Les chemins de verre, le 18 novembre prochain, cette fois-ci, à la salle Louis-Fréchette. Toujours en conservant la signature sonore qui caractérise si bien cette formation québécoise, son quatrième album, se distingue des réalisations précédentes par un ton plus assumé que jamais. Il faut voir les membres de Karkwa sur scène, totalement maîtres de leur art, transformer de simples mélodies en crescendos quasi symphoniques. Figurant parmi les musiciens les plus accomplis de leur génération, Louis-Jean Cormier (voix et guitares), François Lafontaine (claviers), Martin Lamontagne (basse), Stéphane Bergeron (batterie) et Julien Sagot (percussions et voix) électriseront le Grand Théâtre et feront voyager le public au cœur de leur univers musical tout en contraste.

Grand Théâtre de Québec 269, boul. René-Lévesque Est Montcalm

Extrait de Québec Scope Magazine

dimanche 30 mai 2010

Jeremix à l'AAF

AAF : Plus qu’une Foire d’Art Contemporain 

Il se passe sous la grande halle Freyssnet dans le 13ème arrondissement de Paris un événement essentiel. Une formidable exposition en forme de tour du monde des arts plastiques. Les œuvres exposées par les artistes, galeristes et collectionneurs sont à vendre et toutes coutent moins de 7000 euros. The Affordable Art Fair ou l’art abordable, est, au delà du coût, un événement unique et l’occasion rêvée de partir à la rencontre d’un monde considéré à tord comme inaccessible car bien souvent méconnu. Guidé par les regards bienveillants des artistes présents et collectionneurs amoureux des arts et de la vie, le connaisseur comme le néophyte ne pourront rester insensibles à tant de beauté regroupée en un même lieu. (...)

JEREMIX.TV

Parisien globe trotteur mélomane, Jérémie Fontaine aka Jérémix capture la vie avec sa caméra HD. Influencé par Paris Dernière, il a collaboré avec Nath de la Blogothèque sur la réalisation d’un film pour le groupe de musique Karkwa. Curieux au regard nomade, Jérémie a filmé, de Montréal à Tokyo, les gens, la musique, la vie, une mémoire du quotidien. Présent à The Affordable Art Fair jusqu’au 30 mai, il y projette ses vidéos, et filme les collectionneurs et les artistes présent à ce formidable salon regroupant les talents internationaux de la peinture, de la sculpture, de la photo et de la vidéo donc.

Voir Jérémix.TV

Extrait du blog "la boite à sorties"

vendredi 28 mai 2010

À la mémoire de Gaston Miron

La fille de Gaston Miron, Emmanuelle Miron, et l'ancien premier ministre du Québec Bernard Landry ont tous deux assisté hier à l'inauguration d'une plaque commémorative en mémoire du poète Gaston Miron, au 4451, Saint-André, où il a vécu de 1957 à 1968.

C'est dans cette demeure, qui était alors une maison de chambres, que Miron a écrit la majorité des poèmes qui forment le recueil L'Homme rapaillé. Cet événement marquait l'ouverture du 11e Marché de la poésie de Montréal, qui se déroulera durant tout le week-end.

Publié dans Le Devoir le 28 mai 2010 Actualités culturelles

jeudi 27 mai 2010

Marie tu pleures

Le clip de la chanson «Marie tu pleures» de Karkwa peut maintenant être vu sur la Toile. Cette pièce est le nouvel extrait radio et le premier vidéoclips tirés de l'album «Les chemins de verre».

«Karkwa a confié le soin de capter l'intimité du groupe lors d'une récente prestation à Nathanaël Le Scouarnec (La Blogothèque). Le résultat est empreint d'authenticité et expose le groupe comme il ne l'a jamais été auparavant dans ses vidéoclips», peut-on lire dans un communiqué émis par Audiogram, l'étiquette de la formation.

Karkwa fera sa rentrée montréalaise le 30 septembre au Métropolis dans le cadre du festival Pop Montréal.

Le groupe devrait également présenter de nombreux autres concerts au Québec. Sa tournée devrait s'échelonner jusqu'à la fin de l'année 2011.

Paru dans Branchez-vous matin le 17 mai 2010

mercredi 26 mai 2010

de Karkwa à Baden Baden

Extrait d'une entrevue avec le groupe français Baden Baden

Votre style musical est très varié, on peut dire que c’est de la pop, de la folk, mais on ressent pleins d’autres influences. Pouvez-vous nous dire qui sont les groupes ou chanteurs qui vous ont le plus marqués et qui ont le plus influencé votre démarche musicale?

Julien: Quand j’ai commencé à faire de la musique, j’écoutais beaucoup de Radiohead donc j’ai été très influencé par eux. Mais chacun a ses influences et on se les partage. Récemment j’ai découvert « Girls in Hawaii » que j’aime beaucoup, ou Karkwa qui est un groupe québécois.

Gabriel: Midlake aussi.

Personnellement j’ai pensé à Sigur Ros et à Beirut

Julien: Ouais, on aime bien aussi....

Paru  sur le site You"s, Texte : Etienne BIANCO

samedi 22 mai 2010

Petit moment de bien-être

Dehors sur la galerie, me déplaçant en alternance les pieds ou la face au soleil, écoutant Les Tremblements S'immobilisent de Karkwa. Au oui que je suis bien là là. Les p'tits oiseaux qui chantent en bruit de font et la musique et textes de Karkwa : mélange parfait. 

Extrait du blog de Sarah à Trois-Rivières, le 21 mai 2010

vendredi 21 mai 2010

Le clip de Karkwa : un petit bijou

Le groupe Karkwa a présenté cette semaine le clip du nouvel extrait de son album Les chemins de verre intitulé Marie tu pleures. Ce titre, qui est aussi l’un des plus pop de l’album, nous plonge une nouvelle fois dans l’ambiance singulière du groupe. La vidéo, qui capte l’atmosphère feutrée et les couleurs chaudes d’une scène plutôt intime, est un petit bijou mis en boîte par Nathanaël Le Scouarnec (La Blogothèque). On ne se lasse pas de visionner cet extrait en attendant que le groupe fasse sa rentrée montréalaise, le 30 septembre, au Métropolis. 

Article de Marie Lyan dans Métro au 7e ciel, le 20 mai 2010 10:30

Karkwa : Une sincérité et une spontanéité exemplaire

Nouveau vidéoclip de Karkwa!

Karkwa! Encore eux? Et bien oui. Mais comment résister? On les aime tellement!

Près de deux mois après la sortie de leur quatrième album, Les chemins de verre, acclamé unanimement, et après tout ce temps où l'album a tourné en boucle, à l'endroit, à l'envers, sur la fonction aléatoire, qu'on en a appris chaque paroles et chaque air par coeur, qu'on l'a fredonné, recommencé à l'abus et j'en passe, Le groupe nous livre un tout nouveau clip pour ce qui est probablement la pièce la plus lumineuse de l'album, sans toutefois délaissé une petite mélancolie qui en quelque part, crève le coeur pour mieux le recoudre par la suite.

La chanson parle d'elle-même et la formation l'a bien compris.

Ainsi, ils délaissent les animations narratives inspirées des textes du groupe pour s'en tenir à la captation d'une prestation live. C'est de cette manière qu'ils continuent de pousser plus loin leur collaboration avec Nathanaël Le Scouarnec de la Blogothèque qui a d'ailleurs pondu un documentaire à leur sujet, Les cendres de verre, disponible ici http://www.lescendresdeverre.com/

Pour ce qui est du vidéoclip, le résultat est d'une sincérité et d'une spontanéité exemplaire alors qu'on s'immisce plus que jamais dans l'univers "karkwaïen". La chaleur se dégageant des couleurs, ainsi que la subtilité des plans ajoutent à donner au tout une beauté naturelle qui contribuent grandement à doubler les frissons qu'on ressent à l'écoute de cette sublime chanson.

Article de Jimmy Chartrand le 21 mai 2010 dans Zik.ca

jeudi 20 mai 2010

Karkwa réveille le goût de l’écriture en français

 Presque Célèbre - 20/05/10 de Baden Baden

Comme vous le savez peut-être, Baden-Baden, c’est une “station thermale aux eaux alcalines radioactives située dans la plaine du Rhin, au pied de la forêt noire” (dixit Le Petit Robert). Depuis quelques mois, Baden Baden (sans trait d’union pour ce quintette pourtant solidement uni), c’est aussi un groupe parisien, auteur d’un coup d’éclat, Anyone, l’une de ces chansons dont certains musiciens béniraient le ciel pour la composer une seule fois dans leur carrière. Un single génial qui croisait l’onirisme contemplatif de The Album Leaf avec les paysages désertés de Mogwai, écrivions-nous sous le choc. “De la mélancolie joyeuse”, résume le chanteur et guitariste Éric Javelle, dont le père a vécu à…

Baden Baden et qui a recruté ses quatre comparses sur MySpace – question de génération. Proche du groupe lillois Roken Is Dodelijik, il ne s’imaginait pas monter sur scène avant de les rencontrer : “Je compose depuis très longtemps, mais je me voyais davantage produire des morceaux dans mon coin”. Leurs références communes ? Un tiercé constitué, dans le désordre, de Death Cab For Cutie, Grizzly Bear et Karkwa, formation de Montréal qui a réveillé le goût de l’écriture en français (comme en témoigne Tout Est Bien, dont la démo est écoutable sur le site de Baden Baden). Après un nouveau single digital, The Book, qui bénéficie également d’un clip offert par des réalisateurs inspirés par son univers cinématique, le groupe publiera un Ep à la rentrée, constituant sa première sortie physique disponible chez les disquaires qui résistent à l’ère de la dématérialisation.

En attendant, il sillonne les routes de France et de Navarre – dont une première partie parisienne à la soirée BimBamBoom#3, organisée le 21 mai par qui vous savez – pour continuer de s’aguerrir, avant de signer un contrat discographique pour lequel les rendez-vous dans les labels se bousculent. Reste à pérenniser la démocratie interne de Baden Baden : “C’est toujours difficile pour cinq caractères affirmés d’être enthousiasmés à l’unanimité”.
Article de Franck Vergeadesur magricrpm.com

mercredi 19 mai 2010

Karkwa : "le meilleur groupe de rock francophone du monde"

Sur le site du Hiboo, le clip : Karkwa ‘Marie tu pleures’

En attendant l’annonce d’une date de sortie française de leur dernier disque – le succulent Les Chemins de Verre - KARKWA (a.k.a. « le meilleur groupe de rock francophone du monde ») nous livre un nouveau clip tout en légèreté, tout en beauté, tout en simplicité, « Marie tu pleures », illustrant l’un des titres les plus légers et sautillants du dernier opus. Images intimes d’un groupe tel qu’il est : complice, détendu, serein, puissant, mature, déconneur et profond…

Tous ceux qui ont passé un peu de temps ici et là avec eux, tous ceux qui les ont suivis, les ont vus et revus en concert, le confirmeront : Karkwa a atteint un stade nouveau. En toute logique, en toute honnêteté, en douceur, en suivant sa propre voie… Le dernier album a été produit en majeure partie à La Frette, proche de Paris, sorte de veille bâtisse investie par un studio qui respire le vintage et laisse transparaître dans chaque morceau qui en sort une ambiance, une empreinte, des fantômes des moments intimes que l’on passe dans ce qui n’est pas qu’un studio d’enregistrement, mais un vrai lieu de vie.

En résulte une collection de chansons déroutantes, superbes, tantôt franchement pop et légère (comme le présent extrait), tantôt terrassante de tristesse (le merveilleux « 28 jours »,), tantôt railleuse dans le texte sur fond de post-folk nord-américaine du plus bel effet (« Le bon sens »)… et bref : on vous en dira beaucoup plus dans une vraie chronique un de ces jours…

En attendant, donc, de glisser avec émerveillement sur ces Chemins de Verre que l’on en peut plus d’attendre de ce côté-ci de l’Atlantique (tout comme, on aimerait en savoir beaucoup plus sur leur prochaine venue live en France), voici le clip « Marie tu pleures » (réal. Nat Le Scouarnec).

On trépigne en France en attendant l'album de Karkwa


Rares (trop rares) sont les groupes francophones qui savent sonner comme eux : puissant, délicat, inventif, séduisant, singulier. Les oreilles canadiennes savent définitivement laisser respirer – les artistes, les chansons, les productions. Une nouvelle preuve : Les Chemins de Verre, le nouvel album – beau, riche, émouvant, étincelant. Une atmosphère singulière, déroutante. Plus « brut » que le précédent, mais plus doux. On commence à trépigner beaucoup trop tant l’album se fait attendre par chez nous… Wait and see…

En attendant, voici l’extrait « Marie tu pleures », mis en vidéo par Nat Le Scouarnec. Un des titres les plus « pop » de l’album (qui côtoient d’autres traits géniaux – « 28 jours », « Le bon sens »…)

Extrait de l'article de Gorgonzola Fitzgerald sur Ziknation.com

mardi 18 mai 2010

[ Karkwa] qu'on en dise : 25000 connexions !

Karkwa dans mes écouteurs

Sur le blog Photosmax : Dans mes écouteurs

Ça fait un bout que j’ai envie de parler musique. D’abord, je dois dire que je suis un très mauvais critique, le but de l’opération n’est pas de décortiquer et de juger les albums, c’est simplement de partager ce que j’aime et qui tourne dans mes écouteurs. Alors, si c’est dans ce billet, c’est parce que j’aime.

Karkwa – Les chemins de verre : la critique a été unanime lors du lancement et on dirait que ça s’est calmé depuis. Pourtant, c’est un album exceptionnel que j’adore écouter. J’ai acheté des billets pour leur spectacle à l’automne et, à chaque fois, j’ai l’impression que c’est un privilège de les voir avant qu’ils ne deviennent trop « big » et qu’on les perde.

Extrait de l'article posté dans Musique le 15. mai, 2010 

lundi 17 mai 2010

Karkwa : un incontournable

Dans Le49 — blog de musique indépendante

Karkwa / Les chemins de verre

Sortie: 30 mars 2010

Audiogram

Groupe inconnu il y a quelques années à peine, Karkwa est aujourd’hui à la musique québécoise ce que Radiohead est à la culture du pays d’Elizabeth, ou encore Arcade Fire au paysage musical du Canada anglais: un incontournable.

Moins agitée que celle de Malajube, moins moralisante que celle des Vulgaires Machins, plus ambitieuse que celle de Coeur de pirate, la musique de Karkwa occupe un créneau oublié au Québec. Avec les chemins de verre, lancé il y a plusieurs semaines déjà, la formation cimente cette place et confirme qu’elle a trouvé un filon qu’elle compte exploiter pour un quelque temps encore: du rock intelligent, folk, soigné et en français.

C’est sans surprise que l’on retrouve la maturité, la grandeur des albums précédents. Je n’invente rien ici, c’est bien connu. En 2006, après la sortie de Les tremblements s’immobilisent, c’est cette maturité qui m’a attiré, comme bien d’autres, vers la musique de Karkwa.

La première pièce, Le pyromane, donne le ton avec un build-up plus qu’agréable. L’acouphène suit, avec tout autant de gueule. Un bon début pour un album qui n’a rien à se reprocher, si ce n’est que deux ou trois chansons plus molles que l’on va vite oublier.

Irritant: la voix du chanteur est super…sauf quand il décide de s’aventurer dans un registre plus haut. Ca se gâte un peu dans Moi-léger et 28 jours: on se demande si ses cordes vocales n’ont pas élu domicile provisoirement dans son nez.

Les paroles sont un gros point fort de l’album. Comme à l’habitude, la poésie de Karkwa est incisive, le rythme est calibré avec brio. Au point de faire mentir ceux qui disent que le français se prête mal, voir pas, au rock. Je fais partie de ces gens. Ca fait du bien d’avoir tort de temps à autre.

Un album que l’on peut offrir à pas mal n’importe qui: un père amateur de rock alternatif, une copine mélomane à temps très partiel, un ami féru de beaux textes, une voisine en grand besoin d’éducation musicale. Karkwa reste une valeur sûre.

Publié dans Disques par le49 le mai 17, 2010

Karkwa : le premier vidéoclip des Chemins de Verre

Sur le site d'Audiogram :

Montréal, le 17 mai 2010

Tandis que leur nouvel album Les chemins de verre figure au Top 10 des meilleurs vendeurs francophones au Québec depuis sa sortie le 30 mars dernier, Karkwa nous propose « Marie tu pleures », leur nouvel extrait radio et le premier vidéoclip de l’album. Chanson estivale par excellence, la pièce qui a été présentée ces derniers mois lors des concerts du groupe est grandement appréciée des spectateurs qui la fredonnent déjà.

Karkwa a confié le soin de capter l’intimité du groupe lors d’une récente prestation à Nathanaël Le Scouarnec (La Blogothèque). Le résultat est empreint d’authenticité et expose le groupe comme il ne l’a jamais été auparavant dans ses vidéoclips.

TOURNÉE

Porté par ce nouvel album littéralement encensé par la critique, Karkwa montera prochainement sur scène pour livrer leur nouveau spectacle au public québécois. La tournée qui débute à la fin de l’été fera escale au Métropolis de Montréal le 30 septembre prochain dans le cadre du festival Pop Montréal. L’événement couronnera officiellement la rentrée montréalaise du groupe, tandis qu’une série de dates en terre québécoise complètera la tournée qui devrait s’échelonner jusqu’à la fin de l’année 2011.


Rentrée montréalaise – Pop Montréal
Billets en vente dès aujourd’hui!

30 septembre 2010 à 20h
Métropolis
59, rue Sainte-Catherine Est, Montréal
www.ticketpro.ca ou (514) 790-1111

18 novembre 2010 à 20h
Grand Théâtre de Québec, Salle Louis-Fréchette
269, Boulevard René-Levesque Est, Québec
www.billetech.com ou (418) 643-8131

TOURNÉE

  • 07-07-2010 – St-Hilaire, L’Esplanade de l’Hôtel de ville
  • 17-09-2010 – St-Eustache, Centre d’Art la Petite Église
  • 18-09-2010 – Lavaltrie, Café culturel de la Chasse Galerie
  • 23-09-2010 – Maniwaki, Auditorium de la CEHG
  • 24-09-2010 – Buckingham, Salle Desjardins
  • 25-09-2010 – Waterloo, Maison de la culture
  • 12-11-2010 – Dolbeau, Vox Populi

c’est vraiment sur scène que Karkwa prend tout son sens

La soirée commence donc avec une prestation conjointe de Karkwa et David Marin, co-parrains de l’édition 2010. J’aime bien Karkwa sur disque, mais je trouve que c’est vraiment sur scène que ce groupe-là prend tout son sens. J’étais donc bien heureux de les voir jouer quelques chansons de leur nouvel album, Les chemins de verre.

Extrait de l'article "FRANCOUVERTES 2010 : Bernard Adamus est en voiture" de Louis Therrien-Galasso Publié le 4 mai 2010 sur le Blog ARTV

dimanche 16 mai 2010

Karkwa : magique, un point c’est tout

Ne vous y méprenez pas, Karkwa n’a pas fini de nous surprendre. De kilomètre en kilomètre, les québécois n’ont cessé de faire mûrir leur talent avec une discographie qui comporte désormais quatre albums. Deux d’entre eux, ne cessent d’ailleurs de tourner dans nos chaines hifi depuis des années, Les tremblements s’immobilisent (2005) et Le Volume du Vent (2008), et marqueront pour de nombreuses années la scène francophone d’outre Atlantique. Du Québec au Liban, en passant par l’Europe, Les Chemins de Verre s’inspire du parcours de Karkwa sur la route.

En effet, Les Chemins de Verre, quatrième album de la discographie de Karkwa, a été enregistré sur la route au travers de quelques temps morts. Lors de la dernière tournée en France, le groupe s’est d’ailleurs arrêté quelques temps au studio La Frette, dans les environs de Paris pour enregistrer la majorité de l’album. Le résultat est là, douze titres comme autant d’instantanés de la vie du groupe nous plongent dans une certaine forme d’introspection paradoxale. Une large place est laissée aux sentiments contradictoire, entre affection et défection, à l’image du single éponyme « Les chemins de verre ». Le groupe s’est rendu en studio sans aucune préparation, si ce n’est la centaine de concerts donnés durant la tournée précédente, donnant ainsi à ce quatrième album un incroyable sentiment de spontanéité. Des compositions sincères comme « Marie tu pleures » ou « Dors dans mon sang » sont des captations de l’instant présent, avec des instrumentations plus limitées mais prenantes jusqu’au trippes.

Louis-Jean Cormier s’épanouit dans ses parties vocales, qui prennent bien plus d’espace que sur le précédent album, Le Volume du Vent. On retrouve alors toute la capacité du frontman à exploiter des registres vocaux différents avec une facilité déconcertante, tout en dictant des textes ficelés (« Le Bon SensL’Acouphène », « », « Les enfants de Beyrouth »).  Le chanteur devient poète et captive l’attention de l’auditeur. D’une simple phrase, il pointe du doigt les thèmes chers à Karkwa, tels que l’amour, le froid ou le confort ; toujours avec d’étranges paradoxes soutenus par de longues parties instrumentales. Karkwa réussi à nous installer dans une torpeur frissonnante, un étrange confort sonore où l’équilibre musical construit par chaque musicien nous pousse à nous laisser porter par la combinaison de leurs notes, parfois perturbée sur quelques mesures lorsque la guitare se fait saturée.

Karkwa repousse les frontières qu’il avait lui-même établi et se révèle une nouvelle fois comme l’un des meilleurs groupe québécois. Fragiles, subtils, intelligents, les albums de Karkwa sont toujours composée d’une alchimie resplendissante plus communément appelée « l’inspiration ». Magique, un point c’est tout.

.: Tracklist :.
1. Le pyromane
2. L’acouphène
3. Moi-léger
4. Marie tu pleures
5. Le bon sens
6. Les chemins de verre
7. Dors dans mon sang
8. La piqûre
9. Les enfants de Beyrouth
10. Au-dessus de la tête de Lilijune
11. 28 jours
12. Le vrai bonheur

Article écrit par Cap'tain Planet, le 16-05-2010 sur www.vacarm.net

samedi 15 mai 2010

Chansons du printemps/ Karkwa

Sur le blog "l'air de rien" de Guillaume Paquet :

Ma TV viens de me lâcher.
Une TV neuve, presque, 2002!
Dans le temps que c'était pesant
pis qu'y avait pas plus d'affaires intelligentes dedans.
Elle aurait lâcher en Juillet et hop, on l'aurait trouver sul bord du chemin, mais là...
En plein mois de mai, à la veille d'une série Montréal-Philadelphie.
ous essaierez de trouver ça vous, de nos jour, un réparateur de TV.
«Tu me niaises le gros? Cathodique? Crisse ça au vidange pis achète toué un écran au plasma!»
«Non.»

Voici donc Karkwa

Un tollé à la chambre de commerce
Une pilule pour traverser l'averse
Le cafard à la porte
Et plusieurs milliards dans la compote
King fraudeur en smoking s'enfuit dans le smog vert de gris
d'ici c'est difficile de voir le paradis
la face pluggée dans l'exhaust de la Ferrari.

Et les combats des calendriers
Les éclats de larmes sur le plancher
Burn-out sur le toit
Guettant comme un oiseau de proie
Et le petit psy qui suit comme un chien de poche
J'ai peur que lentement le tonnerre se rapproche
Que lentement le liquid-paper efface mon nom

Mais on fait la file comme des cons,
Lavés comme des esclaves de la dépense
Je veux marcher à reculons pour avancer dans le bon sens.

Panique au bulletin de nouvelles
Politique génération pastel
3000 soldats en guerre
une autre médaille sous la terre,
une autre question qui m'éclate la cervelle, pourquoi
autant de kamikazes dans la vie
pour aussi peu de poussière sur les cravates fleuries?

Et on fait la file comme des cons
Lavés comme des esclaves de la dépense
Je veux marcher à reculons pour avancer dans le bon sens.

Karkwa video : La genèse d'un album surprise!

Karkwa

La genèse d'un album surprise!
Martin et Stéphane en entrevue avec Info 07

Karkwa à la petite église

Au Centre d'art de la petite église de Saint-Eustache:

Karkwa/ Les chemins de verre

Ils s’imposent comme un incontournable de la scène rock québécoise. En spectacle, ce groupe offre une énergie brute et contagieuse. Leur 4e album est grave et raffiné à la fois. Sur scène, les membres du groupe sont parfaitement maîtres de leur son et ils savent brillamment convertir de simples airs en pièces complexes, rock et sophistiquées dans leur genre.

[ Site web de l'artiste ]

Vendredi 17 septembre 2010 - 20 h 00
Billet 20 $

mardi 11 mai 2010

Karkwa tête d'affiche du Festival Pop Montréal

Le Festival Pop Montréal annonce ses têtes d'affiche :

Image extraite de l'article paru sur le site de PathWhite et soumis par Bertrand Breuque le 11 mai 2010

Pop Montréal : Swans, Van Dyke Parks et Karkwa y seront

Le groupe québécois Karkwa. Photo: Robert Skinner, La Presse
Le 9e festival Pop Montréal ouvre son jeu en dévoilant une première vague de groupes qui joueront aux quatre coins de la ville du 29 septembre au 3 octobre prochain. Des noms? Swans, Deerhoof, Karkwa et bien plus...

C'est le blogue musical BrooklynVegan.com qui a révélé ces premiers noms vendredi. À première vue, que du bon, à commencer par la surprenante réunion du groupe culte noise/expérimental/post-punk Swans qui préparerait même un nouvel album. La formation newyorkaise s'était dissoute en 1997, après la parution de Soundtracks for the Blind, son 11e album en 15 années d'activités.

Une autre légende, d'une autre époque et d'un tout autre genre musical, viendra nous honorer de sa présence: l'auteur, compositeur, arrangeur et interprète Van Dyke Parks, surtout connu pour son travail avec Brian Wilson des Beach Boys. Le Californien a connu une frugale, mais précieuse, carrière solo; ces dernières années, c'est en tant que collaborateur, notamment auprès de Joanna Newsome et Rufus Wainwright, pour lesquels il a écrit de somptueux arrangements.

Les amateurs de freak pop et d'expériences sonores seront ravis de savoir que les Californiens Deerhoof sont aussi à l'affiche du prochain Pop Montréal, tout comme les rockeurs de Liars, Karkwa, les Japonaises Shonen Knife, les auteures, compositrices et interprètes rock-folk-alt Marnie Stern et Mary Margaret O'Hara - une surprise, aussi, que la visite de cette musicienne torontoise -, la folk-pop de Clare&The Reasons, Danielson (collaborateur de Sufjan Stevens).

Découvertes

Dans le registre de la découverte, notons la présence du Mahalai Rai Banda, orchestre tzigane roumain, proche cousin de Taraf de Haïkouks, présenté par l'équipe de Pop Montréal comme «le plus grand orchestre gitan de la planète», et l'orchestre gospel-funk Naomi Shelton & The Gospel Queens, recruté par le label DapTone Records, qui a aussi sous son égide la redoutable Sharon Jones & The Dap Kings. Voilà qui promet.

Les prochains noms confirmés arriveront au compte-goutte, ce qui n'empêche pas le festival de mettre déjà en vente certains billets et laissez-passer pour la durée de l'événement. Pop Montréal ne se tiendra pas tranquille d'ici septembre. Les 5 et 6 juin prochain, le festival organise «Pop au printemps», deux jours de performances, d'ateliers, une édition du marché Puces Pop et du Kids Pop. La programmation printanière sera en ligne sous peu.

Article de Philippe Renaud, collaboration spéciale, La Presse, Publié le 11 mai 2010

samedi 8 mai 2010

Des Karkwa comme nous les aimons

Sur Longueurs d'ondes : « Les chemins de verre » (Audiogram/Select)

Entre les concerts de leur dernière tournée française, les cinq musiciens du groupe québécois de l’heure se sont rendus au studio La Frette à Paris pour enregistrer ce qui allait devenir un quatrième disque nourri par l’improvisation. Le résultat est un recueil envoûtant de douze titres témoignant de l’expérience acquise sur scène ou en studio avec d’autres artistes québécois. Les chansons aux accents folk-rock, la richesse de ce qui est en voie d’être nommé le « son Karkwa », les harmonies vocales et plusieurs incursions aériennes bien maîtrisées nous situent en terrain connu. On découvre toutefois avec plaisir une quête de simplicité nouvelle (« Marie tu pleures »). Plus en douceur que « Le volume du vent », l’ensemble assez homogène traduit la sensibilité pop et l’efficacité mélodique (« Le pyromane ») des Karkwa comme nous les aimons. www.karkwa.com

Marie-Hélène Mello

Pop Montréal 2010: premiers noms dévoilés

Pop Montréal 2010: premiers noms dévoilés
 
Le blogue américain Brooklyn Vegan a dévoilé quelques premiers noms d’artistes qui se produiront lors de la prochaine édition du festival Pop Montréal, qui se tiendra du 29 septembre au 3 octobre prochain.

Parmi ceux-ci, on retient l’importante formation post-punk fraîchement réunie Swans, les New-Yorkais Liars (en photo), le collaborateur de Brian Wilson Van Dyke Parks, la guitar hero atypique Marnie Stern, le combo indie-rock aigre-doux Deerhoof, la singulière chanteuse, pianiste et harpiste Baby Dee et le trio garage japonais Shonen Knife.

Côté local, on sait que Karkwa et les Luyas seront aussi de la partie.

Plus d’informations sur Brooklyn Vegan.

Site du festival

Mais, c’est qui ça, Karkwa?

Sur le blog Oh My Gabeness : Les Chemins De Verre

Les chemins de verre, paru le 30 mars dernier.

Le voici enfin, le nouvel album de Karkwa. Leur quatrième disque, intitulé Les chemins de verre, possède toujours autant de textes poétiques que leur autres CD. On y parle d’ «Oser arrêter le rythme, Me recoller l’oreille qui s’effrite, Et repartir » ainsi que de météo avec Marie, tu pleures :

« Après il fait soleil, Après il grêle, Après il neige, Après il fait soleil, Après il grêle, Après il neige, Après il fait soleil, Après il grêle! »

Mais, c’est qui ça, Karkwa?

Formation québécoise, composée de Louis-Jean Cormier, à la voix et la guitare, Stéphane Bergeron à la batterie, François Lafontaine aux claviers, Martin Lamontagne à la basse et Julien Sagot aux percussions et à la voix. Existant depuis 1998, le groupe sort de l’ombre, de l’underground et perce en 2005-2006, en gagnant 3 Félix dont celui d’auteur ou compositeur de l’année! 2008 fut l’année Karkwa, la parution de Le volume de vent les catapultent à des sommets de popularité jamais atteint, raflant tout les prix prestigieux que compte le gala de l’ADISQ : album alternatif de l’année, auteur ou compositeur de l’année, groupe de l’année et vidéoclip de l’année! WOW!

On peut dire qu’Audiogram savent se tenir à l’avant-garde de la musique, signant à leur maison toutes les coqueluches de l’heure et les favoris de longues date! Ainsi, parmi les cousins de Karkwa, notons Daniel Bélanger, Jean Leloup, Ariane Moffatt, Jim Corcoran et Damien Robitaille.

Je n’ai pas effectué une écoute approfondie du disque (jusqu’à maintenant), mais de ce que j’en ai entendu, je dirais que Louis-Jean Cormier n’a pas perdu sa voix parente à celle de Patrick Watson (qui collabore encore une fois au projet) et que Karkwa semble avoir (encore plus) épuré leur son. Avec moins d’éléments électroniques que son prédécesseur, Les chemins de verre détient une saveur beaucoup plus acoustique.

Personnellement, Le volume du vent tourne dans mes oreilles depuis sa parution et je sens qu’avec ce nouvel album, le scénario se répétera! Laissez-moi juste en obtenir une copie physique et on s’en reparle!

Paru le 7 avril 2010 à 10:24 sur Oh My Gabeness, critiques & cie

jeudi 6 mai 2010

Finale des Francouvertes, Retour sur l’événement

C’était le lundi 3 mai, qu’avait lieu, au Club Soda, la grande finale de la 14e édition des Francouvertes. Retour sur l’événement.

Au Club Soda ce lundi-là, tous les éléments étaient rassemblés pour que la soirée soit réussie : des amis, des amateurs de musique francophone, des bons groupes de musique francophone, des gens festifs et des organisateurs affairés. La soirée a débutée avec une prestation des porte-parole de l’événement : Karkwa et de David Marin. Un groupe et un projet solo, tous deux gagnants lors de précédentes éditions des Francouvertes, se sont réunis sur scène le temps de quelques chansons. 

Quand je regarde leur excellente prestation, je réfléchis au chemin qu’ils ont parcouru, depuis leurs premières apparitions aux Francouvertes. C’est toujours agréable de voir que des projets musicaux ont vu le jour, modestement. Puis, ils ont fait leurs preuves aux Francouvertes, ont bénéficié d’une vitrine culturelle incroyable, ont ensuite démarré des carrières et acquis une grande renommée. C’est le feeling que ça donne quand on regarde la liste des gagnants des précédentes éditions. Les Cowboys Fringuants, Loco Locass, Damien Robitaille, La Patère Rose, etc. C’est en regardant cette liste que l’on comprend le bien-fondé de ce concours, et son efficacité.

Extrait de l'article d'Emilie Gagné dans SoundbeatMag le 5 mai 2010

mercredi 5 mai 2010

Karkwa en spectacle au profit de la Maison Dauphine.

C'est le jeudi 10 juin prochain que se tiendra au Théâtre Capitole de Québec la toute première édition du show de la Dauphine intitulé «J'te prends comme t'é». Pour l'occasion, le Pascale Picard Band, Karkwa, Madame Moustache, Antoine Gratton et plusieurs autres invités spéciaux prendront part à ce spectacle au profit de la Maison Dauphine. 

Extrait de l'article de Denis Fortin, Quebec Hebdo, le 4 mai 2010

mardi 4 mai 2010

Karkwa ...rin aux Francouvertes

Sans surprise, Bernard Adamus a remporté la finale de la 14e édition des Francouvertes ce soir, en plus de repartir avec le Prix de la meilleure chanson de la SOCAN (pour Rue Ontario), le Prix du public Sirius et le Prix ARTV. Le tout étant pleinement mérité, à mon avis. (...)

Incidemment, le chanteur-guitariste de Karkwa, Louis-Jean Cormier faisait partie du jury de la finale et a joué quelques pièces avec son groupe et David Marin en ouverture, dans un alignement qu’on a annoncé comme étant baptisé Karkwarin! Le combo a brillament interprété Les chemins de verre, Tournanron, La remise et Le bon sens, nous assurant que la soirée vaudrait le détour dès le départ.

Extrait de l'article de l'article "Bernard Adamus, Karkwarin et la finale des Francouvertes" par Kevin Laforest
BangBang, le 4 mai 2010

lundi 3 mai 2010

Karkwa "Les Chemins De Verre" a solid and well-received album

 In Aulismedia Audio Library

Karkwa, Les Chemins De Verre

This album, "Les Chemins De Verre" by Karkwa, released on Audiogram in 2010, was added to my catalog of records in May 2010. "Les Chemins De Verre" is made in the genre of indie rock. It is a solid and well-received album — rated 4 stars out of 5. Average rate for a Karkwa album is 3.62, so "Les Chemins De Verre" appears to be a good record for Karkwa. "Les Chemins De Verre" is tied to the region of Montréal, Quebec; it belongs to the north american and francophone cultural world zones. 5 out of 12 tracks on this album are marked as my favorite, among them "Les Chemins De Verre", "Moi-Léger" and others.

dimanche 2 mai 2010

Radio Radio se produira avec le claviériste et le drummer du groupe Karkwa

Bonaventure attend de la grande visite cet été pour son 250e anniversaire: Paul Piché et le groupe hip hop chiac Radio Radio seront en spectacle.

Le clou de la programmation sera la venue de Paul Piché, le 13 août. C'est le chanteur gaspésien Guillaume Arsenault qui en fera la première partie devant une foule anticipée de quelques milliers de personnes. Le groupe hip hop de l'heure, Radio Radio, se produira également en spectacle le lendemain au bar Le Fou du village avec le claviériste et le drummer du groupe Karkwa.

Un site Internet contenant la totalité de la programmation sera mis en ligne dans quelques semaines. www.250bonaventure.com

Une chanson "pépite" de Karkwa

Sur le blog "couleurs d'aencre Saint Naz chroniques de l'estuaire" (Saint Nazaire France),
le samedi 1 mai 2010

KARKWA : ".../...c'est une chanson de lumière, l'étape après la misère, l'émotion d'un courant-d'air."

Une chanson "pépite" de Karkwa découverte chez Framboise "mes pieds sur terre"

La nouvelle scène de Karkwa en 2011

 La nouvelle scène, le centre de théâtre francophone d'Ottawa

La relation d’amour entre ce groupe rock francophone de l’heure et La Nouvelle Scène se poursuit. La Salle Caisses Desjardins était d’ailleurs la toute première au pays à accueillir le spectacle pour lequel Karkwa a remporté le Félix du meilleur spectacle en 2009 (hormis la salle dans laquelle il fut conçu). Tout un spectacle son et lumière en perspective !

Site Web : www.karkwa.com

Quand : 6 janv. 2011
Heure :20h00
Ville :Ottawa

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.