Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

vendredi 31 mars 2006

Karkwa: un séisme musical

Pour l'instant, il s'agit encore d'un secret bien gardé, que quelques mélomanes se transmettent d'un air complice. Il faut dire que, dans un monde où les formations pop se suivent et se ressemblent, la découverte d'un band comme Karkwa n'arrive que toutes les trois éclipses lunaires.

Musiciens mercenaires, les gars de Karkwa (Louis-Jean Cormier à la guitare, François Lafontaine aux claviers, Stéphane Bergeron à la batterie, Martin Lamontagne à la basse et Julien Sagot aux percussions) ont accompagné bon nombre de leurs confrères et consoeurs (de Vincent Vallières à Mara Tremblay), mais c'est ensemble qu'ils s'éclatent vraiment, fusionnant leurs diverses influences avec talent et audace. 

Par Nicolas Tittley dans Elle Quebec le 31 mars 2006

jeudi 30 mars 2006

Karkwa: un séisme musical

Pour l'instant, il s'agit encore d'un secret bien gardé, que quelques mélomanes se transmettent d'un air complice. Il faut dire que, dans un monde où les formations pop se suivent et se ressemblent, la découverte d'un band comme Karkwa n'arrive que toutes les trois éclipses lunaires.

Musiciens mercenaires, les gars de Karkwa (Louis-Jean Cormier à la guitare, François Lafontaine aux claviers, Stéphane Bergeron à la batterie, Martin Lamontagne à la basse et Julien Sagot aux percussions) ont accompagné bon nombre de leurs confrères et consoeurs (de Vincent Vallières à Mara Tremblay), mais c'est ensemble qu'ils s'éclatent vraiment, fusionnant leurs diverses influences avec talent et audace. 

Karkwa est formé de musiciens solides donc. Toutefois, sans bonnes chansons, leur virtuosité ne les mènerait pas loin. Ô bonheur, ce sont aussi d'habiles jongleurs de mots et de grands adeptes de l'écriture surréaliste. Bien qu'on puisse déceler ici et là des filiations évidentes avec d'autres groupes (Radiohead, par exemple), on constate assez vite qu'ils ont su affiner leur langage pour produire, avec Les tremblements s'immobilisent, un des meilleurs disques québécois des derniers mois. Ne manque plus qu'un public réceptif à leur message... ce qui ne saurait tarder! 

En concert le 27 avril au Club Soda, à Montréal, puis en tournée au Québec


samedi 25 mars 2006

Bande à part fête ses 5 ans

Galerie photos de Bande à Part avec Karkwa le 25 mars 2006 

Cliquez sur la photo pour voir le diaporama


Fallait pas manger la caille au Pili-Pili


Découverte récente amenée par mon bon chum Berthy Harvey, Karkwa est probablement un des groupes québécois qui m'a le plus accroché dans les dernières années. Loin des rythmes à la Boom Desjardins qui donnent le goût de se jeter en bas du pont Pierre-Laporte et plus près d'un actuel public underground, Karkwa mixe le traditionnel "bass drum guit" aux effets sonores amenés par les fresques semi-improvisées du clavieriste François Lafontaine et par la couleur du percussioniste Julien Sagot. 

Finalement, le génie musical de la formation Karkwa ne saurait être complet sans la poésie absurde du chanteur et guitariste Louis-Jean Cormier. À la fois engagé et à l'écoute de la solitude interne de l'homme, les textes défilent chansons après chansons, amenant chaque fois une nouvelle rime accrocheuse. Aux limites de l'esprit humain, Karkwa nous offrent sur un plateau sa vision du monde garnissant la nôtre d'images enrobantes. 

Le dernier album que j'ai eu le plaisir de connaître est une réussite totale. Complet, cet album les place maintenant dans la ligue des grands accostant facilement un heureux mélange à la Radiohead, White Stripes, Coldplay, Oasis et j'en passe. En espérant que ce ne soit pas le dernier ! 

En attendant de nourrir leurs pages (pour utiliser leurs mots), ils poursuivent leur tournée à travers le Québec. Prochain arrêt dans notre capitale : le 20 avril au théâtre du petit Champlain. Coût : 17,50. Réservez maintenant !! Ça vaut grandement la peine pour voir l'un des groupe émergent, à mon avis, les plus percutant depuis Groovy Aardvark en 1986.

Article de Pierre-Olivier Cloutier mars 2006

vendredi 24 mars 2006

Chronique culturelle du Téléjournal du 24 mars 2006

Nous vous parlons de Bande à Part, qui célèbre son cinquième anniversaire avec aKido, Karkwa, les Dales Hawerchuk et Malajube au Spectrum de Montréal; de l’adaptation théâtrale du Seigneur des anneaux, une gigantesque production de 27 millions de dollars qui fait face au jugement de la critique britannique, américaine et canadienne au lendemain de sa première mondiale à Toronto.

vendredi 17 mars 2006

Découverte de la scène musicale de Montréal

Une Extra Balle spéciale scène musicale de Montréal, en compagnie d’Olivier Robillard, journaliste à l’hebdomadaire québécois Voir ainsi que Pierre Siankowski et Johanna Seban, journalistes aux Inrockuptibles. Une heure de primeurs, de bonheur, de découvertes, d’anecdotes… de quoi se cramper!

Avec en playlist:

Godspeed you Black Emperor - Lift Your Skinny Fists Like Antennas To Heaven
Arcade Fire - Rebellion (Lies)
Islands - Don’t call me whitney, bobby!
Harvee - Father was a gambler
Malajube - La monogamie
Karkwa - Vertige
Pierre Lapointe - La Forêt des mals aimés (c’est une erreur !)
Champion - No Heaven
Omnikron - Pour te rechauffer  feat. TTC
Dale Hawerchuk - Les Dale Hawerchuck
Pierre Lapointe - Deux par deux assemblés

Par Claire, Radio Campus Paris, le 17mars 2006

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

"[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.