Karkwa la grande réunion d'octobre 2017

Karkwa la grande réunion d'octobre 2017

Depuis la pause de décembre 2011

Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

samedi 30 octobre 2010

French toast: Q&A with Polaris Prize winners Karkwa

 Photograph by Ryan Couldrey.

Posted by Sarah Liss, CBC Radio 2, on Sep-21-10 :

Last night, Montreal art-rock band Karkwa were named the winners of the 2010 Polaris Music Prize in a ceremony in downtown Toronto. Considered a surprise by some, Karkwa's victory marks the first time in the five-year history of the award -- which honours the best album in Canada in a given year and comes with a $20,000 cheque -- that a French-language act has won. We caught up with all five members the day after the gala to ask them about their win, their album Les chemins de verre, and what it means to be the first Francophone band to win the Polaris.

Q: Is there some quality in the album that you think contributed to the Polaris win?

Francois Lafontaine: Usually we rehearse a lot before recording the album. For this album, we didn't do any pre-prod.

Louis-Jean Cormier: We created it live in the studio, and maybe it sounds more... vivant - alive. So maybe that's the difference, and maybe that's a good thing.

Stephane Bergeron: And I think the thing for us was that when we got into the studio for the first time, we were not necessarily supposed to finish with an album. We were on a break during a studio and we thought, let's just get in the studio and see what could happen. We thought maybe we could see what the next album might sound like. Just to give an idea of what it is.

Q: You guys have been together for over a decade. Did this unconventional approach allow you to collaborate in a new way?

L-JC: Yeah, I think so. We did one song a day. We started in the morning, and we were excited to finish it by the evening. But maybe that's the point - we started 12 years ago, and maybe we are... chemically connected. And we were able to do this, but it's not the same thing for every artist.

Q: You've won a number of awards in Quebec. Does this feel like a different experience?

SB: Yeah, definitely. Because it's not necessarily at home -[it's not] Quebec. And it's with some Anglophone bands. And mostly like we said last night, because of the direction of the contest, the artistic merit direction, and the way they vote and all that stuff. We have big respect for this contest. C'est un prix qui nous rejoint artistiquement. Because we've followed the prize since the beginning. We [always] check the shortlist and say [pretends to be checking boxes on a list], "Ah, yeah... yeah... yeah... I knew it, I knew it."

This summer, I went to Louis-Jean's basement, and he'd just bought the vinyl [version] of Owen Pallett ['s album, Heartland], and said I had to listen to it. [He mimes rapture.] And after, when we found out we were on the shortlist with him... it's amazing.

Q: What's the general attitude toward the Polaris Prize in Quebec? There's been some criticism that it excludes Francophone artists.

L-JC: It's a contest for music lovers, and that's the same thing in Quebec. There are a lot of mélomanes - music lovers - and that contest means a lot to them, too. But maybe in the grands medias, there is more war... a lot of language barriers and stuff. It's a little confused, I think. It's weird.

Q: You guys had joked that if Radio Radio won, they'd give you $5000 and vice versa...

SB: It's a joke! It just a joke! We told them it was a joke! [Laughter amongst the band.]

Q: Several of you became fathers recently. Has that changed what it means to win an award like this? Does it feel different to be able to go home and say, "Ma petite, j'ai gagné!"?

L-JC: Yeah, that makes a difference. It's hard to tour and do the rock life. So we go home and change diapers instead.

FL:
We used to say that having a baby, that's rock 'n' roll - that's the real rock life.

Q: You recorded Les chemins de verre in a famous studio in France -- Studio La Frette -- where many iconic artists (like Serge Gainsbourg) have produced great recordings. Were you inspired by the place?

FL: Patrick [Watson] recorded his last album there, and Feist recorded The Reminder there, so...

L-JC: It was a very inspiring place. We were sleeping in the studio. We were far from home, in Paris, and we were in a bulle - a bubble.

FL: If you had an idea at any time of day or night, you could record it. And there were ghosts!

SB: Feist said she recorded all of The Reminder in two weeks because there were ghosts. Good ghosts... working for us.

Q: What song on this album are you most proud of?

L-JC: I'd say "Moi-leger," because it was the first song we played. Franck sat at the piano in the studio and just played. It wasn't really composed - it was just the inspiration of the place, the moment. And we recorded it the next day, and I'd written the lyrics the same day. Everything we can hear on the album came from that.

Q: What's the craziest thing you guys did last night after you won?

FL & L-JC: Vomir? Vomit! [They laugh and point at Stephane, who puts his forehead on the table.]

L-JC: Hey Steph? Remember? The puke?

SB: We arrived at the [afterparty] at 1:35 am. We had to bring our gear down. It went so quick. Like a truck passed over us!

If you missed last night's Polaris gala, check out CBC Radio 3 to download a podcast of the whole ceremony. And what do YOU think of Karkwa's Polaris win?

Quelques fonds d'écran du clip d'Oublie pas de Karkwa

Sur le site "les puces d'Ô" :
 

Ces backgrounds ont été réalisés pour le compte d'Audiogram en collaboration avec Parce Que films

3D vectoriel - Images (look cartoon) créées avec l'engin de rendu de Swift3D pour un vidéoclip du groupe de musique québécois Karkwa.

Lien vers le vidéoclip de Karkwa, Oublie pas : http://info.audiogram.com/karkwa_oublie_pas/

vendredi 29 octobre 2010

Karkwa Fidèle à eux-mêmes et même plus

Sous des tonnes de pluie déferlants des nuages, les spectateurs ponctuels se serrent humides sur le parterre. Cheveux mouillés à lavette, chemises à carreaux, barbes rudes, et bretelles de couleurs. Un public jeune, artistique et urbain attend impatiemment. Ayant déjà vu un spectacle du groupe montréalais Karkwa, mes attentes sont énormes.

Le 30 septembre dernier, au Métropolis, dans le cadre de l’événement Pop Montréal, le groupe montréalais et gagnant du Polaris du meilleur album de l’année présentait le spectacle de leur nouvel album Les chemins de verres. Possédant quatre albums à son arc et plusieurs prix dans son carquois, dont le meilleur groupe de l’année et le prix du meilleur album alternatif, le quintet repart en tournée pour la France après la rentrée montréalaise.

Je vous entends d’ici. Je suis vendue d’avance, je le sais très bien, mais ce n’est pas les moyens qui manquent de vous convaincre.

Première partie mal jugée

Dans une ambiance planante et atmosphérique, on se tasse comme des sardines sur le parterre du Métropolis. On attend avec impatience le groupe qui se fait attendre. Un cadeau que Karkwa s’offre et nous offre, une première partie, le groupe Leif Vollebekk. Un son qui ressemble étrangement à celui de Patrick Watson, l’ami du groupe Karkwa. Les spectateurs n’écoutent que d’une oreille en regardant leurs montres aux cinq minutes, impatient. Ils ne portent guère attention à la première partie pourtant talentueuse.

Pour vous

Puis, c’est le chahut, les cris, les applaudissements et le brouhaha. Les spectateurs se satisfassent d’entendre la première chanson, Le Pyromane, et se taisent en fixant le stage où les artistes se donnent corps et âme. Comme ils le font toujours.

Ça sent le contentement. Le groupe nous offre un voyage nostalgique à travers, non seulement leur dernier album, mais aussi, les deux précédents. Un éventail que le groupe offre aux Montréalais qui les ont fait naître.

À mainte reprise, on dirait que le temps se suspend sous le toit du Métropolis entre les chansons énergiques et poignantes du groupe et celles qui recentrent vers l’intérieur et vous font rêver. Les paroles de ces chansons que le public chante en harmonie.

Intimité

La simplicité du décor est la bienvenue. L’éclairage chaleureux et spectaculaire apporte au spectacle une ampleur et une beauté sans pareil et en même temps, une grande intimité.

Les quelques interventions faites par le chanteur et le claviériste du groupe, Louis-Jean Cormier et François Lafontaine, donne un côté humain et une proximité à cette soirée. La preuve de cet humanisme, en chantant une des chansons les plus populaires du groupe, Échapper au sort, le chanteur en oublie même les paroles à deux reprises et pour se faire pardonner, nous fait tous rire en expliquant : «Coudonc, est-ce qu’il va falloir que je commences à penser moi là». Une phrase qui provoque un sourire général.

Un rappel, un rappel, un rappel…

Après une prestation fulgurante, Karkwa quitte la scène. Mais pour le public rien n’est fini. Les applaudissements se font longs et font mal aux mains, les cris s’allongent, puis, les pas des milliers de fans retentissent à rythme régulier sur le sol. C’est pour un fin mémorable que le groupe termine son deuxième rappel avec la chanson Dors dans mon sang, chanté à l’unissons par le public.

Note à moi-même, cette note s’applique aussi bien à vous, mettre une croix sur la journée du 11 décembre 2010, leur deuxième spectacle de la tournée, donné au Métropolis.

Ecrit le 28 octobre 2010 - par Éloïse Demers Pinard dans l'Option, le blogue des étudiants en journalismes du CEGEP André-Laurenadeau

Photo: Karkwa @ Maroquinerie, Paris | 12.03.09 - http://www.discordance.fr/karkwa-a-la-maroquinerie

GAMIQ ou ADISQ ?

Louis-Jean Cormier et Stéphane Bergeron (qui a répondu à nos questions), du groupe Karkwa. Photo d'archives Alain Décarie

GAMIQ ou ADISQ: la guerre des clans - Ça change pas le monde

Rue Frontenac a demandé à quelques-uns des artistes visés par les nouveaux critères d'admissibilité du GAMIQ, ou qui le seront dans un avenir rapproché, quels peuvent être les impacts d'une telle mesure et si le fait d'être présent à l'ADISQ rend moins alternatif. Pour les principaux intéressés, leur carrière ne se portera pas moins bien sans le GAMIQ, tandis qu'elle ne se portera pas nécessairement mieux avec un Félix en poche!

Question 1: Est-ce que la décision du GAMIQ d'écarter les artistes bénéficiant d'une visibilité dans les médias commerciaux, grands réseaux, ainsi qu'au gala de l'ADISQ pourrait avoir un effet néfaste pour ceux-ci?

Question 2: L'obtention d'un Félix au gala de l'ADISQ est-elle garante d'une carrière commerciale pour les artistes et ces derniers sont-ils soudainement moins alternatifs dans l'âme et la forme?

Q. 1: Je trouve que ce n'est pas la bonne façon pour arriver à leur but, qui est de promouvoir les artistes qui manquent de visibilité dans les médias commerciaux. Ça laisse place à une zone grise trop grande. Si tu fais un gala avec comme vocation de promouvoir une musique X, tes critères doivent être uniquement artistiques. On va s'en remettre, mais on était aussi fiers de gagner un GAMIQ qu'un Félix.

Q. 2: Non, c'est sûr que ce n'est pas garant d'une carrière commerciale. Ça aide, mais ça ne change pas le monde. Et est-ce que l'artiste devient moins alternatif? Quand on fait un disque, il est soumis à l'ADISQ et nous n'avons plus le contrôle sur ce qui se passe. Le disque ne change pas même si on gagne un Félix. (...)

Extrait de l'article écrit par Philippe Renault et Philippe Rezzonico, le Jeudi, 28 octobre 2010

mercredi 27 octobre 2010

Karkwa Buzzclip

Métro Montréal : Karkwa/Le pyromane

Depuis leur victoire sur­prise au prestigieux prix Polaris à To­ronto, les gars de Karkwa font tourner bien des têtes dans le rest of Canada. Mais plutôt que de profiter de leur nouvelle notoriété pancanadienne pour se montrer la face, ils choisissent de nouveau de s’effacer dans le vidéoclip de la chanson Le pyromane, où n’apparaît aucun membre du groupe. Olivier Picard et David Pierrat, de Parce Que film, ont opté pour une approche à la fois littérale et poétique afin d’illustrer l’angoisse du personnage principal, qui met littéralement le feu à des souvenirs douloureux.

Heureusement, une pré­sence féminine évoluant dans un univers aquatique vient équi­librer ce monde où seules les flammes éclairent la nuit. La postproduction et les effets spéciaux ont été confiés à la firme québécoise Hybride, qui a collaboré à plusieurs mégaproductions hollywoodiennes (Sin City, Avatar et 300) permettant à Karkwa d’obtenir une nouvelle fois le titre de Buzzclip de la semaine.

L’univers MusiquePlus
À MusiquePlus
Du lundi au jeudi à 19 h

Extrait de l'article de NICOLAS TITTLEY, MUSIQUEPLUS, Publié le 25 octobre 2010

Et si le meilleur groupe de rock francophone était québécois ?

ALLO MUSIC  Live report :
Karkwa @ Divan du Monde Concert

Il y a des choses qui ne s'improvisent pas, et puis il y a des concerts de Karkwa. Décidé la veille pour le lendemain, le concert surprise et gratuit du groupe de rock québécois Karkwa a eu lieu ce mercredi 20 octobre au Divan du Monde.

Une chance pour les quelques deux cent cinquante personnes disponibles ce soir-là, et pas plus fan de foot que ça, de se changer les idées en compagnie de ce groupe de rock francophone tout droit venu d'outre-Atlantique, avec son album "Les Chemins de Verre" sous le coude, à défaut de l'avoir à disposition dans les bacs.

L'introduction pesante et planante à la fois marque le ton d'entrée de set. Karkwa est déjà très rock alors qu'on en est à peine à dix notes jouées. Il faut cependant préciser que ces illustres inconnus n'en sont pas à leur coup d'essai, et que si le nom du groupe ne déclenche que des sourires de par chez nous, Karkwa n'en est pas moins le lauréat du prix Polaris 2010, devant Caribou, Broken Social Scene, The Besnard Lake... Excusez du peu !

Pour son deuxième Divan du Monde de la semaine, Louis-Jean Cormier, le chanteur du groupe, semble déjà comme à la maison. "Bonsoir Paris ! On est heureux, on est choyés, on est flattés. On pensait se reposer ce soir, mais là c'est mal parti... Des gens ont mis de l'alcool dans notre loge, alors on est bien ce soir ! On chante en français : ça le fait, hein ! Ça donne bien !" Dans la salle, les sourires fusent. Le groupe attise la sympathie de son seul accent et le son fait le reste.

Bluffant d'aisance, Karkwa délivre un rock indé aux rythmiques nord-américaines et aux mélodies teintées de Belgique, le tout agrémenté d'un lyrisme et d'une élégance qui nous sont tout simplement inconnus dans l'Hexagone. Les mots de Louis-Jean Cormier s'enchaînent en douceur pour se fondre dans une planante mélodie. Y'a pas à dire, le français, ça "roxe" finalement !

"Comprenez-vous un peu quand même ?", nous lâche un Louis-Jean Cormier euphorique, avant d'ajouter "Whoa pas trop. Mais on s'en fout !" Et de fait, l'accent du chanteur paraît maintenant d'une telle évidence que tout le monde s'en fout. Gonflé d'une impressionnante section rythmique composée de deux batteurs dont un électro-percussionniste aficionado des toms et des pads, Karkwa oscille entre tempête sonore "sur-riffées" et temps calmes mélancoliques en tonalités mineures. Un clair-obscur musical aux accrocs de douceur.

Entrecoupant l'intimité d'un concert exclusif d'envolées sonores compulsives, Karkwa distille un rock d'une authenticité perdue en France. Malgré un set décousu (improvisé ?), Karkwa semble être un groupe depuis longtemps paré pour un avenir doré ; qui ne demande, paradoxalement, qu'à être découvert.

Et si le meilleur groupe de rock francophone était québécois ?

par Laurent Bechetoille le 25/10/10

samedi 23 octobre 2010

What in the World: Le vrai bonheur

What in the World: Le vrai bonheur:

Bon, là j'écris en français, parce que c'est pertinent. Il n'y a pas beaucoup de chansons qui me font pleurer, en fait, je ne crois pas qu'il y en ait eu beaucoup auparavant, mais je dois faire mention d'une chanson en particulier. C'est "Le vrai bonheur" de Karkwa. Si un jour, j'arrive à aimer quelqu'un au point de m'inspirer à écrire quelque chose d'aussi beau, d'aussi touchant, d'aussi sincère que cette chanson, j'espère ne jamais échapper ce vrai bonheur. Autant la musique, que les paroles, me touchent au plus profond de mon être. Merci à Karkwa de me ramener dans cet endroit de pureté, d'amour honnête, qu'il ne m'est pas arrivé de vivre depuis longtemps.

Je souhaiterais vous faire part d'un album qui vient de changer ma vie

je souhaiterais vous faire part d'un album qui vient de changer ma vie. oui oui, tant que ça. Les Chemins de Verre, karkwa. c'est tout simplement magnifique. une ambiance planante, des sons enveloppants. la douce voix de Louis-Jean Cormier. une langue française utilisée dans toute sa splendeur.

la septième pièce de l'album, dors dans mon sang, en est un parfait exemple. piano, basse et voix nous amènent tranquillement au moment fort de l'œuvre, là où l'ARP 2600, bruitage électronique, se mêlent au harmonies vocales répétées des musiciens. une sorte de transe. si peu de paroles, tellement touchant. Karkwa nous ramène là où on veut être, quelque part où on se sent bien. l'espoir et la nostalgie fusionnent. et quand c'est bien fait, c'est toujours grandiose.

bref, un achat à coup sûr. on l'écoute en boucle et on s'y perd. la preuve qu'on peut encore faire quelque chose de fracassant en ces années où ''tout à déjà été fait''.

''j'écris sous la guillotine
je m'ennuie du silence endorphine
dans mon ouïe, les bruits blancs sont de plus en plus noirs''
- L'acouphène 

Ode à Karkwa

VOIR.CA : On dit de Piaf ou de grandes voix qu'elles pourraient chanter le bottin téléphonique que ce serait encore émouvant.

Moi, mon bottin, c'est Louis-Jean Cormier, chanteur de Karkwa.

Son groupe est ce qui se fait de meilleur en rock québécois, celui que j'aime en tout cas, lettré et élégant. Pas étonnant que Les Inrocks l'encensent régulièrement, dont son récent passage en spectacle là-bas.

À mille kilomètres des petits rigolos aux noms ridicules ou qui s'expriment comme des garagistes (pardon aux garagistes, ça m'a échappé). Karkwa, c'est le présent, il ne fait pas semblant d'être nostalgique des années 60...

Ce qui n'empêche pas Karkwa de saluer les grands artistes qui sont passés avant lui. Un duo avec Brigitte Fontaine. Cormier sert Miron à la perfection, en plus d'interpréter Vigneault avec Marie-Claire Séguin et d'avoir accompagné longtemps Chloé Sainte-Marie sur scène. On le retrouve également sur le dernier album de Catherine Durand. Au lieu de nous dégoûter de son omniprésence, on en redemande.

Dès que j'entends Cormier chanter, je frémis. Ils sont peu nombreux à avoir un style si défini et qui mène à de si vastes émotions.

Le seul truc que je me demande, c'est pourquoi Karkwa figure encore dans la catégorie Alternatif de l'Adisq... Il me semble que pop-rock ou rock tout court conviendrait mieux. 

Par: Francis Hébert, Le blogue chanson, le 22 octobre 2010

Le Pyromane, le nouveau vidéoclip de Karkwa



Canoë : Le groupe québécois Karkwa présente le vidéoclip de son nouvel extrait radio, Le Pyromane, tiré de l'album primé Les chemins de verre. Pour la réalisation du vidéoclip, Karkwa a choisi d’assigner ses hommes de confiance: Olivier Picard et David Pierrat. Les deux ont remporté des Félix dans la catégorie Vidéoclip de l’année pour Karkwa en 2008 et 2009, soit pour Échapper au sort et La façade respectivement. Après une rentrée montréalaise réussie le 30 septembre dernier, Karkwa sera de retour au Métropolis pour une supplémentaires le 11 décembre prochain. Le groupe sera également de passage au Grand Théâtre de Québec le 18 novembre.

Article de Canoë le 22-10-2010 | 16h07

vendredi 22 octobre 2010

Karkwa à la première place, aucune autre.

ZDAR.NET : Karkwa, Divan du Monde, Paris (20.10.2010)


Bien sûr qu’ils furent bons… Bien sûr que le public répondit présent… 250 ou 300 fans, alertés 24 heures auparavant et venus écouter cette petite perle québécoise qui ne cesse de monter. Jeudi soir, Karkwa a joué pour le plaisir, et le plaisir de nous faire plaisir. Comment vous dire que des titres comme Le Pyromane, Le Compteur, Echapper au sort, Les chemins de verre relèvent du génie ? Comment vous décrire l’irrationnelle émotion que ces derniers sont capables de provoquer ? Comment enfin vous exposer l’énorme potentiel de ce groupe ? Vainqueur du prix Polaris (meilleur album Canadien de l’année) devant quelques « déjà-grands » (Caribou, Broken Social Scene…), Karkwa va pouvoir profiter de ce tremplin pour entamer prochainement une tournée américaine.

Karkwa ne sera plus jamais ce « nouveau groupe » qu’on se plaisait à écouter entre happy-few, comme ce soir de printemps au Batofar, tiraillés entre la volonté irrésistible de les aider à se faire connaître et l’égoïste envie de garder ce petit joyau secret, juste pour soi…

Karkwa trace le chemin vers un avenir populaire, un futur brillant où on leur souhaite d’occuper la place qu’ils méritent.

La première. Aucune autre.

22 octobre 2010 Benoit Darcy

Photos du concert surprise de Karkwa au Divan du Monde, mercredi 20 octobre 2010

Karkwa-Divan-Du-Monde-01 Karkwa-Divan-Du-Monde-02 Karkwa-Divan-Du-Monde-03 Karkwa-Divan-Du-Monde-04 Karkwa-Divan-Du-Monde-05 Karkwa-Divan-Du-Monde-06 Karkwa-Divan-Du-Monde-07 Karkwa-Divan-Du-Monde-08 Karkwa-Divan-Du-Monde-09 Karkwa-Divan-Du-Monde-10 Karkwa-Divan-Du-Monde-11 Karkwa-Divan-Du-Monde-12 Karkwa-Divan-Du-Monde-13 Karkwa-Divan-Du-Monde-14 Karkwa-Divan-Du-Monde-15 Karkwa-Divan-Du-Monde-20 Karkwa-Divan-Du-Monde-16 Karkwa-Divan-Du-Monde-17 Karkwa-Divan-Du-Monde-18 Karkwa-Divan-Du-Monde-19 Karkwa-Divan-Du-Monde-21 Karkwa-Divan-Du-Monde-22 Karkwa-Divan-Du-Monde-23 Karkwa-Divan-Du-Monde-24 Karkwa-Divan-Du-Monde-25 Karkwa-Divan-Du-Monde-26 Karkwa-Divan-Du-Monde-28 Karkwa-Divan-Du-Monde-27 Karkwa-Divan-Du-Monde-29 Karkwa-Divan-Du-Monde-30
A lire aussi, la chronique de Thomas Burgel des Inrocks, compagnon d’un soir de conversations alcoolisées et d’humour post-moderne. A renouveler !

Karkwa au sommet de la francophonie

Francophonie : un sommet sous le signe de la convivialité - 21/10/2010

Dans le courrier du Vietnam : Le secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf, et le maire de Montreux, Pierre Salvi, ont inauguré le 19 octobre, dans la ville suisse de Montreux, le village de la Francophonie, en présence de la conseillère fédérale en charge des Affaires étrangères Michelle Calmy-Rey. (...)
Les québécois seront également bien représentés le 24 octobre, notamment avec le groupe Karkwa. Clairement affranchi des comparaisons avec les grands groupes rock actuels, Karkwa monte en puissance et trace sa voie sans regarder derrière. Le quintette possède un vaste espace créatif qu'il maîtrise avec grâce.

On y était : Karkwa de nouveau au Divan du Monde

Dans les Inrocks le 21/10/2010: Les Québécois Karkwa rejouaient hier soir au Divan du Monde en préparation, on l'espère, d'un envahissement définitif et mérité de la France : ce groupe est immense.

Karkwa, apparemment, se sent bien à Paris. Les Québécois s’y sentent tellement bien qu’ils ont d’ailleurs décidé de prolonger un peu, comme un rappel géant : quelques jours après un concert "officiel" au Divan du Monde, les Québécois ont remis ça au débotté, pour les copains, ceux qui n’étaient pas là, pour ceux qui veulent (enfin !) commencer à se laisser happer par les bourrasques folles de leur dernier et magnifique album, Les chemins de verre, sorti depuis quelques mois au Québec, pas encore officiellement annoncé en France.

Ils jouent, surtout, pour le plaisir : il transpire presque littéralement du concert des garçons, joué devant un comité ni trop petit ni trop grand, venu en connaisseur, venu aussi supporter un groupe qui peine encore à briser les frontières hexagonales. C’est le paradoxe formidable du groupe : si ses morceaux, tempétueux et rageurs, lettrés et abyssaux développent des atmosphères plutôt sombres et graves, ils sont toujours portés avec la légèreté de la brise par des types à l’évidence adorables.

Le concert est joué dans une belle grâce, une fougue de jeunes amoureux ; les nerfs sont tendus mais les idées sont en liberté, le groupe se marre entre les morceaux mais ne déconne plus du tout quand il s’agit de souffler le brûlant ou le glacé, ou l’alternance des deux dans des clairs-obscurs électriques et saisissants, s’applique à rendre ses montées vertigineuses et ses descentes effrayantes.

Ecrire des morceaux comme Les chemins de verre, Moi-léger, Oublie pas ou Le compteur, pour n’en citer que trois, suppose de naître avec de l’or dans le sang mais le groupe, déjà parti de haut, grimpe d’année en année vers des cimes qu’on ne pouvait qu’à peine soupçonner et a  désormais pris, c’est une certitude, une amplitude démentielle. Découverts ou redécouverts sur scène, les morceaux des Chemins de VerreLes tremblements s’immobilisent et Le volume du vent. impressionnent jusqu’à la chair de poule : ils sont clairement plus fins, plus beaux, plus dynamiques encore que ceux des précédents C’est dire. Sans forcer, les garçons ont remporté il y a quelques semaines le Prix Polaris, devant Caribou, Owen Pallett, The Besnard Lakes ou Broken Social Scene - dans un monde logique, dans un univers ordonné et si la justice divine n’était pas qu’une vaste plaisanterie, botterait le cul d’à peu près tous les groupes de rock du monde et de Navarre, francophones ou pas.

article des Inrocks du 21/10/2010 | 14H10

mardi 19 octobre 2010

Karkwa dans le transistor


MaMA Event – Samedi, Extrait : Karkwa

Dans un autre style d’énergie, les Québecois de Karkwa libèrent des ondes puissantes. L’intensité est palpable au Divan du Monde, et il flotte comme une vibration de fin du monde. L’atmosphère est heureusement allégée par le groupe qui lance des boutades franco-canadiennes entre les chansons. Malgré tout, certaines paroles prennent instantanément à la gorge et l’on comprend en un clin d’œil pourquoi beaucoup ils ont été appelés les Radiohead francophones pendant longtemps. Une fois n’est pas coutume, malgré les règles strictes interdisant tout rappel lors des festivals, Karkwa reviendra de bonne grâce à la demande du public.

19 octobre 2010 Rédacteur : Agnès Bayou Photographe : Benjamin Lemaire, Le Transistor

Karkwa en concert surprise mercredi 20 octobre au Divan du Monde!

ZDAR.NET : Le groupe Karkwa, ou ce que le Québec a fait de mieux en matière de Rock depuis des lustres, donnera un concert surprise demain, mercredi 20 octobre au Divan du Monde. Louis-Jean Cormier et les siens sont en effet en France depuis une semaine ! Ils participaient au MaMA le week-end dernier et c’est fort logiquement que leur nouvel album Les Chemins de Verre sort ces  prochains jours en France (il est disponible depuis début 2010 outre-Atlantique).

Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, sachez que ce concert est GRATUIT. Pour y participer, il suffit de vous rendre sur le site du Divan du Monde et d’ajouter votre nom à la liste…

C’est le moment où jamais de réviser votre Karkwa illustré ! Quelques souvenirs du Nouveau Casino, du Batofar ou de la Maroquinerie devraient vous y aider. C’est l’occasion aussi de revoir quelques photos (ci dessous) et d’écouter quelques titres. Merci Karkwa pour cette surprise, et à demain !

Photos du concert de Karkwa à la Maroquinerie, le 12 mars 2009

karkwa-maroquinerie-03 karkwa-maroquinerie-04 karkwa-maroquinerie-02 karkwa-maroquinerie-01 karkwa-maroquinerie-05 karkwa-maroquinerie-15 karkwa-maroquinerie-06 karkwa-maroquinerie-07 karkwa-maroquinerie-08 karkwa-maroquinerie-14 karkwa-maroquinerie-09 karkwa-maroquinerie-10

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.