Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

jeudi 23 septembre 2010

Karkwa à la régulière


Curieuse journée au bureau, en cette fin d’été. C’est toujours le cas, faut avouer, quand les collègues vous courent après pour commenter une affaire. Surtout quand vous êtes partie prenante de cette dernière.

Cette affaire, cette polémique potentielle, cette prétendue controverse, c’est celle qu’a provoquée le columnist du Globe and Mail, Brad Wheeler, relativement au triomphe de Karkwa, lundi soir, lors de la remise annuelle du prix Polaris qui vise à couronner le disque par excellence des 12 derniers mois au Canada.

Sous le titre de «Pourquoi Karkwa», Wheeler s’évertue à expliquer pourquoi un groupe «obscur» aux yeux du Canada anglais a remporté le prix.

Malgré plus d’une décennie d’activité, quatre albums et des Félix, Karkwa n’est pas un nom encore connu dans bien des foyers au Québec. Imaginez en Saskatchevan… Nous sommes d’accord.

Là où Wheeler dérape, c’est avec son procès d’intention. Quand il souligne qu’avec un jury farci de prénoms francophones, Karkwa pouvait espérer remporter la palme, il présume implicitement que tous les francophones du jury ont voté pour les Québécois.

Wheeler ajoute aussi qu’en raison de la présence de «Marc Xavier Leblanc, François Marchand, André Péloquin et Philippe Rezzonico, Karkwa avait peut-être au sein du jury son propre Bloc québécois».

O.K. Des précisions s’imposent, à commencer par celles-ci : Marc Xavier Leblanc est un Acadien de Moncton, pas un Québécois. Et François Marchand, qui réside à Vancouver, a quitté le Québec depuis une décennie.

En qualité de membre du jury du prix Polaris, certains diront que je suis dans une position délicate pour commenter. Je répondrai que l’intégrité du jury a été totale et que les insinuations de Wheeler, qui laissent planer un doute sur ce dernier, sa composition et son fonctionnement, me forcent à le faire, afin qu’il n’y ait aucun ombrage sur le gagnant du prix Polaris et les neuf finalistes qui n’ont pas à faire les frais d’une polémique imaginaire.

Évidemment, un sceau de confidentialité m’empêche de révéler le contenu des discussions qui ont mené au couronnement de Karkwa, mais j’ai tout le loisir de parler de la procédure qui, à elle seule, va torpiller l’argumentation et les présomptions de mon collègue canadien.

On présume que…

Ainsi, le volume de francophones (4 jurés sur 11) se voulait vraiment favorable à Karkwa? Peut-être, en apparence. Sauf que les jurés retenus pour le gala par les organisateurs du prix Polaris avaient tous fait des premiers choix différents lors du vote qui a mené à la sélection des finalistes. C’est l’un des critères retenus pour la composition du jury décisif, plus important aux yeux de ses organisateurs que la représentation géographique pancanadienne des jurés.

En clair, ça voulait dire qu’un seul d’entre nous avait Karkwa comme premier choix en tête avant de se présenter à Toronto et que trois des quatre francophones favorisaient un autre groupe ou artiste.

De plus, Wheeler présume implicitement que les jurés francophones ne sont pas capables d’accorder leur préférence à un artiste ou un groupe anglo-saxon canadien. Il pense que notre lien de langue a obligatoirement préséance sur la qualité intrinsèque des albums.

C’est mépriser un tant soit peu l’expertise commune musicale des quatre francophones du jury qui avoisine les 50 années de métier, collectivement. Au sein de n’importe quel jury, mettons qu’il y a pas mal plus de chances que je vote en premier lieu pour un album de Blue Rodeo que pour un disque de Marie-Mai.

Et c’est même mépriser par la bande les collègues anglophones puisque son commentaire insinue pratiquement que ces derniers ne peuvent logiquement voter pour un groupe francophone. À ma connaissance, les dix finalistes avaient tous le droit de gagner, non?

La procédure

Et comment Wheeler peut-il être convaincu que les francophones ont voté pour Karkwa quand je l’ignore moi-même? Un premier vote (nos cinq favoris) réduit le nombre de groupes ou artistes à cinq prétendants, un second écourte la liste à trois finalistes, et le dernier vote se fait au mérite des trois postulants restants pour le titre. Chaque tour de vote repose sur la base d’un système de points qui donne tant de points au premier choix, tant au second, et ainsi de suite… Chaque tour est SECRET. Il n’y a jamais de vote à main levée.

Bref, même sous la torture, je suis incapable de jurer hors de tout doute raisonnable que tous les francophones ont voté pour Karkwa ou pour quiconque. J’ai bien quelques pistes de réponse en tête en raison de la teneur des discussions dont je ne dirai rien, mais comme c’est le cas dans un isoloir lors d’une élection générale, qui n’a pas déjà changé d’idée à la dernière minute avant d’apposer son X?

Et là où Wheeler se goure joyeusement, c’est sur le plan des mathématiques. Qui sait? Peut-être était-il un cancre en cette matière à la petite école...

Même si sa présomption s’avérerait juste, 4 votes sur 11 (36,3 %), c’est insuffisant pour faire gagner Karkwa. Et avec le système de points en vigueur et trois finalistes pour le dernier tour, ce ne sont pas uniquement les votes de première place qui assurent un triomphe.

Bref, au moins deux jurés non francophones ont dû inscrire Karkwa en tête de leur liste, peut-être même trois. La réalité, c’est que Les chemins de verre a été couronné album par excellence du prix Polaris par un jury qui comprenait SEPT Canadiens anglophones unilingues sur 11 membres (63,6 %).

Le plus curieux dans cette affaire, c’est que Wheeler – qui souligne les qualités de la musique de Karkwa, soit dit en passant – connaît fort bien le processus puisqu’il fut lui-même membre du jury lors d’une édition précédente. Qu’est-ce qui se passe? Le Globe and Mail est-il devenu plus «canadian» que le National Post?

Tout procès d’intention ou polémique entourant une quelconque politisation du verdict est franchement caduque. D’ailleurs, il est significatif d’aller lire les commentaires des Canadiens anglais et des Québécois qui réagissent au papier de Wheeler. Une forte majorité d’entre eux soulignent la faiblesse de son argumentation et le fait que le disque de Karkwa est vraiment bon.

Le meilleur disque? Aucun système de votation ne sera jamais parfait, mais à un moment donné, il faut trancher, comme lors d’une finale de la coupe Stanley. Et ici, non seulement Karkwa a gagné la coupe, mais encore il n’y a pas eu d’erreur d’arbitrage.

Article : "La fausse controverse du prix Polaris – Karkwa l’aura emporté à la régulière" Écrit par Philippe Rezzonico le Jeudi, 23 septembre 2010,  Photo d’archives Chantal Poirier

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

"[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.