Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

jeudi 30 septembre 2010

Karkwa: augmentation spectaculaire des ventes de «Les chemins de verre»

La victoire de Karkwa au gala du Prix Polaris, le 20 septembre, a eu des effets très bénéfiques pour le groupe. Les ventes de «Les chemins de verre», sacré Meilleur album canadien de l’année lors de cette cérémonie, ont augmenté de 481%.

L’album Les chemins de verre de Karkwa a connu une montée fulgurante au niveau des ventes, résultat de leur victoire au dernier gala du Prix de Musique Polaris. Leur plus récent disque a fait une réapparition au top 200 SoundScan en se retrouvant à la 47e position. Cette montée représente une augmentation de 481% des ventes. Ils ont également fait leur début au palmarès ontarien à la 42e position ainsi qu’au palmarès de la Colombie-Britannique à la 54e position», indiquent les organisateurs du gala dans un un communiqué.

Cet opus s’est également retrouvé dans le top 5 au palmarès des albums sur iTunes durant la semaine suivant la cérémonie, tandis que les ventes numériques ont quant à elles augmenté de 1200%, ajoutent-ils.

On pourra revoir le gala Polaris à MTV2 le 1er octobre à 11h; le 8 octobre à 14h30 à MuchMusic ainsi que le 28 octobre, à 21h, sur Bravo.

par Julie Rhéaume, Showbizz.net, le 30 septembre 2010

Karkwa’s sales up 481% after Polaris win


Call it the Polaris bump. If you’ve ever wondered if winning a critic’s choice award matters to an indie act, wonder no longer.

Last week, Montreal act Karkwa surprised many by winning the Polaris Music Prize for their album Les Chemins De Verre. The next surprise came today, when the Soundscan figures were released and sales of their French-language album soared across english Canada to the tune of a 481% sales increase.

Digitally, the record was a top 5 seller on iTunes in the week since the announcement.

You can listen to entire Polaris gala, including Karkwa’s performance, via CBC Radio 3.


Brad Frenette, National Post, September 30, 2010

François Marchand > One week later: What the 2010 Polaris Music Prize taught me


Well, a long, tumultuous week has passed since attending the 2010 Polaris Music Prize gala at Toronto's Masonic Temple, where I had the honour of being a member of this year's 11-member Grand Jury panel having the final say on who had created the past year's best album in Canada.

The adventure, to say the least, was enlightening, and it's something I will not soon forget.

Naming Karkwa's masterful Les chemins de verre, contrary to Globe & Mail music scribe Brad Wheeler's somewhat obtuse analysis, was far from a foregone conclusion.

In the aftermath of the Polaris handing out its $20,000 -- for the first time in its five-year history -- to a Francophone band from Montreal, sparks flew. Overnight, following Wheeler's mathematically challenged assertion (in a piece that was nonetheless rather flattering to Karkwa) and, perhaps, purposefully inflammatory statement that the Grand Jury had been "stacked" with a veritable "Bloc quebecois" of voters ensuring a Karkwa majority, the Web became aflame with vitriolic rebuttals coming from all sides, most of all from the Quebec press.

Here are a few things I can safely state without breaching any kind of understood "confidentiality agreement" regarding the process during the Grand Jury deliberations, which is also something I was invited to comment on in a radio interview with Radio-Canada Vancouver (in French, of course) last Friday.

There was no Bloc. Yes, there were more French-speaking Grand Jury members this year than in past years (four out of 11 -- two from Montreal, one from Moncton, and myself here in Vancouver -- which obviously isn't enough to create a majority). There were also more Francophone records in contention than ever before with two, Radio Radio's Belmundo Regal and Karkwa's, in the running, which probably says something about the 180-plus national jury members' voting pattern more than anything else. I haven't lived in
Quebec in close to 10 years, I've been, much to my chagrin, slightly disconnected from the Francophone scene over there while covering music on this side of Canada, and I have to say that while my early round votes prior to being invited to join the Grand Jury did include both French albums (both stellar by any standards), they were far from being my top picks at the time (that's no secret, I wrote about them on this very blog).

After living with those 10 shortlisted albums day in and day out for a month prior to the grand debate in the Masonic Temple's lugubrious "war room," forerunners became clear. Karkwa's was easily one of them, and so were a few other albums on the shortlist. Dissecting and analyzing each album was painstaking work that each Grand Jury member took very seriously, something that lead to a few meaningful and emotionally charged arguments the night of the gala. How close any of the other ones came to garnering top honours isn't something I can divulge (in fact, all three voting rounds nudging more albums out of contention each time were done on secret ballots, so I can't even say for sure), but the debating wasn't one-sided. Far from it. It could've easily swung in favour of another album during the final voting round, but it didn't.

Here's why: Karkwa's record speaks a universal language. It didn't take a "Bloc quebecois" to convince any of the anglophone jurors of Les chemins de verre's merits. It just made perfect sense when you stopped and really listened to it. And following Karkwa's win, even Wheeler's readers came to the album's and the band's defence in the story's comments. In the following week, the album became a hot topic on Twitter. It topped Justin Bieber in sales on iTunes. Based on artistic merit and just a plain visceral response? Absolutely 100 per cent valid. And as with any other year, many were surprised and a few were not.

Now, the drama isn't as strong this week as it was last. But Karkwa's Polaris win accomplished, quite inadvertently, many great things. It got Anglo Canada looking closer at the Francophone scene, using Karkwa (and maybe a bit of Radio Radio's wacky Frenglish/Chiac hip-hop) as its launch pad (yes, there is more great French music out there than Malajube). It made Quebec look at the Polaris Music Prize more seriously, something it wasn't really prone to doing in the past, considering the Prize often gives off a strong "Toronto-centric" vibe.

In the end, the 2010 Polaris Music Prize may have just signaled that it has truly grown into something that is fiercely and passionately embraced by Canadian music fans, who are looking up to the Prize to entice them to look further and excite them about the prospect that there is always something else, something grand and unexpected, lurking around the corner.

Now go listen to Les chemins de verre and let it amaze you. It is a rock record for the ages -- sad yet hopeful, grandiose and atmospheric, and goshdarned beautiful. Trust me, even if you don't speak a word of French, you'll understand when Louis-Jean Cormier softly sings the closer Le vrai bonheur that sometimes we miss out on what really matters because we fail to fully open ourselves to what's right in front of us.
  
By Francois Marchand , Vancouver Sun, 29 Sep 2010

Karkwa : Les ventes de l'album "Les chemins de verre" explosent !


Dix jours après son triomphe à Toronto lors de la remise du prix Polaris, Karkwa voit les ventes de son album Les chemins de verre augmenter de 481%.

L’album fait un retour en force dans le top 200 SoundScan en 47e position.

La diffusion du gala, sur les ondes de MuchMusic, a été vue par 84 000 spectateurs à travers le Canada.

Karkwa a vraisemblablement profité de cette visibilité puisque le disque primé se retrouve maintenant en 42e position du palmarès des ventes en Ontario et en 54e position en Colombie-Britannique.

Les chemins de verre était également dans le top 5 au palmarès des albums sur iTunes et les ventes digitales ont augmenté de 1200%.

Karkwa sera en spectacle ce soir au Métropolis, dans le cadre du festival Pop Montréal, à Dolbeau le 12 novembre et à Québec le 18 novembre.

Article "KARKWA - PRIX POLARIS", Les ventes de l'album explosent par Valérie Thérien, Canoë.ca, le 30-09-2010, photo Julien Faugère/Agence QMI

Karkwa : an EP with Radio Radio and Besnard Lakes ?

Karkwa: Still planning to spread the money around

When you win the Polaris Music Prize, as hometown heroes Karkwa did last week, that's when

Perhaps due to the fact that Karkwa never thought they'd win the Polaris Music Prize, they made a deal with their friends and fellow nominees Radio Radio that, if either of them won, they'd give the other group a quarter of the $20,000 prize money. Given that Karkwa did, in fact, win, it seemed only fair to ask the group's Louis-Jean Cormier (vocals/guitar) if they were going to pay up.

"It was a joking pact," laughs Cormier. "But no, we broke that deal right after we won [more laughter]. We might use the money to hire a real tour manager, but we've been talking about renting a studio for a week and maybe making an EP with Radio Radio and Besnard Lakes."

As we speak, Cormier and the rest of the band are in a tour van heading north to play their first-ever show in Maniwaki, a world away from downtown Toronto. They've been doing press non-stop since their win, and as such, the evening served as something of an introduction for the rest of the country to a band that Montrealers already know (the award-winning album, Les Chemins de verre, is their fourth).

"Yes, we are a little unknown for everybody else and I think this will be very interesting in helping us go to play in new places," says Cormier, before observing that they're not the first group to flourish despite a language divide.

"I don't think it matters as much in 2010. I mean, we are usually compared to Sigur Ros and they don't sing in English. We are a part of Montreal's indie rock community, but it is important for us to represent the city's French music scene as well."

Karkwa  w/ Leif Vollebekk At Pop Montreal, Métropolis (59 Ste-Catherine E.), Sept. 30

Article from Brendan Murphy, Hour.ca, Pop Montreal : Karkwa, When is a deal not a deal ? September 30th, 2010

mercredi 29 septembre 2010

Karkwa au studio de Raphaël Ouellet


Hier, y’avait de la grand’visite au studio.

Les plus récents récipiendaires du prix Polaris. Qu’est-ce que c’est le prix Polaris? Aussi ignorant puis-je paraître, je n’en ai aucune idée. Par contre, tout le monde en parle. Même les médias traditionnels. Ce qui fait que je me dis que ça doit être ben gros. Bref, les gars de Karkwa débarquent dans mon studio, à l’heure. Wow! C’est rare que ça arrive avec les bands en général! Principalement avec les groupes qui ont fait 441 entrevues dans la même semaine.

Je dois avouer que j’avais un peu d’appréhension à shooter Karkwa. Pas parce que c’est un des groupes les plus en vue du Canada en ce moment, mais parce que plusieurs collègues photographes y sont passés par avant et m’ont tous dit la même chose, c’est vraiment difficile d’obtenir leur attention plus que 3 ou 4 clics. Il faut savoir que le shooting avait déjà été reporté deux fois. La première fois, on avait loué une cathédrale centenaire, location incroyable à ce qu’on m’a dit. La deuxième une bibliothèque centenaire. Finalement on a reporté tout ça au lundi ce qui fait qu’on ne pouvait plus se fier aux endroits prévus et qu’on avait 2 jours de préavis, sans vraiment pouvoir trouver une autre location. Donc arriva ce qui devait arriver, comme à toutes les fois dans ce type de situation, on a shooté à mon studio! Pas que je n’aime pas le studio, mais j’aime beaucoup mieux prendre des photos dans des environnements concrets.

Bref, en plus d’avoir un groupe dur à photographier, j’ai choisi de prendre un concept pas vraiment facile non plus! J’ai eu la merveilleuse idée de suspendre 5 complets cravates dans les airs et de simplement faire tenir les gars du groupe derrière comme s’ils étaient à l’intérieur, mais pas vraiment. Bref, vous comprenez?

1re étape, trouvez 5 complets, la fin de semaine, à 2 jours de préavis. Donc merci infiniment à la styliste Catherine Perron, que j’adore et qui possède la faculté de toujours trouver une solution à tout.

Étape numéro 2, faire tenir les complets, à la bonne hauteur, qu’ils paraissent bien, qu’ils soient à peu près la bonne taille pour tout le monde, la disposition par rapport au modèle, tout ça avec un groupe qui a, selon mes sources, de la misère à tenir en place plus que 5 secondes.

Comme si c’était pas déjà assez difficile, après avoir fait quelques clics de sûreté avec mon appareil numérique, je m’impose pour la publication des photos seulement 10 clics, à la pellicule, au moyen format. Un beau défi! Voilà ce que ça a donné!

article le 29 septembre 2010 par Raphaël Ouellet

Nomag > KARKWA: GROSSE RENTRÉE !

Avant les trophées, il y a les enfants. Sur les cinq membres du groupe, quatre sont des pères qui dorment très peu. Louis-Jean Cormier détenait le record ce matin-là avec dix-huit minutes de sommeil. Bref, si les rockeurs ne dorment pas, les papas encore moins.

Le groupe fait la navette entre les entrevues ces-jours-ci, depuis qu’ils ont mis la main sur le prestigieux prix Polaris. Alors que notre photographe se préparait pour les portraits, Martin et François venaient me rejoindre pour jaser. Et puis, le prix Polaris?
On a eu des offres pour les États-Unis, l’ouest Canadien, des appels d’Europe et des gens qui suivent les développements. C’est un prix qui représente la musique un peu plus à gauche, c’est assez regardé.
C’est en préparant l’entrevue que je suis tombé sur le mini-scandale qui m’avait échappé. Mes salutations au journaliste Brad Wheeler. Ce rédacteur du Globe and Mail clamait dans son article que trop de Québécois francophones se trouvaient peut-être sur le jury du prix Polaris, menant Karkwa à la victoire la semaine dernière. Si Audiogram recommandait à son groupe de ne pas parler de ce triste épisode journalistique, les deux musiciens avaient un court message pour l’homme:
Je trouve ça fucké que ce journaliste puisse se compromettre pour dire quelque chose comme ça, mais on s’en fout pas mal.
Pas de politique de clocher pour Karkwa (même si pendant le shoot photo ça discutait ferme du FLQ et du «superbe dossier monté dans l’Actualité»). Et voilà que le batteur Stéphane Bergeron venait nous rejoindre au moment où nous nous sommes mis à jaser de la pertinence du mot “émergent” dans le milieu de la musique québécoise:
On va voir dans les prochaines années, c’est sûr que la loupe est encore beaucoup sur Montréal. Je pense que ça a plus rapport avec un courant musical [le terme émergent].

Émergent ou pas, Karkwa se retrouve exclu du prochain gala GAMIQ. Si je ne suis pas étonné de ce genre de décision,  Stéphane semblait déçu:
J’aurais tendance à dire que le GAMIQ se trompe, mais on le prend pas de façon personnelle. Tu peux dire par exemple que Les chemins de verre c’est trop pop pour être au GAMIQ, mais de dire que parce que Karkwa a joué dans des radios commerciales le groupe doit être mis de côté… C’est la raison que je ne trouve pas bonne. C’est une raison plus ou moins politique, mais c’est pas une raison artistique.
François ajoute:
Moi ce qui n’énerve le plus, c’est quand le monde essaye de classer les groupes et les artistes dans des boîtes bien précises.
À cheval entre leur succès commercial et la scène indépendante qui les a vus grandir, Karkwa est un groupe qui fait de la bonne musique, sans se poser de questions ou se demander quelle statuette se retrouvera sur le dessus du foyer. Question de changer l’atmosphère négative de ces sujets, François affirme que les récompenses sont dispersées un peu partout:
Y’en a partout! Chez nos parents, chez notre gérant, chez Stéphane. C’est futile, mais il faut bien les mettre quelque part.
Pour les besoins de la séance photo, Evelyne (la rédactrice en chef) avait apporté des trophées cheap qui datent clairement d’hier, et qui n’ont finalement pas servi. Issus d’une saison glorieuse dans le Bantam B ou récompensant l‘esprit sportif d‘une saison difficile au soccer, ce sac rempli de victoires intriguait les gars de Karkwa. On a foncé droit sur le sujet sportif, de quoi rendre jaloux Les Dales Hawerchuk: le retour des Nordiques, oui ou non? Stéphane dit:
Moi je viens de Québec, c’est sur que je vais aller voir ça!
François en rajoute:
Ça va s’appeler les Ours polaires de Québec! Ou les Nordiks, avec un K!

Pour tout vous dire, je rencontrais Karkwa ce matin-là avec un certain malaise. En une semaine, ils ont effectué plus d’entrevues que dans les trois derniers mois. Qu’est que tu peux bien demander à un groupe qui semble juste content d’être là. Cherchez pas trop loin avec Karkwa, ils font de la musique pis de la bonne en plus, n’en déplaise à Brad…

Grande rentrée montréalaise de Karkwa dans le cadre de Pop Montréal, au Métropolis le jeudi 30 septembre avec Leif Volleibekk. Portes à 19h, première partie à 19h30.

Article de NOMAG le 28.SEPT.2010 par Tommy Loyer / photos Raphaël Ouellet / un gros merci à la styliste Catherine Perron

Canadian music and the people that love it

Matthew Stefanson — CUP Podcast Co-ordinator

VANCOUVER (CUP) — This edition of the CUPcast is the first of two parts that we'll be doing on the Canadian music scene.

We spoke to Frank Yang, of Chromewaves.net; Tyler Bancroft of Vancouver indie band, Said the Whale; and Chris Berube, CUP's new media guru, delivers an interview with Polaris prize winners Karkwa.

lundi 27 septembre 2010

Karkwa primé et bientôt en France


Bientôt en concert à Paris, les passionnants Québécois Karkwa ont remporté le jeune mais déjà prestigieux Prix Polaris canadien, au grand dam des anglophones. Bien fait.

Les excellents Montréalais de Karkwa ont remporté lundi dernier le prix Polaris, récompensant les meilleurs albums canadiens de l'année. Ils marchent ainsi sur les traces de Caribou ou encore Patrick Watson, damant le pion cette année à Broken Social Scene, The Sadies, Tegan And Sara, The Besnard Lakes, Dan Mangan, Owen Pallett, Radio Radio et Caribou.

Les Anglophones crient au complot. Ainsi du quotidien The Globe and Mail qui voit une drôle de corrélation entre les noms gaulois de certains membres du jury et le prix remporté par un "obscur groupe art rock de Montréal" ; ainsi, aussi, de pas mal de twitters excités et d'une absolue mauvaise foi. En réalité, la décision était non seulement prévisible, mais, pourrait-on dire, prédéterminée et sacrément méritée -le quatrième album du groupe, Les chemins de verre, confirme et enfle encore le grandiose que l'on pense des Québécois, l'un des meilleurs groupes rock francophones du monde connu.

Laissons les commotions politiques à la frustration de certains, et jetons une oreille sur la Super Session bilingue de Karkwa diffusée sur la radio nationale Radio 3. Accompagné de la chanteuse Liz Powell de Land of Talk, le quintet offre une version magnifiée des Chemins de verre.

Si Les chemins de verre cherche encore son chemin vers la France, où l'on pris déjà pour une sortie rapide, les Québécois viendront nous rendre une première visite, scénique, au Divan du Monde à Paris le 16 octobre. Et comme ils sont immenses sur scène, on vous conseille d'être là. En attendant, le précédent et déjà impressionnant Le Volume du vent s'écoute, via le lecteur Deezer ci-contre, ici-même.

par Mathilde Carton, les Inrocks,le 27 septembre 2010

dimanche 26 septembre 2010

30 000 visites de [Karkwa] qu'on en dise !

Comment mieux célébrer pour moi le fabuleux Polaris Prize 2010 de Karkwa que par les 30 000 visites de ce blog depuis avril 2008. Fidèle au poste, il connait aussi désormais une déclinaison sur Facebook

Longue vie à Karkwa donc, qu'ils nous régalent encore longtemps les oreilles, en leur souhaitant la meilleure des réussites. Ils le valent bien ;-)

Karkwa en rétrospective

Les Frères du Son Rencontrent : Karkwa

Nous tenons à souligner la victoire du prix Polaris de Karkwa cette année en vous présentant notre vision sur l'évolution de la formation, suivie de notre entretien avec eux, réalisée au printemps dernier.

Karkwa en rétrospective

On parle de Karkwa, qui se sont cherchés une identité musicale sur leur premier album Le Pensionnat des Établis et qui nous présente Les Tremblements S'Immobilisent en 2005, un excellent album avec une sonorité plus raffinée et surtout, une direction artistique bien définie. On sent qu’ils ont trouvés leur propre signature musicale, en combinant plusieurs influences et facettes différentes tout au long que l'album s’avance.

Pour sa suite logique, Le Volume du Vent, leur 3e tome, Karkwa revient en 2008 avec une recette améliorée, où on reconnaît des saveurs des Tremblements, leur album précédent. L'évolution du groupe est agréable et efficace, sans être révolutionnaires comme changements. Des jeux de voix variées, un bon choix d'instrumentation, d'excellents musiciens et tout un parolier avec Louis-Jean Cormier qui aborde des sujets où on se reconnaît, peut-être plus personnels qu'un exercice de style, tout en restant juste assez énigmatique pour que ses propos restent universels.

Un seul bémol, c’est le son générique d'Audiogram qui n’rend pas vraiment honneur à toute l’ampleur de la musique d’un groupe de la trempe à Karkwa. Avec la créativité des membres de la formation, leurs compositions presque progressives, très orchestrées, qui mériteraient juste un peu plus d'air pour respirer qu'un son un peu trop plastique et compressé, mais c’est vraiment rien qui empêche le courant de passer.

Arrive Les Chemins de Verre en avril 2010, une œuvre qui se laisse apprivoiser, mais après le moment d’adaptation, on comprend qu’ils repoussent les limites de ce qui se fait habituellement dans la francophonie. Leur quatrième effort vient changer ce que je croyais savoir du groupe, avec un enregistrement beaucoup plus dosé et tout en subtilités, le plus aboutis de Karkwa. L’Harmonium de notre époque continue de sortir des sentiers battus, preuve de leur ouverture et confirme qu’ils deviennent une référence incontournable dans le Rock recherché, tout en gagnant en popularité.

Voici l'entrevue réalisée par Les Frères du Son avec Karkwa, bonne écoute !

Article par Pascal Deslauriers dans Côté Blogue, le 24 septembre 2010

KARKWA : Buckingham - 24 septembre 2010 [ spoiler ! ]

Les gagnants du Polaris 2010 de Toronto sont ici devant une petite salle qui finit finalement par se remplir, à mon soulagement, je le prends toujours personnellement quand la foule n’est pas au rendez-vous pour voir les grands du Québec dans ma région. Avant l’entrée en scène, je remarque que la disposition scénique est intéressante et différente des spectacles précédents avec la batterie et l’ensemble des percussions à droite et alignée avec les innovantes colonnes de rangée de lumière - l’effet en spectacle est remarquable quand Julien (percussions) et Stéphane (batterie) battent la musique en synchronisme parfait, un aspect important de la musique revendicatrice de Karkwa, taper sur le message!

Dès l’entrée, l’atmosphère est à la fête, Louis-Jean (guitare) annonce qu’ils feront différemment, le ‘setlist’ n’est pas défini, ils se réservent des folies dans l’interprétation! Ils sont généralement dans cette vague euphorique de toute façon, j’ai surtout noté l’achat d’une ‘steel guitar’ que Louis-Jean semble découvrir ce soir, tel un enfant, il semble tout émerveillé des sons ‘à la Olivier Langevin qui en sortent durant ‘La Marche’ jouée ce soir très bas et reverb au clavier de François, les musiciens se regardent comme pour planifier cette chanson recréée... et improviser une fin, Martin (basse) semble heureusement trouver la clé. Un moment agréable que les spectateurs très connaisseurs du groupe soulignent par de chauds applaudissements.

Le spectacle est largement basé sur ‘Les chemins de verre, et Le volume du vent’, moi j’aurai aimé un ‘Poisson Cru’ du premier DC ’Le pensionnat des écoliers’ [gabnews, rectification : Le pensionnat des établis] qui était en vente à la porte, mais ce soir mon coup de coeur est pour Julien Sagot qui m’avait signé cet album à Saint-Jean sur le Richelieu et qui élabore des sonorités venant d'outre-tombe pour ensorceler les chansons de Karkwa, il contribue grandement au son Karkwa!

Un groupe à voir en spectacle, on ne peut rester insensible aux textes et à la musique récipiendaires de tant de prix! Sur iTunes, le ‘Tour de l’île’ de Félix est un must!


Spinner : Karkwa Win 2010 Polaris Music Prize

Prior to the 2010 Polaris Music Prize ceremony, drummer Stephane Bergeron and keyboardist Francois Lafontaine of Montreal group Karkwa were hoping being on the Polaris Short List would get them a bit more attention in terms of touring.

"Maybe the person who booked the show tried something last year in Manitoba or tried something in Vancouver and we didn't have [the nomination]," Bergeron told Spinner. "Maybe now when they try again maybe [the venues and bookers] will accept the show. 'Oh we heard about your band and the short list.'"

Well, now Karkwa can add 2010 Polaris Music Prize winner to that sales pitch for their album 'Les Chemins de Verre.' The dual-drumming quintet won the fifth annual award for best Canadian full-length album last night at Toronto's Masonic Temple along with a cool $20,000.

"It's not about the industry or an internet vote, it's about the music," an excited Bergeron said alongside his band mates after last year's winner F---ed Up announced the winner. "There are a lot of award shows with a lot of prizes and a lot of thanks -- 'I'd like to thank my mother, my dog.' Here it's just one prize and it's the music, man!"

(...)  The eventual stars of the evening -- Karkwa -- were not to be outdone. Mixing sweet harmonies alongside rather tight musicianship, the group earned one of the louder responses of the evening for their two-song set. "This is the prize that we follow all year and we like the process of voting, it's all about the music," Bergeron said prior to the ceremony. "Musically, when we check the short list it's always bands that we like. It's going to be an honor to play in front of all those guys."

Extract from article posted on Sep 21st 2010 by Jason MacNeil, Spinner

    Radio Radio : we slapped his butt !

    Extract from Tumblr interview with Radio Radio
     
    The Broken Speaker caught up with Radio Radio a couple days after their excellent and entertaining performance at the Polaris Prize Gala on Monday. While they did not win the prize, they did get to slap the butts of the winners. (...)

    What was your reaction to Karkwa winning the Polaris Prize?

    We were totally happy for them. I felt fine, since my mom said she’d loved me wether we won or lost. Julien Sagot, Karkwa’s percussionist was sitting beside us at our table. When he got up, we slapped his butt! It was out of excitement though, like football players do, you know!? (...)

    samedi 25 septembre 2010

    NME : Karkwa win Canadian version of the Mercury Prize

    Band crowned Polaris Prize winners award ahead of the likes of Broken Social Scene and Caribou

    Karkwa have won the Canadian equivalent of the Mercury Prize for their album 'Les Chemins De Verre'.

    Called the Polaris Prize, the jury led contest featured 10 finalists, including the like of Caribou, The Besnard Lakes, Tegan and Sara and Broken Social Scene, with the Montreal group bagging the $20,000 prize and coveted title.

    "That's weird, that's very strange," the band said after being awarded the prize. "We're holding a cheque for $20,000 and we don't understand anything."

    Formed in 1998, 'Les Chemins De Verre' is the band's fourth full-length studio effort.

    Last year Fucked Up scooped the coveted award and prize money for their album 'The Chemistry Of Common Life'.

    The winner of 2010's Barclaycard Mercury Prize in the UK was The xx for their debut album 'xx'.

    New Musical Express, September 21, 201

    Karkwa take home Polaris

    After months of discussion, debate, and disagreement, the fifth annual Polaris Music Prize was awarded on Monday night to Karkwa for the stellar Les chemins de verre. The Montreal outfit’s win was something of a surprise, beating out heavyweight Broken Social Scene and past Polaris winners Owen Pallett and Caribou. I had personally pegged Dan Mangan’s Nice, Nice, Very Nice for the win, and a number of the other blogs and critics out there had their money on Shad taking the prize, which all made Karkwa’s victory even more of a surprise [in the best way].

    Much of this year’s discourse revolved around whether the prize ought to be awarded to past winners or larger acts that don’t necessarily require the money and exposure that comes with the win, or if all that should be overlooked in the name of pure artistic merit. Certainly, Forgiveness Rock Record and Heartland are deserving albums, but a Polaris win wouldn’t do much in the way of promoting or praising them any more than they already have been. The heavy hitters are popular for a reason, especially in independent music, where quality is what makes or breaks an artist. Without a broader consideration of talent, we would be seeing the same names every year saturating the nominee list, making the pool that much more shallow, and the award far more akin to the Junos.

    However, all that talk is pointless now. Congratulations to Karkwa, Polaris Prize 2010 winner for Les chemins de verre!

    by kevanh 24 Sep 2010 in In The News, Soft Signal

    Réseaux alternatifs

    Sur Franco Phil : Question de réseaux

    Pour son édition 2010, le GAMIQ a préféré délaisser les artistes qui ont mis le pied dans l'engrenage des grands médias et des organisations établies pour mettre davantage en lumière les plus petits joueurs. Vrai que c'était un peu étrange de voir Karkwa et Patrick Watson presque tout gagner dans les dernières années, alors que les deux groupes étaient aussi du gala de l'ADISQ. La démarche a deux conséquences. De un, les artistes moins établis profiteront sûrement d'une plus grande visibilité. De deux, les changements font remonter la question clé suivante: est-ce que l'on récompense la musique alternative, ou une industrie underground? L'offre musicale de Patrick Watson est pas mal plus alternative que celle d'un Sylvain Cossette, mais le groupe est capable, toutes proportions gardées, de vendre des CD et de rejoindre le grand public.

    Louis-Jean Cormier, chanteur de Karkwa, racontait dans La Presse ceci: "Je trouve que ça accentue le clivage entre la scène alternative et le mainstream. Si tu refuses des artistes qui sont sur des réseaux commerciaux, tu peux mettre de côté des albums débiles. Regarde Beck et Arcade Fire : ils sont partout, mais selon moi, ils restent des artistes alternatifs (...) Selon moi, c'est présumer qu'un artiste underground se doit d'être pauvre et pas connu."
     
    Vous en pensez quoi?
     

    CBC.ca | A Propos | September 26, 2010

    This week, Karkwa received the Polaris music award. For the first time, a Francophone band is being talked about and celebrated from coast to coast. A Propos has been broadcasting the music of Karkwa from day one, and this week, host Jim Corcoran presents an emotional tribute to Karkwa, including 6 translations of songs from their Polaris award winning album, Les chemins de verre (Highways made of glass).

    CBC.ca | A Propos | September 26, 2010

    Après le Polaris, le Métropolis

    Avec le prix Polaris en main, Karkwa fera sa rentrée montréalaise, jeudi au Métropolis, dans le cadre du festival Pop Montréal. En attendant, le chanteur Louis-Jean Cormier répond à nos questions.

    Q Vous avez gagné le prestigieux prix Polaris. Qu'est-ce que ça représente pour vous?

    R On a fait plus de promo que jamais dans notre vie. On s'est fait approcher par des gens du Canada anglais qui ne l'auraient jamais fait avant. Je ne sais pas à quel point ça va nous mener en tournée à Toronto ou Calgary, mais on a le feeling que des portes s'ouvrent, peut-être même aux États-Unis (...) Malajube l'a déjà fait, peut-être que d'autres groupes vont suivre.

    Q Comment pourrait-on diminuer le clivage musical entre le Québec et le reste du Canada (ROC)?

    R Le Polaris est une solution. Il n'y a pas d'autre gala comme ça au Canada qui privilégie un choix judicieux et artistique. (...) Pour nous, ça représente gros. C'est une reconnaissance qui vient de critiques professionnels qui consomment beaucoup de musique. C'est très flatteur.

    Q Vous êtes en nomination au prochain Gala de l'ADISQ, pas au GAMIQ, qui a décidé d'exclure les artistes indépendants ayant de la visibilité sur les « réseaux commerciaux «. Que pensez-vous de cette nouvelle modalité?

    R Je trouve que ça accentue le clivage entre la scène alternative et le mainstream. Si tu refuses des artistes qui sont sur des réseaux commerciaux, tu peux mettre de côté des albums débiles. Regarde Beck et Arcade Fire : ils sont partout, mais selon moi, ils restent des artistes alternatifs (...) Selon moi, c'est présumer qu'un artiste underground se doit d'être pauvre et pas connu.

    Q À quoi doit-on s'attendre de votre spectacle donné, jeudi? En quoi Pop Montréal se distingue-t-il des autres festivals montréalais?

    R Dans le fond, c'est notre rentrée montréalaise. C'est le show officiel des Chemins de verre, monté avec nos amis artisans, comme Mathieu Roy aux éclairages. Le spectacle comprend beaucoup de chansons de cet album et des surprises, des vieilles chansons qui prennent d'autres tournures. (...) Le festival Pop Montréal est comme une pieuvre qui se tient dans plein de petites places et qui nous fait découvrir plein d'artistes. Ça fait beaucoup réagir les mélomanes : eh! il va y avoir un spectacle de Timber Timber.

    Q Qu'est-ce qui est prévu dans les prochaines semaines ou prochains mois pour Karkwa?

    R Ce soir (jeudi), nous sommes à Maniwaki, demain à Buckingham. On fait une mini-tournée de rodage... C'est cool, ce sont des endroits où nous ne sommes jamais allés. Nous sommes samedi à Waterloo. Il y a le Métropolis jeudi... Sinon, on continue la tournée au Québec et on retourne en Europe en octobre - en France, en Suisse et en Belgique. C'est condensé : on va faire six spectacles en 11 jours. En Europe, Les chemins de verre sort officiellement en février.

    Karkwa est en spectacle jeudi au Métropolis dans le cadre de Pop Montréal.

    Article d'Émilie Côté, La Presse Publié le 25 septembre 2010

    vendredi 24 septembre 2010

    Karkwa prochains spectacles à venir

    Karkwa en concert
    • 24 Sep 2010 19:30 Salle Desjardins Buckingham, CANADA

    • 25 Sep 2010 19:30 Maison de la Culture Waterloo, CANADA

    • 30 Sep 2010 19:30 Métropolis Montréal, Québec

    • 15 Oct 2010 20:00 Le pont rouge MONTHEY, SWITZERLAND

    • 16 Oct 2010 19:30 divan du monde PARIS, FRANCE

    • 21 Oct 2010 20:00 Le manège Lorient, FRANCE

    • 22 Oct 2010 20:00 Le BBC Hérouville-St-Clair, FRANCE

    • 23 Oct 2010 20:00 Ancienne Belgique Bruxelles, BELGIUM

    • 18 Nov 2010 20:00 Grand-Théâtre de Québec / salle Louis-Fréchette Québec, Québec

    • 11 Dec 2010 20:00 Métropolis Montréal, Québec, CANADA
    Plus d'infos : http://www.myspace.com/karkwa

    Karkwa captured the audience with their enigmatic performance

    Part I: Karkwa wins big and other stories from the Polaris Music Prize Gala

    Quebec’s Karkwa took home the $20,000 Polaris Music Prize last night for their album Les Chemins De Verre much to the surprise of the predominately English music media attending the event, but this isn’t to say the award was not well deserved. In only two songs the band captured the audience with their enigmatic performance despite singing entirely in French, and their cute acceptance speech won them a couple bonus points as well.

    Truth be told, the room that night was filled with such extreme talent it would be hard to argue anyone’s acceptance of the award, but there were a few contenders many of us were banking on.

    Masonic Temple, Toronto, ON
    By: Sheena Lyonnais
    Sept 21, 2010

    Gee, who’s speakin’ french nowadays?

    Pas encore tout à fait mort le Français. Brocardé, décrié et toujours ce reste de fierté mal placée. Chanter anglais ou français ne change rien au talent. Tout juste on s’accommode de sa timidité et on s’évite des comparaisons par trop déplacées avec ses glorieux aînés.

    Eh bien outre-atlantique, Karkwa a bien raison de se se foutre de notre gueule. Ils livrent une musique limpide, une écriture peu accommodante, une production minutieuse et pesante comme on les aime sur ce « volume du vent » (DeezerSpotify).

    Bravos à eux qui viennent de faire l’acquisition du prix Polaris du meilleur album Canadien de l’année  (passé devant Owen Palett, Broken Social Scene et Caribou, excusez du peu…).

    Jolie découverte, tardive, pour moi. Comme un air de Kaolin, époque premier album.

    Extrait de l'article du 23 septembre 2010 par Bazar Musikal (FRANCE)

    [Gabnews] PS :  et encore il vous reste à découvrir bientôt amis français "Les chemins de verre" l'album qui a été l'objet du prix Polaris, toutefois cela fait plaisr de revoir ici la pochette du volume du vent ;-)

    jeudi 23 septembre 2010

    Karkwa wins 2010 Polaris Prize on Q TV

    Le Soir (Belgique) : Karkwa remporte le prix Polaris

    Le Français avait décidément une bonne étoile lundi dernier à Toronto, où avait lieu le gala du 5e prix Polaris, remis au meilleur album canadien de l’année. Les Québécois de Karkwa sont devenus les premiers artistes d’expression francophone à remporter les honneurs, avec « Les chemins de verre ».

    Lors du gala de remise du prix, où les dix artistes en nomination s’étaient succédé pour jouer sur scène l’annonce tant attendue, Karkwa a créé la surprise en prenant de court les critiques s’étant mouillés en tentant de prédire l’identité des gagnants. Le groupe n’était effectivement pas pressenti pour remporter la palme puisqu’il se mesurait à de très grosses pointures de la musique indépendante canadienne, dont Broken Social Scene et Tegan and Sara, ainsi qu’à deux lauréats des éditions précédentes, Caribou et Owen Pallett.

    C’est que Karkwa n’était pas, du moins avant lundi dernier, connu des anglophones au Canada. La formation, qui a quatre albums à son actif est cependant un incontournable de la musique francophone et s’est même produite à plusieurs reprises en Europe.

    Les réactions que l’on pouvait lire sur Twitter quelques instants après l’annonce de leur victoire étaient assez évocatrices de cette réalité. De nombreux utilisateurs anglophones avouaient n’avoir aucune idée qui étaient ces Québécois, qui venaient de devancer les autres artistes au fil d’arrivée, à la surprise générale.

    Il fallait s’attendre à ce que le jury fasse un coup d’éclat encore une fois. À chaque année, les artistes les plus populaires et favoris du public et des critiques sont laissés de côté. Comme l’année dernière, alors que la formation hardcore expérimentale Fucked Up avait doublé notamment K’naan, Metric et Malajube pour se mériter le prix, associé à une bourse de 20 000$, à une reconnaissance indéniable et donnant un bon coup de pouce côté carrière.

    Si le Polaris est tant respecté dans le milieu, c’est qu’il n’est pas de la même nature que bien d’autres récompenses et prix canadiens. Alors que les Juno, l’équivalent canadien aux Grammy Awards américains, ne sont pas dissociés des ventes d’albums, le prix Polaris est remis à l’album ayant le plus de mérite artistique, peu importe sa popularité auprès des masses.

    Un jury composé de plus de 200 diffuseurs, journalistes et blogueurs dresse d’abord une liste des quarante meilleurs albums canadiens de l’année. Un grand jury de 11 personnes est par la suite sélectionné. Ce sont ces personnes qui se rencontrent à huis clos en septembre pour désigner le grand gagnant, dont le nom reste inconnu jusqu’à la toute dernière seconde.

    Pendant que les téméraires commencent déjà à se prononcer sur les albums ayant une bonne chance de se retrouver sous le feu des projecteurs du prix Polaris l’année prochaine, Karkwa se prépare à retourner en Europe, avec un arrêt prévu à l’Ancienne Belgique le 23 octobre prochain.

    Karkwa sur le web :
    Article de Pascal Raiche-Nogue, Frontstage, le blog poprock du Soir (BELGIQUE)
    Collaboration spéciale avec le49.ca

    Quebec band Karkwa wins Polaris Music Prize

    Karkwa became the first French-language band to win the $20,000 Polaris Music Prize on Monday. The Montrealers were clearly dumbstruck as they took the stage at Toronto's Masonic Temple to claim the prize, which was given for their fourth album Les chemins de verre.

    That's weird, that's very strange,” said frontman Louis-Jean Cormier as the band took the stage to claim their oversized cheque. “I don't know what to say.” It still hadn't sunk in when they wandered backstage later.“It's a dream,” muttered Francois Lafontaine, before repeating the phrase again: “It's a dream.”

    Indeed, the Montrealers seemed like heavy underdogs against a stacked Polaris class. There were two previous winners nominated in Caribou (Dan Snaith of Dundas, Ont.) and Toronto's Owen Pallett, while three other nominees were up for the award for a second time: Toronto rock collective Broken Social Scene, Montreal psych-rockers the Besnard Lakes and rapper Shad of London, Ont.

    Maritime electro-rap outfit Radio Radio, Vancouver singer-songwriter Dan Mangan, long-running Toronto alt-country outfit the Sadies and Calgary-reared pop duo Tegan and Sara were also up for the award, which is given based on merit, without regard for genre or sales. The 10-artist short list was selected by polling nearly 200 music journalists spread across Canada, while the winner was chosen by an 11-member grand jury.

    For Karkwa, the band is celebrated in its native Quebec but has rarely toured English Canada. Still, their Radiohead-inspired rock soundscapes – with an intricate pop bent that calls to mind Sigur Ros or even Coldplay – apparently transcended language barriers to win the award.
    Music is a universal language,Cormier said succinctly backstage.

    All 10 acts performed during the gala, which carried a chummy atmosphere in which no artist wanted to admit to feeling competitive about the grand prize.

    Members of Karkwa joined Radio Radio onstage for their performance, Pallett added violin to a largely acoustic Tegan and Sara and Mangan persuaded much of the crowd to sing along to his Robots, which he delivered from atop one of the gala's circular tables.

    Shad also delivered a revised take on his tune Ya I Get It, flipping the beat at one point before rapping a new a capella verse at the end of the song. The Sadies' Dallas Good wore a red suit once owned by Tommy Hunter, but didn't seem to feel particularly lucky. “We're happy to be here,” he said after the band's performance. “This is probably our only moment to say thanks, so thanks.

    Of course, the members of Karkwa didn't anticipate having another opportunity to say thanks, either.The band mused about what they might do with the money – they suggested perhaps buying a new van, or hiring a touring manager (drummer Stephane Bergeron is acting in that capacity at the moment). But aside from the money, the Polaris seemed to have another effect on the band. The award seems to have galvanized the band to push beyond borders of language.

    We are here holding a cheque in Toronto and we are beginning to think about why don't we play in our country (and) the States,” Cormier said. “Maybe we are at the beginning of something for us.

    By Nick PatchToronto— The Canadian Press, for Globe and Mail, Published Tuesday, Sep. 21, 2010

    Anglophone music fans : grab your English-French dictionaries

     Montreal rock group Karkwa wins the Polaris

    Annual prize is given for best Canadian music album of the year

    Anglophone music fans: grab your English-French dictionaries.

    At a gala ceremony in Toronto on Monday night, Montreal francophone rockers Karkwa were awarded the 2010 Polaris Music Prize for their album Les Chemins De Verre.

    The award comes with a $20,000 purse, and is handed out annually for the best Canadian album of the year. The prize does not consider sales or genre.

    "That's weird, that's very strange," said the surprised-looking band after being awarded the prize. "We're holding a cheque for $20,000, and we don't understand anything."

    The ceremony, held in the Concert Hall at Toronto's historic Masonic Temple, featured performances by all 10 of this year's shortlisted artists -- Broken Social Scene, The Besnard Lakes, Tegan and Sara, Shad, Caribou, Owen Pallett, Dan Mangan, Radio Radio and The Sadies.

    Karkwa's win marks the first time in the Polaris's five-year history the award has been given to a non-English band.

    "We've tried before to (get into) festivals in Western Canada," the band's singer, Louis-Jean Cormier, said before the gala. "Maybe winning the prize would help us book those."

    The band -- singer Cormier, keyboardist Francois Lafontaine, drummer Julien Sagot, drummer Stephane Bergeron and bassist Martin Lamontagne -- was formed in 1998 and have released three albums prior to Les Chemins De Verre, including Les tremblements s'immobilisent, which won three Felix Awards.in 2006.

    When asked at a news conference after the award ceremony, what the band would do with its winnings, the members consulted for moment before confessing: "We should hire a tour manager. A real one. Steph is our tour manager, but he's our drummer as well."

    The young prize, which has quickly become of Canadian music's biggest nights, was announced by last year's winners, Toronto hardcore act F-cked Up. Previous winners include Caribou, Patrick Watson and Final

    BY BRAD FRENETTE, POSTMEDIA NEWS SEPTEMBER 22, 2010

    Polaris Prize goes to Montreal band Karkwa


    TORONTO (CUP) — After the longest jury deliberation in the indie music prize’s history, Montreal’s Karkwa went home the Polaris star.

    (...) like any “increasingly prestigious” award, as dubbed by the New Yorker, Polaris is not without its politics and tokenism. So far, it has gone to the avant-garde Owen Pallett, the folksy Patrick Watson, Caribou’s synth, hardcore Fucked Up and now, what Karkwa’s lead singer Louis-Jean Cormier calls, French “Montreal indie rock.”

    The decision to award the all-francophone band may not be totally unexpected. The grand jury had three francophones on hand: François Marchand, André Peloquin and Philippe Rezzonico.

    What most of the English music scene has been asking since the shortlist came out is, “car, quoi?” Who is this random band that triumphed over two prior winners and industry heavyweights like Broken Social Scene and Tegan and Sara?

    For Karkwa, as their album title — Les chemins de verre (The Glass Paths) — would suggest, it was a lonely path to get to Polaris as the only francophone musicians nominated, not counting Radio Radio’s Franco-Acadian Chiac.

    After the announcement, Cormier, nearly in tears, took the stage with his bandmates. Earlier in the evening, he said, “I think that the language barrier is still there,” and felt certain the only thing his band would win that night was exposure to an anglophone audience.

    The band has been together for a dozen years, touring around all the francophone countries. They are now excited about the opportunity to play for their fellow countrymen — but not until they have the opportunity to use part of their $20,000 to hire a real tour manager and a new van.

    Before their win, Cormier said his celebration music, if Karkwa were to triumph, would be Owen Pallett’s Heartland. Maybe collaboration is in their future?

    We try [to] do so some great poésie, but I don’t know if we succeed at that,” Cormier chuckled. “I guess it works.”

    Indeed, it did.

    Extraxt from the Article by E.D. CAUCHI, CUP President, The Sheaf.com, 21 sept. 2010
    Image: Josh O’Kane/CUP

    Polaris speaks a new language : "Les chemins de verge"

    MONTREAL - Louis-Jean Cormier was still trying to take it all in yesterday afternoon. He and his Karkwa bandmates had just returned home to Montreal after winning the Polaris Music Prize for best Canadian album, for their fourth release Les chemins de verge, Monday night in Toronto.

    It marks the first time in Polaris' five-year history that a non-Anglophone band has won the award. Only one other Quebecois act has come close; Malajube made the Polaris short list in both 2006 and 2009. So landing on top was a long shot.

    "We couldn't have expected that at all," Cormier said. "Everyone's saying we were the dark horse. We were really apart from (everyone else), because of the language. We couldn't think, 'What if we win?' Even a few seconds before, I was saying, 'I hope it's not us. I'll be nervous to talk in English in front of all these amazing artists. In the end, we did it."

    The accomplishment could open things up for Karkwa in the rest of the country, garnering the indie-rock band a whole new demographic of English-speaking music fans.

    "Before this, we were totally unknown (elsewhere in Canada)," Cormier said. "There's a divide between the francophone Quebecois scene and the rest of the country. Both sides have to learn from the other. There's work to be done. What's nice about Polaris is it erases barriers."

    The members of Karkwa were a little worse for wear today, functioning on three hours sleep after a long night of interviews, followed by some necessary celebration and an early start.

    They were in the studio with Jian Ghomeshi this morning for his CBC Radio 1 show Q. Ghomeshi had the inside scoop, as one of the members of this year's Polaris Grand Jury.

    "He was very happy," Cormier said. "We were really out of it, not really awake. He was laughing; he was in the same boat. We talked to lots of jury members. Apparently it was very difficult, very intense in the (jury room)."

    Karkwa beat out some tough competition, including fellow Montrealers Radio Radio and Besnard Lakes, Toronto's Broken Social Scene, previous Polaris winners Owen Pallett and Caribou, sister-duo Tegan and Sara, rapper Shad, veteran rockers the Sadies and Vancouver's Dan Mangan.

    "There was a real feeling of fraternity," Cormier said. "It made for an unusual gala … There was one winner in the end, but everyone deserves to win. There was no jealousy."

    Les chemins de verge is Karkwa's most musically adventurous album, allowing the group to outgrow Radiohead comparisons of old as it expanded its sound to include more earthy textures, from lush vocal harmonies to piano hymns, folk influences and more.

    "We realized, while recording, that maybe we had a more international album on our hands," Cormier said, "and that we had created something more timeless. Maybe that's what brought us to Polaris."

     By T'Cha Dunlevy, Postmedia News September 21, 2010

    Karkwa félicité

    Karkwa remporte le prix Polaris : Le groupe Karkwa a remporté lundi à Toronto le prix Polaris du meilleur album canadien pour Les Chemins de verre, quatrième disque de la formation.

    Karkwa, composé de Louis-Jean Cormier, François Lafontaine, Stéphane Bergeron, Julien Sagot et Martin Lamontagne, est le premier groupe francophone à recevoir cet honneur. Le ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, James Moore, a félicité hier par communiqué les lauréats, rappelant dans l'élan que le gouvernement a «renouvelé le budget du Fonds de la musique du Canada pour cinq ans, ce qui assurera la stabilité à long terme de ce secteur». Karkwa succède à Fucked Up, lauréat du Polaris 2009.

    Le Devoir 22 septembre 2010

    Pourquoi pas Karkwa ?

    N'appelons pas ça une controverse. Appelons ça une démonstration, parmi tant d'autres, du mur étanche - et insonorisé - qui sépare le Québec du reste du Canada.

    Un mur de gypROC (s'cusez-la) dont les joints ont été si bien tirés qu'on en oublie leur existence. Sauf quand il y a des dégâts d'eau.

    Lundi, le groupe rock québécois Karkwa a remporté le prestigieux prix Polaris, remis par un jury au meilleur album canadien de l'année, toutes catégories confondues. L'équivalent canadien du «Mercury Prize» britannique, doté d'une bourse de 20 000 $ et fortement incliné vers le rock indépendant, a pour la première fois depuis sa fondation en 2006 récompensé un album francophone, Les chemins de verre.

    «Pourquoi Karkwa?» titrait hier le quotidien torontois The Globe and Mail. Et le journaliste Brad Wheeler d'expliquer comment la victoire d'«un obscur groupe de art rock de Montréal» en a laissé plus d'un perplexe au Canada anglais. «En réalité, écrit-il, la décision était non seulement prévisible, mais, pourrait-on dire, prédéterminée

    Le journaliste laisse ensuite entendre, tout en vantant les mérites des Chemins de verre et sans remettre en question le choix final du jury, que la forte présence de jurés francophones (un «Bloc québécois») aurait fait pencher le vote en faveur de Karkwa.

    «Le jury de 11 membres est rempli («stocked») de gens qui s'appellent Marc, François, André et Philippe, a-t-il d'ailleurs écrit à la veille du vote. Est-ce que Karkwa, qui chante en français, a des chances? Oui (en français dans le texte).»

    Un jury comptant des francophones est sans doute susceptible de prêter une oreille plus attentive à un album en français qu'un jury exclusivement anglophone. De là à expliquer le choix d'un lauréat francophone par la seule présence de jurés francophones, il y a un pas, à mon sens, qu'il vaut mieux ne jamais franchir. À moins d'avoir de solides preuves.

    Sur les 11 jurés du prix Polaris 2010 (journalistes, blogueurs, diffuseurs), quatre sont francophones. Deux seulement habitent le Québec. Faut-il établir une corrélation directe entre la participation de deux jurés québécois et la victoire d'un groupe québécois dans un concours pancanadien? Faut-il présumer que les jurés francophones n'ont pas assez d'indépendance d'esprit pour voter autrement que pour un artiste francophone? Et conclure que sans la complaisance de «Marc, François, André et Philippe», Karkwa n'aurait jamais remporté le Polaris?

    C'est ce qu'insinue Brad Wheeler, avec une condescendance tellement insidieuse, tellement consensuelle dans certains médias du Canada anglais, qu'elle passe pour acceptable. Au moment où les 10 finalistes au prix Polaris ont été annoncés, début juillet, le journaliste avait signé un article intitulé «Deux groupes francophones finalistes pour le Polaris» (les Québécois Karkwa et Acadiens Radio Radio). On peut dire qu'il a de la suite dans les idées.

    Aurait-on idée de titrer, après le dévoilement des finalistes au gala de l'ADISQ: «Un groupe anglophone dans la catégorie du meilleur album de l'année» ? Pourquoi pas «Un auteur noir en lice pour le Prix du gouverneur général» ? Que ce soit pour souligner favorablement ou non «l'inclusion» du franco, de l'anglo, de la femme ou du Noir, la condescendance est la même.

    J'ai parlé à Brad Wheeler hier. Il a semblé étonné du parfum de controverse entourant son texte, même s'il a reconnu qu'il avait cherché à provoquer une réaction avec sa formule du «Bloc québécois». No kidding.

    Brad Wheeler connaît bien le prix Polaris. Il a participé à son jury l'an dernier. «Il y avait un groupe francophone en lice: Malajube. On ne savait pas ce qu'il chantait! a-t-il regretté sincèrement. Chanter en français a certainement nui à ses chances. Ça peut seulement aider un groupe quand on sait ce qu'il raconte. C'est difficile pour un jury de récompenser un album dont il ne comprend pas les textes.»

    Le journaliste du Globe and Mail, le quotidien le plus réputé au pays, certainement pas le plus «anti-Québec», m'a confié cette «évidence» de manière toute naturelle, comme si cela allait de soi. C'est sûr que si tu chantes en tagalog, tu peux pas t'attendre à gagner des prix.

    C'est sûr. En passant, s'il y a des journalistes du Globe and Mail qui se demandent si c'est parce que Pierre, Jean et Jacques siègent au comité de sélection du candidat canadien à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère qu'Incendies, de Denis Villeneuve, a été retenu, j'ai une réponse toute prête: une langue étrangère, semble-t-il, c'est tout sauf l'anglais. Mais ça, ils le savent déjà.

    Article de Marc Cassivi, La Presse, Publié le 23 septembre 2010

    Un Acadien sur le grand jury des prix Polaris

    Même si le groupe de hip-hop acadien Radio Radio n'a finalement pas remporté les honneurs au Gala des Prix Polaris qui se tenait le 20 septembre à Toronto, il y a au moins un Acadien qui peut se dire gagnant puisqu'il a vécu une expérience unique.

    Marc-Xavier LeBlanc, aussi connu comme DJ Bones, est un photographe, disc jockey, chroniqueur radio et promoteur de musique de Moncton. Son profil a été remarqué par les responsables du Prix Polaris qui l'ont choisi parmi les 200 journalistes, blogueurs, critiques et chroniqueurs musicaux qui composaient le jury initial des Prix Polaris pour siéger sur le grand jury composé de seulement 11 personnes qui ont fait le choix lundi soir, du groupe Karkwa, qui a finalement remporté le premier prix.

    «C'était vraiment une expérience intéressante. On n'a pas pu voir le spectacle au gala parce qu'on était «séquestré» pour décider du gagnant. Je ne peux pas dévoiler les détails des discussions, mais c'était émotionnel. Avec la musique, c'est toujours un peu difficile de faire un choix», raconte celui qui peut quand même dire qu'il a voté pour Radio Radio, mais qui se réjouit du choix final de Karkwa, le premier groupe qui chante en français à remporter le Polaris, un prix qui même s'il n'existe que depuis cinq ans, jouit d'une notoriété élevée au sein de l'industrie musicale. Le choix des nominations se fait uniquement en fonction du mérite artistique, sans considération de ventes ou de popularité.

    Marc Xavier LeBlanc ajoute également que Radio Radio, même s'ils n'ont pas remporté le premier prix, étaient ravis de leur nomination et très heureux de leur performance sur scène. Il semblerait même que les musiciens acadiens se réjouissent de la victoire de leurs amis du groupe Karkwa, avec qui ils prépareraient un projet de collaboration. -

    Article de NG, L'étoile, publié le jeudi 23 septembre 2010

    Karkwa à la régulière


    Curieuse journée au bureau, en cette fin d’été. C’est toujours le cas, faut avouer, quand les collègues vous courent après pour commenter une affaire. Surtout quand vous êtes partie prenante de cette dernière.

    Cette affaire, cette polémique potentielle, cette prétendue controverse, c’est celle qu’a provoquée le columnist du Globe and Mail, Brad Wheeler, relativement au triomphe de Karkwa, lundi soir, lors de la remise annuelle du prix Polaris qui vise à couronner le disque par excellence des 12 derniers mois au Canada.

    Sous le titre de «Pourquoi Karkwa», Wheeler s’évertue à expliquer pourquoi un groupe «obscur» aux yeux du Canada anglais a remporté le prix.

    Malgré plus d’une décennie d’activité, quatre albums et des Félix, Karkwa n’est pas un nom encore connu dans bien des foyers au Québec. Imaginez en Saskatchevan… Nous sommes d’accord.

    Là où Wheeler dérape, c’est avec son procès d’intention. Quand il souligne qu’avec un jury farci de prénoms francophones, Karkwa pouvait espérer remporter la palme, il présume implicitement que tous les francophones du jury ont voté pour les Québécois.

    Wheeler ajoute aussi qu’en raison de la présence de «Marc Xavier Leblanc, François Marchand, André Péloquin et Philippe Rezzonico, Karkwa avait peut-être au sein du jury son propre Bloc québécois».

    O.K. Des précisions s’imposent, à commencer par celles-ci : Marc Xavier Leblanc est un Acadien de Moncton, pas un Québécois. Et François Marchand, qui réside à Vancouver, a quitté le Québec depuis une décennie.

    En qualité de membre du jury du prix Polaris, certains diront que je suis dans une position délicate pour commenter. Je répondrai que l’intégrité du jury a été totale et que les insinuations de Wheeler, qui laissent planer un doute sur ce dernier, sa composition et son fonctionnement, me forcent à le faire, afin qu’il n’y ait aucun ombrage sur le gagnant du prix Polaris et les neuf finalistes qui n’ont pas à faire les frais d’une polémique imaginaire.

    Évidemment, un sceau de confidentialité m’empêche de révéler le contenu des discussions qui ont mené au couronnement de Karkwa, mais j’ai tout le loisir de parler de la procédure qui, à elle seule, va torpiller l’argumentation et les présomptions de mon collègue canadien.

    On présume que…

    Ainsi, le volume de francophones (4 jurés sur 11) se voulait vraiment favorable à Karkwa? Peut-être, en apparence. Sauf que les jurés retenus pour le gala par les organisateurs du prix Polaris avaient tous fait des premiers choix différents lors du vote qui a mené à la sélection des finalistes. C’est l’un des critères retenus pour la composition du jury décisif, plus important aux yeux de ses organisateurs que la représentation géographique pancanadienne des jurés.

    En clair, ça voulait dire qu’un seul d’entre nous avait Karkwa comme premier choix en tête avant de se présenter à Toronto et que trois des quatre francophones favorisaient un autre groupe ou artiste.

    De plus, Wheeler présume implicitement que les jurés francophones ne sont pas capables d’accorder leur préférence à un artiste ou un groupe anglo-saxon canadien. Il pense que notre lien de langue a obligatoirement préséance sur la qualité intrinsèque des albums.

    C’est mépriser un tant soit peu l’expertise commune musicale des quatre francophones du jury qui avoisine les 50 années de métier, collectivement. Au sein de n’importe quel jury, mettons qu’il y a pas mal plus de chances que je vote en premier lieu pour un album de Blue Rodeo que pour un disque de Marie-Mai.

    Et c’est même mépriser par la bande les collègues anglophones puisque son commentaire insinue pratiquement que ces derniers ne peuvent logiquement voter pour un groupe francophone. À ma connaissance, les dix finalistes avaient tous le droit de gagner, non?

    La procédure

    Et comment Wheeler peut-il être convaincu que les francophones ont voté pour Karkwa quand je l’ignore moi-même? Un premier vote (nos cinq favoris) réduit le nombre de groupes ou artistes à cinq prétendants, un second écourte la liste à trois finalistes, et le dernier vote se fait au mérite des trois postulants restants pour le titre. Chaque tour de vote repose sur la base d’un système de points qui donne tant de points au premier choix, tant au second, et ainsi de suite… Chaque tour est SECRET. Il n’y a jamais de vote à main levée.

    Bref, même sous la torture, je suis incapable de jurer hors de tout doute raisonnable que tous les francophones ont voté pour Karkwa ou pour quiconque. J’ai bien quelques pistes de réponse en tête en raison de la teneur des discussions dont je ne dirai rien, mais comme c’est le cas dans un isoloir lors d’une élection générale, qui n’a pas déjà changé d’idée à la dernière minute avant d’apposer son X?

    Et là où Wheeler se goure joyeusement, c’est sur le plan des mathématiques. Qui sait? Peut-être était-il un cancre en cette matière à la petite école...

    Même si sa présomption s’avérerait juste, 4 votes sur 11 (36,3 %), c’est insuffisant pour faire gagner Karkwa. Et avec le système de points en vigueur et trois finalistes pour le dernier tour, ce ne sont pas uniquement les votes de première place qui assurent un triomphe.

    Bref, au moins deux jurés non francophones ont dû inscrire Karkwa en tête de leur liste, peut-être même trois. La réalité, c’est que Les chemins de verre a été couronné album par excellence du prix Polaris par un jury qui comprenait SEPT Canadiens anglophones unilingues sur 11 membres (63,6 %).

    Le plus curieux dans cette affaire, c’est que Wheeler – qui souligne les qualités de la musique de Karkwa, soit dit en passant – connaît fort bien le processus puisqu’il fut lui-même membre du jury lors d’une édition précédente. Qu’est-ce qui se passe? Le Globe and Mail est-il devenu plus «canadian» que le National Post?

    Tout procès d’intention ou polémique entourant une quelconque politisation du verdict est franchement caduque. D’ailleurs, il est significatif d’aller lire les commentaires des Canadiens anglais et des Québécois qui réagissent au papier de Wheeler. Une forte majorité d’entre eux soulignent la faiblesse de son argumentation et le fait que le disque de Karkwa est vraiment bon.

    Le meilleur disque? Aucun système de votation ne sera jamais parfait, mais à un moment donné, il faut trancher, comme lors d’une finale de la coupe Stanley. Et ici, non seulement Karkwa a gagné la coupe, mais encore il n’y a pas eu d’erreur d’arbitrage.

    Article : "La fausse controverse du prix Polaris – Karkwa l’aura emporté à la régulière" Écrit par Philippe Rezzonico le Jeudi, 23 septembre 2010,  Photo d’archives Chantal Poirier

    Suivre les nouvelles par courriel

    Messages les plus consultés

    "[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

    Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
    depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

    Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

    Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.