Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

dimanche 28 novembre 2010

Karkwa et Arcade Fire fournissent deux albums "clefs en mains"

Disques - Oui ! aux notes et aux sons

C'est toujours un sale temps pour l'industrie de la musique, qui se débat pour garder la tête hors de l'eau — surtout les plus petits joueurs, davantage fragiles devant les aléas du marché. Mais c'est en même temps un sacré beau temps pour la musique elle-même. Les notes, les airs, les timbres. Les styles qui se croisent, les paroles qui émeuvent, les envolées qui donnent le frisson. Les claviers qui crachent des sons triturés ou les guitares acoustiques qui nous murmurent leurs mélodies à l'oreille.

Que ce soit pour fêter un ami, remercier un proche ou donner un cadeau de Noël — le cas qui nous intéresse ici — offrir de la musique reste une idée géniale. Parce que, contrairement au nouveau bidule branché pour la cuisine ou au gadget éphémère qui prendra la poussière dans un tiroir, le disque peut nous changer, nous émouvoir, et ce, pendant des années. Bien choisi, l'album devient le compagnon de nos évolutions. Ce à quoi ne peut pas prétendre la nouvelle râpe à parmesan tendance.

Deux albums «clé en main»

Deux albums d'autant de groupes montréalais sont parmi les incontournables de l'année: Les Chemins de verre, de Karkwa, ainsi que The Suburbs, d'Arcade Fire. Ce sont deux disques qu'on pourrait qualifier de «clé en main», qui sauront plaire non seulement à un public jeune et initié, mais aussi à tous ceux qui ont ne serait-ce qu'une toute petite sensibilité au folk-rock.

Karkwa a remporté, avec son quatrième disque, le prix Polaris remis au meilleur album canadien. Le chanteur et parolier Louis-Jean Cormier y a composé de très belles mélodies, qui séduisent parfois instantanément (Marie tu pleures), parfois après un peu de travail (Le Vrai Bonheur). Quant à Arcade Fire, on reconnaît, sur leur dernier-né à la thématique banlieusarde, leur touche — le piano-bar, les envolées de cordes — et on sent aussi une présence accrue de l'esthétique synthétique de la fin des années 1970 et du début des années 1980. (...)

Extrait de l'article de Philippe Papineau, Le Devoir, le 27 novembre 2010 Musique

Les Chemins de Verre de Karkwa : cadeau indémodable

Parce qu'une carte-cadeau pour la boutique en ligne iTunes d'Apple, c'est un peu moche à recevoir (et à offrir)... Quand vient le temps de faire des cadeaux musicaux, le bon vieux CD (ou son grand frère le vinyle, de plus en plus facile à retrouver) fait encore bien l'affaire.

1. KARKWA

Le quatrième album de Karkwa se doit d'être dans la discographie de chaque amateur de rock québécois. Voilà, c'est dit. Récemment auréolé du prix du disque Polaris (à la surprise des voisins anglos), Les chemins de verre demeure l'un des meilleurs albums de 2010, tous genres confondus.

Les chemins de verre (Audiogram )

Suivent : JÉRÔME MINIÈRE, RADIO RADIO, BERNARD ADAMUS, GRAND CORPS MALADE, FLORENCE K, Les Grands Classiques de MC Gilles, Les Belles-Soeurs 

Extrait de l'article "Disques francos: indémodables" de Philippe Renaud, collaboration spéciale La Presse, publié le 25 novembre 2010

Karkwa au sommet...du Massif de Charlevoix aussi


Le Massif de Charlevoix présente 18 spectacles gratuits en après-ski. Avec Karkwa, Radio Radio, Misstress Barbara and Girls on a Ducati, Les Respectables, Antoine Gratton, Jah Cutta et plus...

Si Karkwa a gagné l’estime du public et de la critique avec Les tremblements s’immobilisent et s’est imposé comme un incontournable de la scène rock québécoise avec Le volume du vent, il continue de nous surprendre avec son énergie brute et contagieuse.

Avec la sortie de l’album Les chemins de verre, récipiendaire du prestigieux prix Polaris et de l’album alternatif de l’année à l’Adisq 2010, Karkwa nous incite de nouveau à les voir sur scène, totalement maîtres de leur son, transformer de simples mélodies en crescendos quasi symphoniques.

9 janvier 2011, 16h00, La Montagne, Chalet du Sommet

Le talent de Karkwa souligné

La députée de Duplessis, Lorraine Richard, en compagnie de Louis-Jean Cormier :

Le PQ souligne le talent de Karkwa

Le Parti Québécois a présenté une motion, le 18 novembre, pour souligner le talent et la reconnaissance obtenue par le groupe Karkwa qui s'est mérité le prix Polaris décerné au Canada pour le meilleur album de l'année, et le prix Félix lors du récent Gala de l'ADISQ pour le meilleur album alternatif.

L’Assemblée nationale félicitait ainsi les auteurs, compositeurs, interprètes et artisans qui ont su atteindre ce niveau d'excellence et de reconnaissance pour la créativité québécoise.

La députée de Duplessis, Lorraine Richard, a profité de cette occasion pour rencontrer le Septîlien Louis-Jean Cormier. «Je lui ai dit à quel point il faisait honneur à notre région et surtout, combien il était une inspiration pour les jeunes artistes d’ici», a déclaré la députée.

Par Emile Paquet, Le Nord-Est, Actualité culturelle - Publié le 25 novembre 2010

Et Dieu Créa Les Animaux à Notre Image


Marchand d'idées et Planète rebelle ont le plaisir de vous convier à la première internationale du spectacle délirant 'ET DIEU CRÉA LES ANIMAUX À NOTRE IMAGE' de Marc Sauvageau

Musiques de :
Mathieu “petitBIG” Leduc et de Julien Sagot (KARKWA)


Plongez dans un univers à la fois caustique et humoristique, laissez-vous surprendre par ces fables apparemment innocentes et sans conclusion moralisatrice qui mettent plutôt en lumière les conséquences, les répercussions de choix et d’actions émanant d’êtres qui nous ressemblent de plus d’une manière.

Les vendredi 26 novembre et samedi 27 novembre à 20h Au théâtre de l'Esquisse 1650, rue Marie-Anne Est Montréal

EXTRA: Le lancement du Conte-CD historique LA DÉPORTATION DES ACARIENS de Philippe Mayer et Marc Sauvageau suivra les présentations

samedi 27 novembre 2010

Hommage à Karkwa à l'Assemblée Nationale

Le groupe musical québécois Karkwa a été honoré à l'Assemblée nationale le 18 novembre dernier pour leur prix Polaris et leur 10e Félix en carrière.

Voici la transcription du discours prononcé par Yves-François Blanchet à cette occasion. Pour visionner la vidéo, rendez-vous sur la page officielle Facebook www.facebook.com/YvesFrancoisBlanchet

«Mme la Présidente, je vous remercie et je vais faire en échange un aveu... quelques aveux, en fait. Jusqu'à récemment, je ne connaissais que peu de chose du prix Polaris, comme la plupart des Québécois, et pourtant... Un prix Polaris, c'est quelque chose de rare. Un Polaris, ce n'est rien de moins que le prix décerné au meilleur album du Canada et du Québec, que je combinerai pour l'exercice. Très peu ont été remis au Québec et encore moins à des albums en français. On a même droit à un petit tollé tout «Canadian» devant la remise de ce prix à Karkwa. Mais le talent a ceci de magique, il ne connaît que sa propre force, sa propre magie, son propre charisme et cette aptitude unique à prendre assise sur les sens pour rejoindre les émotions, et dès lors il n'y a plus de frontières. Ces aptitudes et ces qualités, personne ne doutait que Karkwa les ait eues. Maintenant, encore plus de gens le savent.

Je me permets un autre aveu, Mme la Présidente, je suis un peu... un tout petit peu plus familier avec les prix Félix. Un Félix, c'est notre reconnaissance à nous, notre musique, notre art, nos mots et nos mélodies, le miroir ondulant de notre âme changeante. Un Félix, c'est quelque chose, croyez-moi. Demandez-le à tous ces artistes qui, chacun à sa façon, qui en riant, qui en criant, qui en pleurant, qui en récitant le chapelet des remerciements réalisent et vivent un rêve en mettant la main sur la lourde statuette dont les courbes évocatrices ont suscité les plus coquins des commentaires. C'est un rêve, croyez-moi. Et la musique alternative, au fond, qu'est-ce que c'est? Permettez-moi le raccourci. La musique alternative, c'est la musique nouvelle, celle qui se démarque par sa différence, son unicité, son audace, sa force et son originalité. La musique alternative, c'est celle qui emprunte des chemins vierges vers des destinations encore peu explorées. L'alternatif est à la musique ce que la transparence est à la politique, un phénomène novateur, rare et audacieux. C'est la musique qui défie les limites de l'imaginaire sans jamais en atteindre l'extrémité.

Le Félix de l'album alternatif, c'est un peu symboliquement tout ça. Reconnaissons-le, les prix ne seront jamais que des symboles, un objet, une reconnaissance, une ponctuation heureuse dans une mélodie qui vient de loin et ira encore de l'avant. Les prix ne sont pas l'art, ils en sont la célébration, et c'est bien pour célébrer la musique, la créativité, la nouveauté et la durée de la carrière et du talent de Karkwa que nous les recevons aujourd'hui à l'Assemblée nationale. Je salue donc Louis-Jean Cormier, François Lafontaine, Julien Sagot, Martin Lamontagne et Stéphane Bergeron, toute leur équipe, et bien sûr vous me permettrez de croire qu'un gérant, fût-il absent... c'est bien commode, un gérant. Je salue donc aussi Sandy Boutin.

Parce qu'une nation, et, plus qu'aucune, le Québec, ne vaut jamais davantage que la reconnaissance qu'elle offre à ses artistes, Mme la Présidente, nous félicitons aujourd'hui les créateurs, interprètes et artisans qui ont forgé le succès de Karkwa

Karkwa : les pyromanes de la scène


C’est une prestation musicale on ne peut plus rock que nous a offert Karkwa le 18 novembre dernier au Grand Théâtre [Gabnews : Grand Théâtre de Québec] , dans le cadre de sa tournée intitulée Les chemins de verre, tout comme leur dernier album. Ce dernier est paru le 30 mars 2010 (au Canada) et a été enregistré entre deux concerts, à Paris, au studio La Frette, aménagé dans un manoir du 19e siècle.

Les chemins de verre n’a subi aucune préproduction, ce qui fait en sorte que les pièces sont crues (authentiquement parlant) et ont été captées dans une ambiance créative et spontanée. Il a par ailleurs permis au groupe de recevoir le prestigieux Prix Polaris, le 20 septembre dernier. Cette récompense est décernée chaque année à la production phonographique canadienne jugée de la plus grande qualité artistique, quel qu’en soit le style musical ou l’historique des ventes. Karkwa est la première formation francophone à le recevoir, non sans faire de vagues.

Dès les premières minutes du concert, les musiciens sont parvenus à enflammer l’audience avec «Le Pyromane», précédée d’une courte introduction inspirée de «Dors dans mon sang». Quelques instants plus tard, les spectateurs étaient debout. Les membres, parfaitement à l’aise avec ces nouveaux arrangements, ont enchaîné les morceaux du dernier album ainsi que d’autres, tout autant appréciés du public, comme «Oublie pas», «Échapper au sort» et «Le compteur».

Si parfois on perdait l’émotion pure générée par les pièces les plus mélodiques à cause de ce son saturé qui nous enveloppait, la plupart du temps l’effet était réussi et on se sentait véritablement transporté. Les impressionnants jeux de lumière, par lesquels le public était souvent submergé, n’y étaient pas pour rien dans la création d’une ambiance tantôt électrique, tantôt magique. L’interprétation de «Marie, tu pleures» fut l’un des moments forts du spectacle, tout comme celle de la balade «Le vrai bonheur», qui a clôturé en beauté la prestation.

Le groupe possède sans nul doute une aptitude à se renouveler complètement à chaque spectacle, ce qui fait la joie de ses fans les plus fidèles. Les mêmes pièces que l’on connaissait comme étant très peu léchées ont toutefois été complètement réarrangées pour la scène. Elles sont décidément parvenues à maturité grâce à des arrangements poussés, beaucoup plus rock que sur l’album.

Leif Vollebekk et ses musiciens, qui assuraient la première partie du spectacle, ont accompagné Karkwa pour ces derniers moments de la soirée. Mention spéciale à ce Montréalais au talent remarquable et à la voix authentique. Une belle découverte.

Article d'Émylie Thibeault-Maloney, Impact Campus

Video : The Zolas reprennent Le Pyromane de Karkwa


Green Couch Session • THE ZOLAS from Green Couch on Vimeo.

Plants and Animals amène Karkwa en Ontario

Après avoir donné une centaine de concerts en 2010, Plants and Animals annonce maintenant 16 spectacles pour bien commencer l’année 2011. Le groupe montréalais parcourra une fois de plus le Canada, le premier arrêt étant à Vancouver le 18 février.Au Québec, Plants and Animals se produira au National de Montréal le 11 mars et le lendemain au Cercle de Québec. 

C’est Karkwa qui assurera la première partie des concerts de Plants and Animals pour les sept dates prévues en Ontario. Parions que Karkwa, fort de son triomphe au prix Polaris en septembre dernier, tentera de séduire le public anglophone.

La tournée de Plants and Animals vise à promouvoir son second opus, La La Land.

Canoë le 23-11-2010

Retour en ligne

Après une longue semaine d'absence pour cause de trop de choses à faire en même temps pour gagner sa croûte, le blog de revues d'articles sur la toile "[karkwa] Qu'on en dise" revient en ligne.

samedi 20 novembre 2010

L'assemblée nationale honore Karkwa


Jeudi, l'Assemblée nationale du Québec à honoré Karkwa pour leur Prix Polaris et leur Félix de l'album alternatif l'année! La motion a été présentée par le député de Drummond, Yves-François Blanchet.

« Que l'Assemblée nationale souligne le talent et la reconnaissance obtenue par le groupe Karkwa qui s'est mérité le Prix Polaris décerner au Canada pour le meilleur album de l'année et le prix Félix lors du récent Gala de l'ADISQ pour le meilleur album alternatif.  L'Assemblée nationale félicite les auteurs, compositeurs, interprètes et artisans qui ont su atteindre ce niveau d'excellence et de reconnaissance pour la créativité québécoise. »

Ce qui fut fait!

Après la session, ce dernier et Pauline Marois ont eu l'occasion de rencontrer le groupe pour les féliciter personnellement.

Reconnaître, féliciter, soutenir et encourager le travail des artisans, artistes et créateurs de notre culture est crucial, ce que Yves-François Blanchet a fait aussi en faisant adopter à l'unanimité une motion, le même jour, exprimant le soutien de l’Assemblée nationale aux artistes et créateurs québécois qui se voient actuellement menacés par le projet de loi conservateur C-32, loi prétendant moderniser l’exercice du droit d'auteur.

Karkwa, au-delà des attentes

Karkwa s’est arrêté au Grand Théâtre de Québec, jeudi le 18 novembre dernier. Le groupe, qui a récemment remporté le Prix Polaris, fut accueilli à grands bras ouverts par un public qui a pu assister une prestation de qualité.
Article d'Alexandra Fiset, Quebec Spot Media, publié le 19 novembre 2010, Photos : Yves Laroche

Karkwa: les spectateurs cloués dans le son

 Photo Le Soleil, Laetitia Deconinck

Le concert a démarré en lion, dans des éclairages noir et blanc et des rythmes obsédants. On était couverts de son. On constate, encore une fois, à quel point la bande de Louis-Jean Cormier détonne dans le paysage musical québécois; une singularité qui fait du bien.

Article de Valérie Lesage, Le Soleil, Publié le 19 novembre 2010

(Québec) Hypnotisés, subjugués, envoûtés: voilà ce que nous avons été pendant le nouveau concert de Karkwa, présenté jeudi soir à la salle Louis-Fréchette du Grand Théâtre, pas mal remplie d'un public assez jeune et heureux de retrouver le groupe rock alternatif.

jeudi 18 novembre 2010

Karkwa ovationné à l’Assemblée nationale


Une motion adoptée pour le groupe

S’il y a encore des gens qui doutaient que Karkwa n’était pas le groupe de l’année 2010 au Québec, ils devront définitivement revoir leur position. La formation a reçu un autre honneur, cette fois-ci à l’Assemblée nationale, rien de moins.

Le député de Drummond, et ancien président de l’ADISQ, Yves-François Blanchet, a déposé une motion pour que l’Assemblée nationale souligne le talent et la reconnaissance obtenue par Karkwa, à la suite de ses récompenses remportées dernièrement, soit le Prix Polaris (Meilleur album au Canada) et le Félix du Meilleur album alternatif.

«L’Assemblée nationale félicite les auteurs, compositeurs, interprètes et artisans qui ont su atteindre ce niveau d’excellence et de reconnaissance pour la créativité québécoise», a dit M. Blanchet. Après une ovation de quelques secondes servie aux cinq musiciens, la vice-présidente de l’Assemblée nationale, Fatima Houda-Pepin, a souhaité la bienvenue au groupe «dans votre Parlement. On est content de vous avoir.»

Yves-François Blanchet a repris la parole pour s’adresser directement aux membres du groupe. «Vous pensez probablement que le milieu de la musique est vachement bordélique. Bienvenue à l’Assemblée nationale», a-t-il dit, sous les rires de ses collègues.

Après qu’Amir Khadir, député de Mercier, ait fait de jolis parallèles entre les titres des albums de Karkwa et la vie politique, Christine St-Pierre, Ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, a elle aussi voulu souligner le talent de la formation «qui sillonne le monde depuis bientôt 12 ans. Karkwa porte son message en français avec enthousiasme et fait voler en éclats les barrières. Des artistes comme eux, ce sont nos meilleurs ambassadeurs dans le monde.» 

Article de Raphaël Gendron-Martin / 7Jours 2010-11-18

mardi 16 novembre 2010

TLMEP : La musique à l'honneur avec Karkwa


Les fans avaient hâte de voir les membres du groupe Karkwa à TLMEP :
Guy A. Lepage a souligné que l'équipe avait reçu plusieurs courriels à ce sujet.

Extrait de l'Article écrit par David Patry-Cloutier, Rue Frontenac, le Dimanche 14 novembre 2010 

La musique québécoise était à l’honneur ce dimanche à Tout le monde en parle avec la présence du groupe Karkwa, de l’ex-Star Académicienne Marie-Mai et du journaliste Louis-Bernard Robitaille.

Étonnant, tout de même, que le groupe Karkwa n’ait jamais foulé le plateau de Tout le monde en parle avant. L’histoire a été corrigée cette semaine, alors que le groupe québécois a obtenu son invitation parce qu’il… n’a pas gagné comme groupe de l’année à l’ADISQ.

C’est en fait Mes Aïeux qui a remporté ce titre, à la suite d’un vote populaire. Mais le chanteur du groupe traditionnel a fait savoir dans ses remerciements que Karkwa aurait mérité de l’emporter. Même s’ils ont été flattés, les membres du groupe n’étaient pas d’accord avec lui, à cause du fait qu’il s’agit d’un vote du public qui détermine le groupe de l’année. «[Mes Aïeux] c’est le plus populaire, that’s it», a indiqué Louis-Jean Cormier.

Les membres de Karkwa sont fiers de chanter en français. Tout comme Malajube, leur musique crée un univers enveloppant capable de rallier des publics qui ne connaissent rien à leur langue. «Dans l’époque dans laquelle on vit, on est capable d’aller jouer ailleurs, chanter en français, faire un rock qui doit être relativement divertissant et les gens passent une merveilleuse soirée», ont-ils affirmé.

Cette année, ils ont remporté le prix Polaris, pour le meilleur album canadien. Cela a soulevé une controverse au Canada anglais, où ils sont moins connus. Un journaliste a affirmé que les membres francophones du jury ont fait un «Bloc québécois» d’eux-mêmes en faveur de Karkwa.

«Coudonc, vous autres, gagne ou perd, vous êtes toujours dans la controverse», a dit Guy A. Lepage. Philippe Rezzonico, de Rue Frontenac, était membre du jury. Il a écrit une chronique sur cette controverse.

lundi 15 novembre 2010

Karkwa fait scintiller la lumière dans l’œil du mélomane


Les chemins de la gloire (Karkwa)

Article de Nicolas Lachance, Québéctaime.com, le 15 novembre 2010

Au départ, cinq passionnés de musique. Le premier passage sut rester gracieusement collé à la piste. À mi-chemin, l’envol vers un destin sans pareil. Pour la suite du voyage, seuls ceux qui resteront à l’écoute pourront être comblés d’un rock percutant et sensible.

Avec Les chemins de verre, l’automne est synonyme de bonheur pour les « fans » de la formation KARKWA. Le groupe montréalais vient tout juste de faire décoller sa nouvelle tournée et, par chance, elle fera escale dans la région de Québec le 18 novembre prochain. Pour le moment, c’est de Jonquière que Louis-Jean Cormier a gentiment pris le temps de converser sur la nouvelle aventure du groupe : « Québec c’est la ville la plus trippante pour jouer. C’est là que notre public est le plus intense et que les « shows» sont les plus mémorables », nous lance le nouveau papa, chanteur et guitariste de la formation.

Pour certain, Karkwa est l’un, sinon le meilleur groupe de musique actuelle à l’intérieur de la grande francophonie. Un titre qui semble exagéré, mais tellement mérité! En fait, Karkwa vogue beaucoup au Québec et à l’extérieur du Québec, allant du Canada français (anglais aussi), en France, en Belgique et même jusqu’au Liban. Mais il n’est plus question de refaire des spectacles à n’en plus finir : « On étale moins notre horaire, on peut maintenant être plus près de nos familles, avoir une vraie vie et des fins de semaines pour racler le terrain (rire) ». Pour eux, le succès amène, enfin, une gérance plus facile de l’ordre du jour.

dimanche 14 novembre 2010

Karkwa : Tout Le Monde En Parle

  Louis-Jean Cormier, François Lafontaine et Stéphane Bergeron

le Groupe Karkwa invité du dimanche 14 novembre 2010 de l'émission "Tout le monde en parle"

Musique polémique

Le groupe Karkwa ne pensait pas que gagner ou perdre un prix susciterait autant de débats. Qu'ils remportent le prestigieux prix Polaris ou échappent le Félix du groupe de l'année au Gala de l'ADISQ, les musiciens tombent malgré eux dans la controverse. En 12 ans de carrière, ils ont quand même obtenu la vitrine qu'il fallait pour exposer leur musique comme langage universel.


Les gars de Karkwa gardent la tête froide face au succès

Pour son concert au Grand Théâtre, le groupe jouera de nouvelles versions des chansons des Chemins de verre, prévient le batteur Stéphane Bergeron.

Photo Le Soleil, Erick Labbé

Article de Valérie Lesage, Le Soleil,Publié le 13 novembre 2010

(Québec) Le Félix du groupe de l'année a échappé à Karkwa au gala de l'ADISQ, suscitant le malaise du lauréat Mes Aïeux, mais qu'à cela ne tienne: le groupe plane et savoure d'autres succès. Il a remporté le trophée pour l'album alternatif de l'année et surtout, en septembre, son disque Les chemins de verre a reçu le prix Polaris pour le meilleur album canadien de l'année. Devant Broken Social Scene et les Besnard Lakes. C'était la première fois que des francophones recevaient la récompense, assortie d'une bourse de 20 000 $.

Entrevue Karkwa pour Confront Magazine

Concours, influences, rock multi-grain, Polaris, polémique, Amérique, France, gitanes,  band de rock français qui chantent en anglais, genuine, y'a plus d'heure,  douches françaises, Marie tu pleures, vidéos, dessins, le golf, Mr Patate, voilà tout ce que vous retrouverez et quelques autres choses dans cette longue entrevue de Karkwa accordée à Confront Magazine.

Entrevue Karkwa

 November 10th, 2010 - Written by Lili

lundi 8 novembre 2010

32e Gala de l'ADISQ : Les gagnants

Maxime Landry a été choisi Interprète masculin de l'année par le public. Il a aussi remporté le Félix de la Chanson de l'année pour «Cache-Cache». Lors de l'Autre Gala de l'ADISQ le 1er novembre, il avait reçu les Félix de l'Album de l'année (Meilleur vendeur) et de l'Album de l'année (reprises).

«Version 3.0» de Marie-Mai a reçu le prix de l'Album rock. «Je fais mon rock à moi et je suis fière de le faire comme ça», a dit la jeune femme. Elle a aussi reçu le prix de l'Interprète féminine de l'année, un prix qu'elle est venue cueillir très émue.

Bernard Adamus a gagné le prix de la Révélation de l'année. Il a conclu son (long) mot de remerciement par un «Devil, câlisse» bien senti?! Un peu de piquant dans une soirée qui s'est avérée assez tranquille.

«12 hommes rapaillés», un hommage musical au poète Gaston Miron, a remporté le prix du Spectacle de l'année ? interprète. Le Félix du Spectacle auteur-compositeur-interprète a quant à lui été décerné à Yann Perreau pour «Un serpent sous les fleurs». Notons que l'artiste fait aussi partie de la distribution de «12 hommes rapaillés».

Mes Aïeux a été sacré Groupe de l'année. Le chanteur Stéphane Archambault se sentait «un peu mal à l'aise mais content» de remporter le même honneur pour la troisième fois en trois ans. «Je vais faire mon Coeur de pirate et je vais dire que le groupe de l'année, ça aurait dû être Karkwa», a-t-il dit. «Les Trois Accords et les Cowboys Fringants», ont lancé ses collègues de leur côté.

Luc De Larochellière a gagné le Félix de l'Auteur ou compositeur. «Ça fait longtemps que je ne suis pas monté icitte», a-t-il lancé en venant cueillir son trophée.

Extrait de l'article écrit par Par Julie Rhéaume de Showbizz.net le 2010-11-07

Cinq questions à Stéphane Bergeron de Karkwa

.
(Entrevue avec Stéphane Bergeron, batteur du groupe, à gauche sur la photo)

Qu'est-ce que ça représente pour vous un Félix et de manière plus générale une récompense professionnelle?

La cérémonie des Félix, c'est un truc que je regardais quand j'étais jeune, je suivais ça avec passion en faisant des paris sur qui allait recevoir les prix. Pour moi, ce n'est pas une course d'auto, la nomination est plus importante que le prix lui-même. De toute façon, c'est très subjectif, il y a tellement de paramètres qui rentrent en ligne de compte.

Quel est l'artiste québécois que vous admirez le plus aujourd'hui?

Il y a Fred Fortin pour qui j'ai beaucoup de respect, c'est un gars qui a des projets qui sont sous-estimés. Ce chanteur mériterait d'être plus connu, mais les radios commerciales sont frileuses, ça doit être à cause de ça.

Parmi les derniers venus sur la scène québécoise quel est votre préféré?

Mon choix est biaisé, car j'accompagne le groupe Radio Radio pour qui j'ai eu un coup de foudre artistique. Mais ils sont absolument formidables, et je trouve que le chiac est une des langues les plus rythmiques qui soit, bien plus que l'anglais.

Avec quel artiste québécois aimeriez-vous faire une collaboration?

J'ai déjà fait ça avec Fred Fortin, mais pourquoi pas recommencer. Sinon je rêverais de refaire l'album Jaune de Jean-Pierre Ferland.

C'est quoi la stratégie de Karkwa pour rejoindre les fans?

Internet est rendu l'outil le plus important pour ça, c'est accessible à tous. Et contrairement aux vidéos à la télé les vidéos sur le Web nous garantissent qu'ils seront diffusés.

Extrait de l'article "4 nommés de l'ADISQ en 5 questions" Par David Nathan, MSN Divertissement, 4 novembre 2010

dimanche 7 novembre 2010

Heureux évenements pour Karkwa

 UN BEL ACCIDENT

«Cet album est comme un accident. On l’a fait plus ou moins par temps perdu, sans savoir ce que ça donnerait. C’est assez cool de voir ce que ça donne à la fin pour un album pour lequel on ne s’est tellement pas cassé la tête, qui est sorti tout seul.»

Prix Polaris pour l’album de l’année au Canada, Félix de l’album alternatif, des espoirs de percée américaine: Stéphane Bergeron, batteur de Karkwa, a bien raison de se réjouir du succès d’un album, Les chemins de verre, qui a enflammé le public et les critiques depuis sa sortie, au printemps.

«Nous avions du temps de libre en France et on s’est dit: “allons voir ce que ça donne si on rentre en studio maintenant afin de rentabiliser le temps qu’on passe là-bas”. Après, d’être récompensé pour cet album, c’est cool», confie le musicien au Journal de Québec.

Heureux d’avoir été plébiscité de nouveau au Québec, celui-ci avoue que le groupe n’aurait jamais cru en ses chances de gagner le prix Polaris.

«On ne l’a pas vu venir. Même faire partie de la short list (les dix finalistes), on ne s’y attendait pas.»

C’était la première fois depuis sa fondation, il y a cinq ans, que le Polaris (émule du Mercury Price en Grande-Bretagne) récompensait un artiste francophone.

Il n’en fallait pas plus pour qu’un chroniqueur du Globe & Mail suggère que la présence de quatre francophones sur le jury avait fait pencher la balance en faveur de Karkwa.

Les gars du groupe appréhendaient plutôt le contraire. Soit que les francophones n’oseraient pas «mettre leurs poings sur la table» afin de ne pas être taxés de favoritismes.

«De façon non officielle, je sais certaines choses et nous n’étions pas dans le tort de penser que les jurés francophones ne seraient pas automatiquement de notre bord. Au contraire. Il reste que ce que le gars a écrit dans son journal, c’était de la grosse bouette.»

DES OCCASIONS AUX USA

Cette victoire inattendue et même la controverse qui a suivi auront eu des effets immédiats pour Karkwa. Les ventes des chemins de verre ont grimpé en flèche au Canada anglais et des projets de tournée aux États- Unis sont dans l’air.

«On va prendre le temps de regarder ça. Notre préférence serait de faire la première d’un artiste établi. Nous verrons ce qu’on va nous proposer. Nous nous sommes gardé des places dans notre horaire pour les États-Unis et la France», dit Bergeron, ajoutant que Karkwa garde aussi un oeil sur l’Hexagone, où Les chemins de verre devrait paraître au printemps prochain, en plus de penser déjà au prochain opus, que le groupe veut faire paraître assez rapidement.

«Nous avons une banque d’une vingtaine de chansons issues des sessions de Les chemins de verre. Certaines sont presque terminées, mais mettons qu’on fait un album dans un an, ce n’est pas dit qu’elles vont tenir la route.»

BÉBÉ ET CONCERT

Après un deuxième passage en deux ans au Festival d’été, Karkwa sera de retour à Québec le 18 novembre. La bande de Louis-Jean Cormier s’offrira alors la grande salle du Grand Théâtre pour la première fois tout seul, après l’avoir partagée avec Patrick Watson.

Stéphane Bergeron a pour sa part une autre raison d’être fébrile en vue de ce concert, puisqu’il risque de le rater. Sa blonde doit accoucher d’une journée à l’autre et le batteur souhaite que le bébé arrive au plus vite pour lui permettre de jouer.

«Nous avons quand même un plan B. Au moindre signe, je décolle et un de nos amis qui sera sur place est 
prêt à prendre la relève.»

Karkwa sera en spectacle à la salle Louis-Fréchette du Grand Théâtre de Québec, le 18 novembre.

Article de Cédric Bélanger, Agence QMI pour Le Journal de Québec, paru le 06-11-2010

[Gabnews PS : le bébé est né le 3 novembre, voilà Stéphane à la fois heureux et beaucoup moins fébrile ;-) ]

samedi 6 novembre 2010

Karkwa groupe de l'année au gala de l'ADISQ ?

Gala de l’ADISQ : les jeux sont faits !

Présentation du 32e Gala de l’ADISQ, dimanche soir (Radio-Canada). Des tas de prestations sur scène, l’animation de Louis-José Houde et pas mal de Félix à remettre. Faites vos choix. Voici les nôtres. (...)

Groupe de l'année

Rezzonico : Les Trois Accords.

- Malgré le talent qui regorge ici, on s’entend que c’est l’année de Karkwa. Et ce trophée leur reviendrait probablement si, comme par les années passées, ce Félix était décerné par un jury spécialisé. Mais cette année, c’est un vote public. Toute l’attention entourant la victoire de Karkwa pour l’obtention du prix Polaris (meilleur disque au Canada) le mois dernier va-t-elle suffire? Je n’en suis pas sûr. Et c’est pourquoi je penche du côté des Trois Accords.

Renault : Karkwa

- Cette catégorie est toujours l'une des plus difficiles à cerner. Mais cette fois, je suis porté à y aller sans détour avec Karkwa, qui a connu une année au cours de laquelle les succès et les honneurs se sont accumulés.

Extrait de l'article écrit par Philippe Renault et Philippe Rezzonico, Rue Frontenac, le vendredi, 05 novembre 2010

Karkwa interprète «Le pyromane» sur la scène de l'Univers

Karkwa en coulisses de Musique Plus



Avec la devise du moment : " Ici et Maintenant" sur le maillot de Louis-Jean, en l'absence d'un Stéphane bien occupé par ailleurs par un événement important de la vie :-)

Karkwa Among the three hottest Bands in Canada


3. Karkwa
 
Les Chemins de Verre is pitch perfect; a brilliant album worthy of its Polaris win. I'm a fan for life. Of all the records nominated for Polaris this year, Les Chemins De Verre is the one I was least familiar with on the day the shortlist was announced, and it's the one that I couldn't possibly live without today. (Jim, QBIM)
 
Winning the 2010 Polaris Music Prize pretty much makes them hot as hot can be in 2010... even though they had released 3 previous albums before Les Chemins de Verre no one outside of Quebec knew who they were... what a pity that was... but pity no more... now almost everyone knows who they are. (Marc Xavier Leblanc)
 
In terms of increased profile over the last year, no one can top Karkwa because before they surprised many by taking this year's Polaris Music Prize, most of English Canada had never even heard of them. Can't say that anymore. (Frank, Chromewaves)
 
Like Fucked Up before them, Karkwa was the surprise winner of this year's Polaris Music Prize. And like Fucked Up, sales of their album spiked after the award. Now it's time for them to take advantage of the exposure. (Ryan, Whatever's Cool With Me)
 
Hottest now because they just won the 2010 Polaris Music Prize. Les Chemin de Verre is a great album, even if you don't know French. (Ming Wu)
 
A Polaris win did a lot for this band who very few people outside of Quebec had heard of before the oversized cheque was handed to them. Their breathy, lush record is now being heard across the country thanks to the exposure brought to the band by the Prize. (Rod, Bootlog)
 
Obligatory Polaris tip of the hat. (Alex, Chipped Hip)
 
I don't think their album was Polaris-worthy, but people have been talking about Karkwa ever since, so that makes them undeniably hot. (Adrien, PopMatters)
 
It took them a Polaris Prize nomination and win to get the attention of the country but to me, they were a great Canadian band regardless. That being said though, that win turned their year from lukewarm to sizzling hot. Sure it was a bit of a shock to many but come on, Karkwa are awesome! Stop scratching your heads and pick up a record. (Melody, Spinner)

Download "Dors dans mon sang"
  
Friday, November 5. 2010, i(heart)music.net

vendredi 5 novembre 2010

Arcade Fire, Diamond Rings, Karkwa Top "Hottest Bands in Canada" Poll

Every year, Canadian music blog i(heart)music polls a selection of journalists and bloggers from across the country to vote for its "Hottest Bands in Canada" feature. What makes an act "hot" is left up to the voter's discretion, so the only real stipulation is that the artist is Canadian. For the 2010 instalment, the jury cast their votes and picked Arcade Fire as the hottest band in the country.

Arcade Fire's spot atop the list shouldn't come as too much of a surprise -- after all, they recently released their acclaimed The Suburbs LP and reached No. 1 on the Billboard charts. According to i(heart)music's Matthew Pollesel, Arcade Fire doubled the point total of the runner-up.

The list includes a total of 33 artists. Rounding out the top five were (current Exclaim! cover star) Diamond Rings (No. 2), Polaris winners Karkwa (No. 3), Broken Social Scene (No. 4) and Shad (No. 5). The list also includes up-and-coming acts like Apollo Ghosts, Hooded Fang and Maylee Todd.

Go here to read the full list, which comes with a free MP3 from each artist.

For the purposes of full discloser, several Exclaim! contributers voted in the poll.

By Alex Hudson, Exclaim.ca, NOV 05 2010

Karkwa : Do it yourself (DIY)

On a tout entendu et on sait à peu près tout sur Karkwa… depuis le temps qu’ils roulent. Ce que qu’on a moins la chance d’entendre, c’est des conseils à suivre pour les groupes indépendants de la relève. Revenant tout juste à Montréal dans le cadre du Festival Pop Montréal avec un prix Polaris en main, Karkwa nous livre leur vision sur un chemin à suivre pour tout band qui commence.



jeudi 4 novembre 2010

Video Of The Day: Karkwa's "Le Pyromane"

By CHARTattack Staff (CHARTattack) November 4, 2010

Karkwa's beautiful new video for "Le Pyromane" from the Polaris Music Prize-winning Les Chemins De Verre places a young man in an old cabin. He sets fire to its contents after lighting himself on fire, as if in some attempt to get rid of painful memories from the past — possibly involving a young lady who drowned.

Entrevue de Louis-Jean Cormier au Téléjournal de 18h


Émission du 3 novembre 2010


 L'industrie de la musique au Québec
On continue ce soir notre série sur l'industrie du disque au Québec. Ce soir, nous parlons des chansons qui tournent et de celles qui ne tournent pas à la radio. Stéphane Leclair raconte que ce n'est pas toujours facile de se faire une place sur les ondes.

Patrice Roy s'est aussi entretenu avec Louis-Jean Cormier, du groupe Karkwa.

Album cover reviews : Karkwa, Les Chemins De Verre (Audiogram)

Redefinemag.com : Ottawa-born Marc Séguin has been listening to the indie rock band Karkwa for years. Karkwa's fourth full-length album, Les Chemins De Verre, was written and recorded over the span of 21 days.

It won this year's Polaris Prize, alongside albums from The Besnard Lakes, Caribou, Dan Mangan, and Owen Pallett, which more than speaks to the album's quality. 

Séguin has been listening to Karkwa for years, and became involved in designing the band's album cover through a very organic process.

"There was a long feature documentary film being produced on me [and] my work for a few years. [The filmmakers] followed me (filming) for 16 months," recalls Séguin. Because music from bands like Yeah Yeah Yeahs, The xx, The National, Yeasayer, Future Islands, and, of course, Karkwa, was constantly playing in Séguin's studio, it became obvious to the filmmakers that the score had to be fitting of Séguin's tastes. When asked who he would choose to create the score, Séguin immediately suggested Karkwa.

"[The filmmaker] asked them, and they accepted, to create new music for the entire movie," Séguin says. "I guess they loved my work. And since they got involved so much with me [and] my paintings, it became obvious to them that their new album cover should be done by me. So, they went through the website and my archives and chose this, Hommage To Rothko." The mixed media piece was crafted from tar, oil paint, naturalized heron, and charcoal, on canvas, and to Séguin, the choice is perfect, providing a synthesis between the album art and the mood and spirit of the music.

"I am honoured by their choice," Séguin says.

mercredi 3 novembre 2010

Karkwa : Merci d'aimer la musique

De cet Autre Gala 2010, on retiendra tout particulièrement le sacre du brillant groupe Karkwa, Album de l'Année - Alternatif pour le très beau Les chemins de verre, et cette bien jolie formule de remerciement ("Merci d'aimer la musique")

Extrait de l'article dans Purepeople (magazine français) : "Coeur de pirate fait sa Kanye West pendant que Gad Elmaleh fait sensation !" News publiée Le Mardi 2 Novembre 2010

Le tandem Brigitte Poupart-Mathieu Roy


Ils ont travaillé ensemble sur les spectacles de Beast, Misteur Valaire et celui de Vincent Vallières. Pas comme guitariste ou batteur. Mais comme éclairagiste et metteure en scène.

Lui, c'est Mathieu Roy, nommé plusieurs fois à l'ADISQ, qui a conçu les éclairages des spectacles des Karkwa, Patrick Watson et Malajube. Elle, c'est Brigitte Poupart, comédienne, membre des Zapartistes et metteure en scène de spectacles pop-rock depuis quelques années, que ce soit pour Florence K. ou Yann Perreau.

«Avec Mathieu, c'est un match naturel, indique-t-elle. On décortique chaque chanson. Je pense à une scénographie et Mathieu construit un éclairage. Tout se tient ensemble. On ne travaille pas chacun de notre côté.»

Mathieu Roy est un self-made man. Au début des années 2000, il travaillait comme technicien aux éclairages au Cabaret Music Hall. «Il y avait des shows presque sept soirs par semaine, se souvient-il. Pat Watson est venu jouer. Je ne le connaissais pas. Je pensais qu'il venait du Nouveau-Brunswick. J'ai fait un set-up de lumières et c'était parfait... c'est comme si on travaillait ensemble depuis 10 ans.»

C'est ainsi que Mathieu Roy s'est fait confier la conception des éclairages du spectacle de Watson pour Closer to Paradise. Entre-temps, il a rencontré nul autre que Gabriel Pontbriand, l'éclairagiste de Yann Perreau et Ariane Moffatt, qui est devenu son «mentor». «Il m'a appelé pour me dire qu'il y avait un groupe dont il n'avait pas le temps de s'occuper. C'était Karkwa, qui venait de lancer Les tremblements s'immobilisent.»

Depuis, Mathieu Roy a travaillé avec Jorane, Malajube, Jean Leloup, Xavier Caféïne, Marie-Pierre Arthur, etc. En collaboration avec «la femme derrière l'homme», sa blonde Marie-Claude Pinard, qui fait de magnifiques décors «avec rien» et pour qui «rien n'est impossible».

Quant à Brigitte Poupart, c'est après avoir travaillé en 2007 avec Béatrice Bonifassi pour la pièce Un jour où l'autre à l'Espace Go que la chanteuse lui a demandé d'appliquer la même méthode de travail au spectacle de Beast. Et voilà, Poupart s'est mise à travailler avec des musiciens comme Yann Perreau, Marie-Jo Thério, et ainsi de suite.

Le prochain projet commun de Mathieu Roy et Brigitte Poupart? Le spectacle d'Alex Nevsky.

Avec les ventes de disques qui chutent alors que l'industrie du spectacle reprend du galon, Brigitte Poupart pense que de «bons spectacles travaillés vont faire vendre des disques». Pour ce faire, il va peut-être «falloir mettre plus d'argent dans les tournées que dans la mise en marché des disques», plaide-t-elle.

«Dans le temps des James Brown et compagnie, on misait tout sur les spectacles, les costumes et les chorégraphies.»

Mais ce ne sont pas tous les artistes qui se prêtent au jeu de la mise en scène, même si Brigitte Poupart «s'adapte à l'artiste sans le dénaturer». Il lui arrive de se faire dire: «Bon, qu'est-ce qu'elle veut nous faire faire, la metteure en scène?»

«Puncher» au bon moment

«Les transitions, c'est aussi important que les chansons, fait valoir Brigitte Poupart. Il faut qu'on parle à tel moment, mais pas tout le temps. Il faut travailler les transitions comme des chansons, il ne faut pas que les climax soient tout croches pour que le public ne décroche pas, détaille-t-elle. La mise en scène du sous-texte qu'on ajoute pour que ce soit sensoriel, pour qu'on décolle et pour qu'on amène le spectateur ailleurs.»

Et la place à l'improvisation? «C'est bon si on veut aller voir du monde jammer au Bistro à Jojo», répond Mathieu Roy.

Et comment conçoit-il ses éclairages? «Je me fie à la sensibilité des chansons, répond-il tout simplement. Je dois mon succès à la musique. Quand je mets un gros contre-jour ou juste une ampoule de 100 watts sur une ballade piano-voix, ce n'est pas avec n'importe quel artiste que les gens vont dire: wow, c'était écoeurant.»

De son côté, Brigitte Poupart regarde et analyse les vidéos des anciens spectacles des artistes qui l'engagent. Misteur Valaire, par exemple, avait beaucoup d'énergie, mais elle n'était pas canalisée de façon cohérente, a-t-elle constaté.

Pour le spectacle de MV, Brigitte Poupart a vu l'esthétique d'un film de série B. Pour celui de Yann Perreau - qui lui a valu une nomination à l'ADISQ cette année -, elle a imaginé trois parties: une première partie poétique à la David Lynch, une deuxième plus sexy et road movie à la Jim Jarmusch et une troisième pop et party à la Quentin Tarantino.

«Ça détermine des couleurs, des ambiances et ça donne une direction», explique-t-elle.

Conclusion? Si jamais Vincent Vallières ou Yann Perreau gagnent un Félix dimanche prochain au gala de l'ADISQ pour le spectacle de l'année, dites-vous qu'il y a du Brigitte Poupart ou du Mathieu Roy derrière tout ça, et que leur travail n'avait rien d'arbitraire.

Article d'Emilie  Côté, La Presse, publié le 02 novembre 2010

Karkwa a raflé son dixième Félix en carrière

Karkwa a raflé son dixième Félix en carrière. Photo Pascal Ratthé

Pas de surprise du côté de Karkwa, qui a enlevé les honneurs dans la catégorie Album de l’année – Alternatif pour Les chemins de verre. Les gars en étaient au 10e Félix de leur carrière, mais n’allez pas leur dire que leur sort était décidé d’avance.

«On ne sait vraiment jamais. Le jour où ils vont nommer la catégorie et que je n’aurai pas de palpitations, on s’en reparlera. Là, je me demande encore si je vais passer au travers!», a tout d’abord déclaré Louis-Jean Cormier lorsque rencontré dans la salle de presse. «De toute façon, on ne fait pas de la musique en pensant aux Félix. Ce sont tous des artistes qui travaillent aussi fort que nous», a ajouté son comparse François Lafontaine.

Extrait de l'article : Un doublé pour Maxime Landry à L'Autre Gala de l'ADISQ Écrit par Philippe Renault le Lundi, 01 novembre 2010

10e Félix pour Karkwa


Animé pour une deuxième année par Rémi-Pierre Paquin, l’Autre gala s’est déroulé rondement avec l’attribution de 21 Félix en moins de deux heures et demie, sans compter les prestations de Radio Radio (Cargué dans ma chaise), Damien Robitaille (sans pantalons pour On est né nu!), Bernard Adamus (Brun (la couleur de l’amour) et Vincent Vallières (Entre partout et nulle part).

Parmi les gagnants remarqués de la soirée, les cinq membres de Karkwa sont allés chercher leur 10e Félix en carrière pour l’Album – Alternatif. Eux qui ont récemment reçu le convoité Prix Polaris (Meilleur groupe canadien, toutes catégories confondues), les musiciens ont poursuivi sur leur lancée, récompensés pour le sublime Les chemins de verre.

«C'est notre dixième Félix. C'est certain que c'est symbolique pour nous. Ça nous permet de ne plus craindre pour l'avenir du band. Nous avons des enfants, nos vies changent... Ce prix boucle la boucle de la première décennie de Karkwa», a dit le chanteur Louis-Jean Cormier. Si la logique se poursuit, tout indique que le quintette recevra le titre très mérité de Groupe de l’année lors du gala de dimanche.

Photo : Karkwa © Frédéric Auclair

Extrait de l'article " L’Autre Gala de l’ADISQ : Maxime Landry et Karkwa l’emportent sans surprise" de Raphaël Gendron-Martin / 7Jours 2010-11-01

mardi 2 novembre 2010

Karkwa album alternatif de l'année



Le groupe Karkwa a vu son album «Les chemins de verre», déjà couronné du prix Polaris en septembre dernier, récolter le Félix de l'album alternatif de l'année. lire plus ici (photo : Graham Hughes/PC )

Observations sur l'Autre Gala de l'ADISQ

Extrait de l'article d' Olivier Robillard Laveaux dans Voir.ca, le 2 novembre 2010 :

Je suis toujours content de voir les percussionnistes de Karkwa accompagner Radio Radio sur scène. Le genre de collaboration saine pour la scène considérant son mélange des genres. (...)

Meilleur album alternatif: Karkwa était pas mal incontournable. Dommage pour Le Husky qui avait le deuxième meilleur disque en compétition. Il faut aussi savoir que seulement 8 albums ont été inscrits dans la catégorie cette année. Est-ce qu'Orange Orange ou Boni Suba se serait rendu jusqu'au gala autrement?

pour en lire plus cliquez ici

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

"[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.