Karkwa la grande réunion d'octobre 2017

Karkwa la grande réunion d'octobre 2017

Depuis la pause de décembre 2011

Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

mardi 28 juin 2011

[karkwa] qu'on en dise aura dépassé les 40 000 visiteurs

A l'occasion du concert de Karkwa à Paris le 21 juin sur la place de la Bastille , Le site [karkwa] qu'on en dise a symboliquement dépassé les 40000 visiteurs et les 68800 pages vues avec la parution et la reprise de près de 2000 articles parus sur le web depuis avril 2008.

Après les avoir découverts ( grâce à mon amie mélomane Lolo qui les connait bien et pour cause ! qu'elle en est soit éternellement remerciée ;-) ) d'abord sur disque puis en mars 2007 en concert au National de Montréal, je me suis pris de sympathie pour eux, puis nous nous sommes pris d'amitié avec des membres du groupe et leurs familles. 

C'est donc par amitié que j'ai tenu ce blog depuis lors. Ce qui n'etait pas toujours une sinécure et etait un peu chronophage ;-) avec ses déclinaisons Facebook et Twitter mais c'etait avec un grand plaisir que je l'ai fait et j'en retire la satisfaction d'avoir participé, même marginalement, à une belle aventure.

J'espère que tout cela au final a pu leur être utile et agréable, que cela n'a pas brouillé d'une manière ou d'une autre leur communication médiatique et qu'à défaut d'être parfaitement objective, la communication que j'ai véhiculé était honnête, dans le respect  notamment des auteurs des articles qui ont été repris et cités.

J'ai essayé aussi d'éviter au mieux les défauts d'une "fanitude" qui aurait été trop intrusive ou d'un voyeurisme malsain que permettraient les outils de communication que sont Facebook ou bien encore Twitter, reproches qui pourraient être parfois fait à une telle démarche, ceci tout en préservant le mieux possible leurs sphères privées.

Je leur souhaite aujourd'hui la meilleure des continuations et des réussites, comme on dit chez les comesticiens richissimes : "Parce qu'ils le valent bien !"

lundi 27 juin 2011

Karkwa au festival de l'Outaouais en fête

Les membres de Karkwa n’ont eu aucune difficulté à combler l’imposante foule conquise avant même que ne résonnent les premières notes. Les récipiendaires du dernier Prix de musique Polaris (décerné depuis 2006 par des critiques au meilleur album canadien) ont enfilé à rythme d’enfer les pièces de leurs opus Le volume du vent et Les chemins de verre.

Extrait de l'article de Michel Moyneur publié le 27 Juin 2011 dans le journal La Revue



vendredi 24 juin 2011

Patrick Watson avec son chandail fleurdelisé s’est joint à Karkwa

Patrick Watson s’est joint à Karkwa avec son chandail fleurdelisé. l’image valait mille mots. Photo Pascal Ratthé
Le couvre-feu était fixé à minuit. Peu importe, Karkwa n'a pas arrêté sa prestation lorsque l'heure a sonné. On ne brise pas la fête du Québec de cette façon, surtout pas à L'Autre Saint-Jean, la célébration hors norme de la Fête Nationale!

Une célébration tellement hors norme que les spectateurs ont eu droit à une apparition surprise – même si l'info avait circulée sur les réseaux sociaux durant la journée – de Patrick Watson le temps de deux chansons en compagnie de Karkwa.

Il y a eu Les chansons folles, écrite spécialement pour le projet Karkwatson en 2008, ainsi que Big Bird in a Small Cage, alors que Watson portait fièrement un chandail fleurdelisé. L'image valait mille mots et la foule jubilait.

Karkwa a finalement conclu une vingtaine de minutes après minuit avec Oublie pas, mettant fin à un spectacle qui s'est déroulé plutôt rondement.

Extrait de l'article "L'Autre Saint-Jean fait un pied de nez à la pluie" de Philippe Renault, RueFrontenac.com, le vendredi 24 juin 2011

Cette soirée épique a atteint son paroxysme avec Karkwa

La 3e édition de l’Autre Saint-Jean : un succès malgré la pluie

La troisième édition de L’Autre Saint-Jean a débuté sous le signe de l’humour malgré la pluie avec un MC Gilles en pleine forme à l’animation de l’événement.

Depuis la création de cette Fête nationale dans l’arrondissement Rosemont – La-Petite-Patrie en 2009, MC Gilles anime la foule avec toute l’ironie et le mordant qu’on lui connaît.

Premier à monter sur scène, Jimmy Hunt, accompagné de ses trois talentueux musiciens, a séduit une foule tout de même modeste mais très réceptive grâce à ses chansons folks touchantes tirées de son album homonyme. Durant le spectacle, un arc-en-ciel persistant a attiré un public grandissant. Puis, la formation hip hop Gatineau a pris d’assaut la scène en interprétant d’anciens succès et de nouvelles chansons déployant toute la fougue et la folie dont ils sont capables.

Au coucher du soleil, Yann Perreau et ses comparses sont montés sur scène pour donner une prestation endiablée ponctuée de commentaires politiques inspirés. La noirceur venue, le parc du Pélican s’est rempli pour applaudir l’explosive formation Galaxie.

Cette soirée épique a atteint son paroxysme alors que Karkwa a donné un concert enflammé. L’assistance attendait ce moment et fredonnait les paroles de plusieurs de leurs pièces. Une belle surprise attendait l’audience alors que Patrick Watson a fait une apparition surprise. En ce 23 juin 2011, plus de 9000 spectateurs sont venus célébrer le Québec au son de la musique d’ici.

Notons également les discours très sentis des élus en cette ère de changement. Monsieur François Croteau, Maire de l'arrondissement Rosemont – La-Petite-Patrie, Madame Louise Beaudoin, députée provinciale de Rosemont et de Monsieur Nicolas Girard, député de Gouin on tous pris la parole pour inciter le public à la fête et rappeler aux spectateurs l’importance de la nation québécoise. Malgré un début de soirée sous la pluie, cette édition de L’Autre Saint-Jean est une réussite. Encore une fois, l’événement démontre que la musique alternative sait rassembler les foules avides de fêter le Québec autrement.

Article soumis par Paradiso, Patwithe.com le 24 juin 2011

jeudi 23 juin 2011

Une version Jazz et feminine de "Moi Léger" en préparation

Laila Biali
Une reprise au feminin Jazz et anglo de "moi-léger" ça vous dirait ?

Ce n'est pas impossible, la chanteuse Laila Biali y travaille pour une émission spéciale Jazz de CBC à venir  selon une information de Rebecca Webster

Le Québec a repris la Bastille!

« Ce soir, Montréal a pris un p’tit coup de Pastis! », de lancer Grand Corps Malade après avoir entonné la magnifique chanson « Montréal » écrite en duo avec Yann Perreau à la Fête de la Musique qui se tenait ce soir à Paris.

Devant un parterre de Français et Québécois rassemblés en grand nombre sur la Place de la Bastille, le slammeur et l’interprète de « C’est beau comme on s’aime » ont offert le moment le plus touchant de cette grande soirée célébrant la présence en France de nos artistes québécois et qui rassemblait pour l’occasion les Pierre Lapointe, Karkwa, Ariane Moffatt et Marie-Jo Thério et un house band étoile mené par Louis-Jean Cormier de Karkwa et comptant entre autre dans ses rangs l’ex-Dears Martin Pelland et le guitariste d’Ariane Moffatt Joseph Marchand.

Orchestrée par l’animatrice de Radio-Canada Monique Giroux, la soirée a rapidement pris des allures de fête de la St-Jean en pleine Ville Lumière au fur et à mesure que les auteurs-compositeurs-interprètes de chez nous y ont célébré les grands classiques de Félix (« Le Tour de l’île » façon Karkwa interprété en duo par Moffatt et Louis-Jean Cormier), de Starmania (Lapointe seul au wurlitzer pour "Les Uns contre les Autres") et de Dufresne (« L’homme de ma vie » chanté avec fougue par Marie-Jo Thério) ainsi que des succès plus contemporains comme « Réverbère », « Au bar des suicidés » et « Le bruit des bottes » devant une foule réceptive brandissant des drapeaux fleur de lysées. « Ce soir, on vous présente les fils et les filles de Félix Leclerc qui est venu chanter ici il y a déjà 60 ans cette année! », de lancer une Monique Giroux visiblement très émue par le spectacle des artistes qu'elle a aidé à faire connaître chez nous. « C’est très symbolique pour moi de revenir ce soir sur la terre de mes ancêtres pour montrer ce de quoi on est maintenant capables! », de confier l’animatrice à l’équipe de Voir TV quelques heures avant le spectacle. « À comparé aux Français, qui sont là depuis des lunes, on est un peuple de jeunes adolescents qui n’a pas le poids de l’Histoire sur les épaules et qui a la fraîcheur de ceux qui ont tout à prouver et c’est très excitant! »

Il faisait donc bon de voir nos artistes briller de tous leurs feux sur la Place de la Bastille, endroit emblématique de prise de liberté et de conquête. Et à entendre Yann Perreau crier « Vive la musique québécoise libre! » avant d’entonner une version bien sentie du « Président danse autrement », force est de croire que c’est le Québec et sa culture en entier qui ont hier soir conquis le cœur de nos cousins Français.

La Fête de la Musique et ses artistes se retrouveront par ailleurs dans le grand documentaire qu’on vous prépare pour l’automne et qui sera diffusé sur les ondes de Télé-Québec. Une émission spéciale célébrant notre culture rayonnant à l’étranger qui vous mènera de l’Europe à Las Vegas et New York.

Article de Sébastien Diaz, Voir.ca, le 21 juin 2011

Une fois de plus Karkwa a pris Paris

Le lobby québécois – puissante confédération montréalo-parisienne d’amateurs de bons moments avait élu domicile, un soir, sur la Place de la Bastille.

C’est ainsi que Karkwa concluait cette cousinade musicale ayant vu se succéder Pierre Lapointe, Ariane Moffatt Yann Perreau, ou encore Alfa Rococo. Karkwa en France, à Paris, et pour un petit moment puisque le groupe jouera également le 28 en première partie d’Arcade Fire au Zenith et le lendemain à la Maroquinerie, puis aux Eurockéennes et à Orléans !

22h30. Le show démarre. Un peu plus d’une heure de bonheur, incontestablement. Les drapeaux bleus et blancs s’agitent bien haut, le bonheur se lit sur les visages. Ce soir, le Québec a pris la Bastille, et une fois de plus Karkwa a pris Paris.

Extrait de l'article "Karkwa, Fête de la Musique, Bastille (21.6.2011)de Benoit Darcy sur Zdar.net le 22 juin 2011

Photos du concert de Karkwa pour la Fête de la Musique 2011 place de la Bastille : Voir le diaporama

vendredi 17 juin 2011

Karkwa : La signature des grands

Karkwa n’est monté sur la scène Bord-de-l’eau, retour au sous-sol de l’église, que vers minuit et quart. Mais ça n’a pas semblé déranger les spectateurs, tant les vrais que ceux qui étaient déjà partis sur le party.

Il y en avait du monde pour venir applaudir le groupe de l’heure au Québec, qui remporte prix sur prix et n’en finit pas de tourner : à l’Anglicane de Lévis la semaine dernière, en Europe dès la fin du mois, avec notamment un spectacle à Paris qui regroupera plusieurs artistes québécois (et français), Le Québec prend la Bastille, et qui se tiendra le 21 juin prochain. 

En attendant cette saucette outre-Atlantique, les cinq membres de Karkwa avaient décidé, mais c’est à peu près comme ça à chaque spectacle – ceux que j’ai vu, en tout cas – , de tout donner pour leur retour à Tadoussac. 

Les mélodies de leurs chansons, accolées à des textes poétiques bien souvent signés Louis-Jean Cormier (voix et guitares), se transforment sur scène en envolées lyriques, en exploration sonore où chacun a son rôle à jouer : Julien Sagot et Stéphane Bergeron s’assurent de la rythmique, même si leurs batteries deviennent folles par moments (une récurrence), Martin Lamontagne, avec sa basse, fonde lui aussi la base de chaque chanson, tandis que Cormier et François Lafontaine (claviers) partent parfois dans des délires musicaux salvateurs, revampant ainsi certaines de leurs pièces. 

Le tout, en cohérence, donne un spectacle explosif, retentissant, avec parfois de petites bulles d’air acoustiques (Mieux respirer, Red light), sur lesquelles il est difficile de faire taire les plus éméchés des spectateurs. 

Oui, quelques incartades rigolotes, à propos du Retour de nos idoles et de Marjo ce coup-ci, mais rien de bien méchant, d’autant plus que Cormier et Lafontaine ne se sont pas trompés sur Échapper au sort (ce qui arrive pourtant fréquemment), et que le groupe, à un quart près de deux heures du matin, a bien voulu remonter sur scène pour un ultime rappel non-prévu, Le vrai bonheur

Histoire de terminer en douceur et en beauté un spectacle intense, mémorable, qui aura convaincu tout le monde. Même si certains des membres de Karkwa ont connu de petits pépins techniques, le sous-sol de l’église n’aura jamais autant résonné, ni vibré, qu’avec eux. C’est là la signature des grands.

extrait de l'article "Aimez vous les uns les autres- partie 2" de Cyril Schreiber, Impactcampus.qc.ca

mercredi 15 juin 2011

Karkwa Map Out Cross-Canada Tour

Last year, francophone rockers Karkwa caused a major stir when they snagged the 2010 Polaris Music Prize for their album Les Chemins De Verre. In the coming months, music fans across the country (and around the world) will have a chance to check out the award-winning group in the flesh, as they're getting set to embark upon an extensive tour.

In the next few weeks, Karkwa will play a trio of shows in Paris, plus a smattering of other dates in France and the UK. They will return to Quebec next month for a series of performances in their home province. After that, they will head west as far as Vancouver Island, playing shows along the way.

See the schedule below. It includes appearances with Arcade Fire and Blue Rodeo, although you will have to be on the other side of Atlantic to see those gigs.

Article By Alex Hudson, Exclaim.ca

lundi 13 juin 2011

Fête de la musique : Le Québec prend la Bastille

.
DATE : Mardi 21 Juin 2011
LIEU : Place de la Bastille 
(Paris 75012)
HORAIRE : a partir de 19h
PRIX : GRATUIT

La Délégation générale du Québec à Paris présente, à l’occasion de son 50e anniversaire, un concert événement Place de la Bastille réunissant plusieurs artistes de la scène émergente québécoise.

Ce grand rendez-vous musical aura lieu le 21 juin dans le cadre de la 30e édition de la Fête de la Musique.

Au programme : Ariane Moffatt, Pierre Lapointe, Yann Perreau, le duo Alfa Rococo et le groupe Karkwa. Côté français, Robin Leduc et Grand corps malade seront de la fête.

Dès 19h sur la scène OFQJ, Robin Leduc, Prix Félix Leclerc 2010, donnera le coup d’envoi de cette « prise de la Bastille », suivi d’Alfa Rococo. À 21h, Pierre Lapointe, Ariane Moffatt et Yann Perreau feront le show avec la participation exceptionnelle de Grand Corps Malade. En clôture de cette soirée anniversaire, le groupe Karkwa présentera pour la première fois en France les titres de son dernier album « Les chemins de verre ».

samedi 11 juin 2011

Karkwa au Festival de la chanson de Tadoussac 2011

Finalement, on a terminé ça au sous-sol de l’église avec le spectacle de Karkwa. C’est une valeur sûre, c’est le genre de groupe dont je me dis que je ne peux pas manquer la prestation, parce que c’est trop bon, même si je les revoir cet été et cet automne, même si je les ai vus déjà une dizaine de fois, une vingtaine peut-être, je ne sais plus, depuis le temps. La sonorisation nous faisait parfois perdre quelques notes, ne permettait pas d’admirer leur précision, mais ce n’était pas au point de gâcher leur musique, on pouvait facilement se laisser emporter par leur tempête musicale et leurs envolées. Une longue prestation, d’une heure trente, qui s’est terminé après peut-être plus d’une heure et demie. Le public a même réussi à leur décrocher un deuxième rappel.

Ce soir, c’est la dernière soirée, déjà, du Festival de la chanson de Tadoussac. Le gros morceau est Douze hommes rapaillés, qui a incité l’organisation à créer une nouvelle salle, à l’église de Tadoussac. Ils ont tout de même enlevé 16 bancs et recouvert les autres d’un plancher à neuf niveaux, afin de créer une estrade. Une belle salle, que j’ai visitée le temps d’une chanson, hier soir, durant Paul Piché – qui était en grande forme, disons-le. J’ai mis en gras, ceux qui m’intéressent.... lire plus

Extrait de l'article "Tadoussac, on débarque avec Robitaille, Archambault et Karkwa " de Mickaël B, "La Barbe" publié le 11 juin 2011

Tadoussac est une grande messe de la musique et de la fraternité

«TADOUSSAC EST UNE GRANDE MESSE DE LA MUSIQUE ET DE LA FRATERNITÉ»

Cette fin de semaine, musiciens et chanteurs québécois seront nombreux à se joindre au festival de Tadoussac, qui ouvre en quelque sorte la saison des manifestations musicales en plein air au Québec.

Selon Louis-Jean Cormier, chanteur de Karkwa, et Gilles Bélanger, compositeur, instigateur et directeur artistique du projet Douze hommes rapaillés, «Tadoussac est une grande messe de la musique et de la fraternité».

«Cet endroit est à l’image de quelques autres festivals comme ceux en Abitibi ou encore à Petite-Vallée. C’est la rencontre d’une grande colonie artistique qui se retrouve pour jouer, certes, mais aussi pour échanger et s’amuser. On y décroche facilement», a expliqué le chanteur du groupe Karkwa, qui sera sur la scène Bord-de-l’Eau, située dans l’église du village.

Aux dires de celui qui sera passablement occupé cet été avec une tournée au Québec et en Europe, «le show à Tadoussac devrait être assez musclé, assez rock. Les gens sont là pour partager une performance dynamique, lance-t-il. Avec le groupe, j’y suis allé une autre fois il y a quelques années. Mais puisque je viens de Sept-Îles, j’y suis aussi allé plusieurs autres fois. Je connais bien l’événement. C’est une sorte d’institution, qui a réussi à insuffler un esprit de fraternité entre les artistes et les festivaliers. C’est très particulier.»

«NOUS ET LA POÉSIE DE MIRON»

Du côté de Gilles Bélanger, l’idée de rassembler tous ses comparses du projet des Douze hommes rapaillés à Tadoussac, dans une salle spécialement aménagée dans une église, de surcroît, dénote un aspect quasi sacré.

«Durant le spectacle, il se passe vraiment quelque chose. On ressemble à une messe. Et là, de jouer en plus dans une église, sachant que Miron était croyant (même si moi non !), c’est un symbole. Son message de fraternité, porteur d’humanité, va rayonner à la perfection.»

«Pour moi, retrouver tous ces magnifiques talents, dans une atmosphère si chaleureuse, c’est en fait une sorte un clin d’œil pour le grand poète et humaniste qu’était Gaston Miron. Et ce spectacle, c’est la preuve qu’il vit encore en nous et dans ces jeunes comme Louis-Jean (le chanteur de Karkwa est arrangeur sur les deux albums des Douze hommes rapaillés), une personne extraordinaire et un cadeau pour ce projet», poursuit-il.

«En gage des liens tissés dans ce projet et de l’incroyable respect que nous avons tous pour l’œuvre et le poète, nous laisserons beaucoup de place à ses mots. Le show sera livré sans beaucoup de dialogues, un peu comme Abbey Road, des Beatles, qui m’ont grandement inspiré dans ma vie.»

Douze hommes rapaillés en concert à Tadoussac ce sera 24 chansons offertes par six musiciens et la douzaine de chanteurs du projet, parmi lesquels figurent notamment Jim Corcoran, Michel Rivard, Daniel Lavoie, Yann Perreau, Martin Léon, Pierre Flynn et Vincent Vallières. Une prestation qui risque fort bien de marquer les festivités.

Extrait de l'article "Frénésie musicale et festive à Tadoussac Jean-François Cyr" le 08-06-2011

Une sorte de Radiohead québécois très bon…

RENCONTRE AVEC JEAN PAUL ROLAND (EUROCKÉENNES DE BELFORT)

ZYVA : Parmi cette nouvelle programmation, vous avez sûrement découvert des perles…

JPR : Oui ! En fait, il y a un groupe qu’on attend beaucoup, qui fait le buzz. C’est un groupe de hip hop californien qui s’appelle Odd Future. C’est un peu le groupe dont le net parle actuellement et qui a fait sa première date au festival Primavera. Un des programmateurs les a entendus et là, ça va être leur premier grand festival en France. 

Et puis, il y a deux autres groupes qui ont attiré mon attention, qui étaient dans notre édition d’hiver.

Ils s’appellent True Live, un groupe australien qui mélange Reggae et Hip hop. 

Et le deuxième groupe qu’on aime beaucoup et pour lequel on espère que ça marchera pour eux en France, c’est Karkwa. C’est une sorte de Radiohead québécois très bon… Mais bon, c’est vrai qu’il y a beaucoup de choses à voir… 

Extrait d'un article paru le mercredi 8 juin 2011 sur Zyva blog musical

samedi 4 juin 2011

Karkwa à Orléans : Une perle à découvrir sur scène !


KARKWA (grande scène) En 13 ans et 4 albums, les Québécois de KARKWA ont su développer un style unique, associant un rock hypnotique avec un courageux chant en français. Sur une rythmique irrésistiblement planante, la voix se fait parfois grave et atmosphérique tandis que les envolées électriques viennent toujours rompre la beauté glaciale de l’orchestration. Une perle à découvrir sur scène ! www.karkwa.com

Extrait de Orléans – Festival Jour J le Jeudi 7 Juillet

Programmation du festival Jour J 2011 Jeudi 7 juillet 2011 au Campo Santo – Orléans - Metronomy, I’m from Barcelona, Karkwa, The Finkielkrauts, Janski Beeeats, DevonMiles, Supafuh

La Mairie d’Orléans présente Jour J, le festival qui monte, qui monte ! Et pour la treizième édition, organisée le jeudi 7 juillet prochain en plein cœur d’Orléans dans le majestueux site du Campo Santo, les organisateurs nous ont concocté une programmation… céleste ! (...)

En lire plus

vendredi 3 juin 2011

"If you go to a Karkwa concert, all you're doing is pure feeling"

Extract from a article posted on Jun 2nd 2011 by Marsha Casselmanspinner.com

Land of Talk's Liz Powell Says Goodbye to Her 'Teenage Mindset'


Liz Powell is more than just the creative genius behind Montreal rockers Land of Talk. The vocalist-guitarist seems to have become the glue that keeps the Canadian music scene together. If prompted, Powell can name-drop most of Canada's indie rock elite (Why yes, Arcade Fire stopped by to play on Land Of Talk's latest album, 'Cloak and Cipher'; Sure, she'll fill in as a singer for Broken Social Scene the next time they need her; And yes, she just took up singing with Polaris Prize winners Karkwa and will likely see them at a BBQ or two this summer).

A workaholic, Powell learned the hard way from her vocal chord ailment in 2009 she needs to slow down once and a while. On the phone via Montreal before Land of Talk's June 17 NXNE performance at Toronto's Yonge-Dundas Square, Powell tells Spinner she's going through a transition. This period is for rest, gaining perspective and finally, perhaps, embracing adulthood.

(...) [Liz Powell]Maybe I'll write some songs in French.

Oh, you are fluent in French?

It's funny, no, I mean I don't think I am ... but I collaborated and am friends with Karkwa. They invited me to do a benefit concert a couple weeks ago and they sang [the Land of Talk song] 'Quarry Hymns' with me and we did a song which has a bit of French in it. [Karkwa frontman] Louis-Jean [Cormier] kept asking me, "Why do you have just one verse of one song in French?" And I was like, "Well it took me like three years just to write one verse." He was like, "Just keep doing it." So maybe there will be a French album. That would be so cool, as long as I don't insult my Francophone friends.

Karkwa have mentioned singing in French-only can be isolating.

That's surprising because if you go to a Karkwa concert, all you're doing is pure feeling. Plus, I don't know half of what people are singing anyways, even bands I love: Radiohead, Arcade Fire, Julianna Barwick. It's not really the lyrics you're listing to, it's the confluence of all the musical elements and the energy. It's funny because we performed Karkwa's album in English on CBC [Radio] and I sang the songs translated by an English poet, translating the meaning instead of the actual language. I almost felt like a bit of an a--hole. These beautifully composed songs are perfectly amazing in French; it felt like I was hurting the music.

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.