Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

mardi 31 janvier 2012

Karkwa : soudés à vie, des créations salutaires et ne rien précipiter

Martin Lamontagne, Julien Sagot, François Lafontaine, Stéphane Bergeron et Louis-Jean Cormier
(Photo  Rogerio Barbosa)
L’avenir de Karkwa : les aléas de la vie

Article publié le 31 janvier 2012 par Philippe Rezzonico 

Petite commotion la semaine dernière dans le cyberespace et les médias. La « pause » de Karkwa cacherait-elle la fin du groupe ? La rumeur alimentée par une manchette alarmiste a été démentie par Louis-Jean Cormier sur la page Facebook du groupe avec un statut qui a été salué par 1 258 « J’aime » depuis lors. Affaire classée ? Pas vraiment. Analyse.

Lors de la remise de la plaque soulignant la certification Or de l’album primé Les Chemins de verre en décembre, Karkwa a annoncé la couleur : l’année 2012 serait celle d’une pause collective après 14 ans d’existence, quatre albums, des Félix, un Juno et un Prix Polaris qui leur a valu une reconnaissance au-delà des frontières du Québec.

Les boys ont  confirmé des projets amorcés en 2011 ou à venir : l’album solo de Julien Sagot (Piano mal) mis en marché aujourd’hui ; la réalisation de François Lafontaine du disque de sa conjointe Marie-Pierre Arthur (Aux Alentours) qui sort le 7 février, la production de Louis-Jean Cormier du compact de Lisa Leblanc, ainsi que la parution de son propre album solo, à venir plus tard en 2012. Pas de vagues. Tout baigne.

Julien Sagot a emballé la machine à rumeurs il y a quelques jours quand il a accordé une kyrielle d’entrevues en parlant de Karkwa au passé ou au conditionnel. Il a dit à peu près la même chose à tous les journalistes : Il pense que Karkwa a encore des choses à dire, mais il n’est pas sûr qu’il y aura un autre disque au menu, hormis l’album enregistré en spectacle qui verra le jour en 2012. Il ne sait pas si les projets personnels – le sien compris –  pourraient inciter certains membres à ne pas renouer quelque part en 2013.

Je ne vois pas ici une rubrique nécrologique. Sagot, l’homme, le musicien, a eu la réaction que tous ont devant l’inconnu, l’incertitude et les aléas de la vie, après une décennie où Karkwa avait développé une certaine zone de confort. Je suis convaincu qu’il est sincère quand il a dit espérer que Karkwa poursuivre ses activités, même s’il n’en est pas convaincu.

Soudés à vie

Je suis tout aussi convaincu que Louis-Jean Cormier croit fermement ce qu’il a écrit sur Facebook, à savoir que «  Notre groupe de musique est toujours vivant. Nous avons décidé de prendre une pause pour nous reposer et nous ressourcer. Question de défaire nos valises et de vivre une vie normale. Nous sommes soudés pour la vie et dans pas trop longtemps, notre désir de brancher les amplis sera trop fort pour y résister. »

Mais je vais vous en apprendre une bien bonne. Au moment où vous lisez ces lignes, certains membres de Karkwa ne sont pas convaincus qu’il y aura une suite. C’est normal. C’est humain. C’est la nature même des « pauses ».

D’un côté, elles sont indispensables quand ça fait 14 ans que tu es ensemble et que tu as passé plus de temps avec les chums en studio, sur la route, sur les scènes et dans les bus qu’avec ta blonde. D’autant plus vrai quand la blonde en question est aussi la mère de tes enfants. Quand Karkwa a vu le jour, les gars étaient des ados. Quatre d’entre eux sont maintenant papas. Ça change les priorités, ça. Madonna, Bono et Céline peuvent amener toute la famille avec eux (nounous comprises) lors d’une tournée mondiale de deux ans. Pas les gars de Karkwa.

Créations salutaires

En revanche, les pauses pour créer à l’extérieur d’un groupe sont drôlement salutaires. Vous connaissez Blue Rodeo ? Le groupe va être admis au panthéon de la renommée du rock canadien lors des prochains Junos. Bientôt 30 ans de carrière. Jim Cuddy vient pourtant nous présenter son troisième album au théâtre Maisonneuve le 10 février. Greg Keelor a lui aussi gravé sa part de disques individuels. Mais les deux Canadiens ont compris qu’ils étaient plus fort ensemble que séparément. C’est pour ça qu’ils rentrent toujours au bercail.

Idem pour Thom Yorke et Jonny Greenwood, de Radiohead, qui font leurs projets solos sans sacrifier le navire amiral. Pareil pour Bruce Springsteen, qui fait des disques solos, des albums avec d’autres musiciens, mais qui retrouve toujours son E Street Band.

Je ne dis pas qu’il n’y a pas de dissensions au sein de Karkwa, que les boys ne vont jamais se séparer et que ça ne discute pas ferme d’orientation musicale certaines journées. Je ne dis pas qu’après les cinq dernières années vécues à 100 milles à l’heure, il n’y a pas fatigue mentale, épuisement physique et une certaine forme de routine. D’où la nécessité de cette pause…

Ne rien précipiter

Que pouvaient-ils faire? Annoncer une rupture précipitée et maladroite sous le coup de la fatigue accumulée? Là, ils auraient l’air cons de se reformer dans trois ans et demie. Là, on les accuserait d’opportunisme. Là, on dirait qu’ils se reforment pour le fric, ce qui est un comble quand on sait à quel point ces musiciens-là ne roulent pas sur l’or. Non, il n’ont pas touché un million $ pour la pub de Coke. Même pas proche de 100, 000 $ Probablement la moitié de ça. Au mieux,,. Rien pour vivre en « pause » durant trois ans.

Mais vous savez, j’écoute le nouveau Sagot depuis une semaine et je suis emballé. J’entends Aux alentours, le premier extrait de Marie-Pierre Arthur, et j’adore la production de Lafontaine. Et après avoir entendu Louis-Jean nous interpréter une nouvelle chanson de son cru au spectacle de Petite-Vallée il y a deux semaines, je me dis que j’ai vachement hâte à son album.

Et je me dis surtout que ça serait dommage que tout ça n’ait pas vu le jour. Qui dit que Stéphane Bergeron et Martin Lamontagne ne nous proposerons pas, eux aussi, quelque chose de personnel dans les prochains mois, ou qu’il ne participeront pas à d’autres projets collectifs.?

Pour l’heure, Karkwa est en pause. Méritée, d’ailleurs. La vie les a menés ailleurs. Avec les risques que cela comporte pour la suivie du groupe. Mais faut faire confiance à la vie. Et à la musique…

jeudi 26 janvier 2012

Karkwa Encore

PHOTO: BERNARD BRAULT, LA PRESSE
Karkwa poursuit ses activités

«Karkwa n'est pas terminé. On prend une pause pour d'autres projets», pouvait-on lire hier sur le fil Twitter du groupe.

Contrairement à ce que laissait entendre la rumeur, hier, Karkwa ne songe pas à cesser ses activités. Composé de plusieurs pères de famille, le groupe prend une pause pour se ressourcer après plusieurs longues tournées. «J'aime être à la maison, passer du temps avec ma fille», a raconté Julien Sagot à La Presse. Celui-ci sort un album solo mardi prochain, intitulé Piano mal. Louis-Jean Cormier compte aussi lancer un album solo, alors que François Lafontaine vient de travailler sur le nouvel album de Marie-Pierre Arthur (sa douce moitié), Aux alentours, qui sort le 7 février.

Publié le 26 janvier 2012 par Emilie Côté dans La Presse

mercredi 25 janvier 2012

Karkwa après ?

[Gabnews: attention ami lecteur, il y a beaucoup de conditionnels journalistiques à mettre dans ces articles ;-) ]

Est-ce la fin pour Karkwa? 
L'année sabbatique que s'est offerte Karkwa pourrait sonner le glas de la formation québécoise, reconnaît Julien Sagot, un des membres fondateurs du groupe. Interrogé dans le cadre de la sortie de son premier album solo, Piano Mal, le percussionniste de la formation Karkwa a livré à l'Agence QMI quelques révélations quant au futur incertain du groupe, qui compte maintenant quatre disques à son actif et un succès quasi planétaire.

PROJETS INDIVIDUELS
«Louis-Jean (Cormier) va sortir son disque solo au printemps et si le monde aime ça, je ne sais pas s'il va y avoir une suite. On travaille au jour le jour, donc on verra.»

«Peut-être que ce serait possible de retourner en studio avec les gars, mais pas nécessairement de le défendre live. Ça aussi c'est une autre possibilité, mais à l'heure où on est, je ne sais pas ce qui va arriver. Par contre, si à un moment donné, nos chemins se recroisent et qu'on a le goût de refaire un disque, ce sera sûrement un très bon disque parce que ça va faire du bien de se retrouver.»

SOMMET DE LA GLOIRE

Le groupe, qui s'est vu décerner son premier disque d'or le 14 décembre 2011 afin de souligner les 40 000 exemplaires vendus de son dernier album, Les chemins de verre, semblait pourtant au sommet de sa gloire. Mais n'est-ce pas parfois une «tactique» que de se retirer quand on se trouve au zénith?

En attendant de connaître la suite, les membres de Karkwa ont confirmé la sortie d'un album live qu'ils décrivent comme étant un «document artistique» enrichi de morceaux inédits. Ce nouvel opus, qui pourrait bien être le dernier de la formation, devrait voir le jour au printemps.

Article de Véronique Harvey, Agence QMI, le 25-01-2012 sur Canoe.ca

Autre article dans Musimax

KARKWA TIRE SA RÉVÉRENCE ?

Karkwa

Alors que Julien Sagot, le batteur de la formation Karkwa, prépare le lancement de son disque solo Piano mal pour le 31 janvier prochain, ce dernier laisserait présager que l'aventure de son groupe tire à sa fin. « Louis-Jean (Cormier) va sortir son disque solo au printemps et si le monde aime ça, je ne sais pas s'il va y avoir une suite. On travaille au jour le jour, donc on verra. Peut-être que ce serait possible de retourner en studio avec les gars, mais pas nécessairement de le défendre live. Ça aussi c'est une autre possibilité, mais à l'heure où on est, je ne sais pas ce qui va arriver. (...) Par contre, si à un moment donné, nos chemins se recroisent et qu'on a le goût de refaire un disque, ce sera sûrement un très bon disque parce que ça va faire du bien de se retrouver », a déclaré le musicien au journal 24h. 

Rappelons que le groupe avait déclaré vouloir prendre une pause en 2012. Notons que le lancement de Piano mal de Julien Sagot aura lieu le 1er février au Cabaret La Tulipe. Consultez la page Facebook de l'événement pour plus de détails.


Mise à jour 25 janvier 2012 (15:55) Karkwa a tenu à rassurer ses fans via sa page Twitter aujourd'hui. « Il ne faut pas prendre ce que disent les journalistes pour du cash. Karkwa n'est pas terminé. Mais on prend une pause pour d'autres projets », a écrit la formation à l'intention de ses admirateurs.

lundi 23 janvier 2012

Entrevue de Karkwa avec Ruby sur TFO


Cliquez sur l'image pour accéder à la vidéo

Karkwa

Récipiendaire d'un Juno pour meilleur album francophone, le groupe Karkwa était de passage à Ottawa et Ruby en a profité pour les rencontrer.

Publié le 22 janvier 2012 sur Ruby TFO

[Gabnews : belle entrevue avec Stéphane et Louis-Jean]

jeudi 19 janvier 2012

De belles promesses pour 2012

Cliquez sur l'image pour accéder au vidéo
Le groupe Karkwa a annoncé une pause pour 2012. Loin d’eux, cependant, l’idée de couper le fil de leur inspiration musicale. Plusieurs membres du groupe se livrent plutôt à des projets solo intéressants : François Lafontaine a réalisé l’album de Marie-Pierre Arthur qui sort le 7 février, Julien Sagot et Louis-Jean Cormier lanceront sous peu leur album solo.
Un autre album attendu cet hiver est celui de Leonard Cohen, dont Olivier nous fait entendre la voix gravissime. Et découverte à venir : John K Samson, le Jeff Tweedy canadien.

A visualuer ici  dans l'extrait de l'émission Voir sur Telequebec du mercredi 18 janvier 2012 (durée 5:58)

mardi 17 janvier 2012

Retour sur la participation de Karkwa à Infoman


Afin de souligner la reprise du travail pour la deuxième moitié de la saison, on vous propose un bref retour sur notre revue de fin d’année du 31 décembre, en particulier sur la chanson d’ouverture.

Chaque année, le choix du groupe ou de l’artiste à qui l’équipe d’Infoman confie le soin de signer le thème de l’émission spéciale fait l’objet de longues délibérations. Une dizaine de noms sont mis sur la table, et chacun y va de ses arguments pour vanter les mérites des candidats en lice. On se rappellera que l’an dernier, Damien Robitaille avait accouché de son hymne antillais Oublier 2010. Les années précédentes, une succession d’artistes de talent s’étaient prêtés au jeu, dont Ariane Moffat, Pierre Lapointe, Les Trois Accords et Stefie Schock.

Cette fois-ci, pour passer 2011 à la moulinette et en musique, l’équipe s’est finalement entendue sur le choix de Karkwa. Le groupe en a d’ailleurs surpris plusieurs avec sa pièce aux accents rock up tempo. Plusieurs téléspectateurs nous ont écrit sur Facebook, Twitter et par courriel pour savoir où ils pouvaient réentendre l’œuvre.

Eh bien, voilà!

Dans un décor de chantier routier où les teintes d’orangé étaient prédominantes, les cinq gars de Karkwa ont pris un plaisir évident à interpréter leur morceau devant la caméra.

Curieux d’en savoir plus sur le processus de création de la chanson?

Regardez donc le reportage sur les coulisses du tournage ! sur le site de Radio-Canada paru  le mardi 17 janvier 2012

jeudi 5 janvier 2012

Je voudrais être à Montréal


So, you may or may not have heard (probably the latter), but the Aidan Knight Gang (plus a surprise Hannah) opened for Karkwa’s final show last saturday. If you’re not familiar with Karkwa, you better go check them out. One of the biggest band’s to have ever come out of La Belle Province.

Extract from " Je voudrais être à Mont, Mont, Montréal !" , Olivier Clements, posted on December 22, 2011

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

"[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.