Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

samedi 20 novembre 2010

Karkwa, au-delà des attentes

Karkwa s’est arrêté au Grand Théâtre de Québec, jeudi le 18 novembre dernier. Le groupe, qui a récemment remporté le Prix Polaris, fut accueilli à grands bras ouverts par un public qui a pu assister une prestation de qualité.
Article d'Alexandra Fiset, Quebec Spot Media, publié le 19 novembre 2010, Photos : Yves Laroche

 Le spectacle a débuté avec quelques mesures de Dors dans mon sang, qui se sont transformées, avec vigueur, en Pyromane, et la première pièce des Chemins de verres, poussée par de puissantes percussions. Ce genre d’introduction singulière s’est retrouvée tout au long des interprétations qui n’étaient jamais en copie conforme à ce qui se trouve sur les albums. Le groupe a livré pendant plus de deux heures, un rock atmosphérique retravaillé et bien à lui. Les interprétations ont été dotées d’un second souffle captivant, sans perdre leurs essences principales.

L’énergie des musiciens était au-delà des attentes, et leur synergie était palpable. Les percussions et la batterie en simultanés, manipulés par Julien Sagot et Stéphane Bergeron, ont encore une fois apportés une profondeur unique à l’interprétation de Louis-Jean Cormier dans les pièces telles L’Acouphène, Échapper au sort et Le compteur. François Lafontaine, au clavier, eut une implication essentielle tout au long du spectacle et a également ajouté une touche personnelle brillante dans un duo piano et voix à la chanson Mieux Respirer, plus dramatique. Le tout, soutenu par la basse de Martin Lamontagne, nous a donné droit à des voix et des instruments soudés et maniés avec précision, comme la formation sait si bien le faire.

Il est impossible de ne pas souligner l’éclairage exceptionnelle de la scène qui était parfois semblable à la lueur de chandelles, souvent à contrejour et créait à l’occasion, un mur entre les musiciens et les spectateurs, rendant ces moments encore plus intenses. L’éclairage a fluctuée au son de la musique de par son intensité et sa fréquence, créant plusieurs ambiances, encadrant chacune des pièces.

C’est Leif Vollebekk, en première partie, qui a réchauffé les spectateurs avec sa voix unique, sincère et sans prétention. Ses notes épurées et efficaces, ont été bercées par la profondeur d’une contrebasse jusqu’à la toute fin où il a interprété à lui seul, trois instruments à l’aide d’enregistrements fait sur scène. Un mandat réussit pour le jeune artiste folk d’origine montréalaise.

On retrouva Vollebekk et ses musiciens à la toute fin, pour participer à l’interprétation de la dernière ballade Le vrai bonheur, et où le public a accompagné Louis-Jean Cormier, à gorge déploiyée, durant le refrain jusqu’à sa dernière note, suivie d’un léger « bonne nuit ».

Des photos du spectacle sont disponibles dans notre section photoreportages ainsi que sur notre page Facebook.


Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

"[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.