Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

dimanche 28 novembre 2010

Karkwa et Arcade Fire fournissent deux albums "clefs en mains"

Disques - Oui ! aux notes et aux sons

C'est toujours un sale temps pour l'industrie de la musique, qui se débat pour garder la tête hors de l'eau — surtout les plus petits joueurs, davantage fragiles devant les aléas du marché. Mais c'est en même temps un sacré beau temps pour la musique elle-même. Les notes, les airs, les timbres. Les styles qui se croisent, les paroles qui émeuvent, les envolées qui donnent le frisson. Les claviers qui crachent des sons triturés ou les guitares acoustiques qui nous murmurent leurs mélodies à l'oreille.

Que ce soit pour fêter un ami, remercier un proche ou donner un cadeau de Noël — le cas qui nous intéresse ici — offrir de la musique reste une idée géniale. Parce que, contrairement au nouveau bidule branché pour la cuisine ou au gadget éphémère qui prendra la poussière dans un tiroir, le disque peut nous changer, nous émouvoir, et ce, pendant des années. Bien choisi, l'album devient le compagnon de nos évolutions. Ce à quoi ne peut pas prétendre la nouvelle râpe à parmesan tendance.

Deux albums «clé en main»

Deux albums d'autant de groupes montréalais sont parmi les incontournables de l'année: Les Chemins de verre, de Karkwa, ainsi que The Suburbs, d'Arcade Fire. Ce sont deux disques qu'on pourrait qualifier de «clé en main», qui sauront plaire non seulement à un public jeune et initié, mais aussi à tous ceux qui ont ne serait-ce qu'une toute petite sensibilité au folk-rock.

Karkwa a remporté, avec son quatrième disque, le prix Polaris remis au meilleur album canadien. Le chanteur et parolier Louis-Jean Cormier y a composé de très belles mélodies, qui séduisent parfois instantanément (Marie tu pleures), parfois après un peu de travail (Le Vrai Bonheur). Quant à Arcade Fire, on reconnaît, sur leur dernier-né à la thématique banlieusarde, leur touche — le piano-bar, les envolées de cordes — et on sent aussi une présence accrue de l'esthétique synthétique de la fin des années 1970 et du début des années 1980. (...)

Extrait de l'article de Philippe Papineau, Le Devoir, le 27 novembre 2010 Musique

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

"[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.