Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

lundi 10 novembre 2008

Douze hommes rapaillés: Miron magnifié

Alexandre Vigneault, La Presse, 10/11/ 2008

On a qualifié Gaston Miron de «premier poète québécois» - par opposition à canadien français. Une manière d'illustrer sa prise de conscience identitaire autant que sa langue, aussi riche que raboteuse. Poète engagé et poète amoureux, il a souvent fusionné les deux dans des textes où l'amour du pays se confond avec celui de la femme.

Après avoir collaboré avec Chloé Sainte-Marie, l'auteur et compositeur Gilles Bélanger a eu envie de poursuivre sa plongée dans la poésie de Miron. Sur Douze hommes rapaillés, il a rassemblé 12 chanteurs auxquels il a proposé un texte. Il ne s'agit pas de lecture poétique, mais de poèmes mis en chanson. S'autorisant à jouer avec la forme, il a construit des couplets et des refrains, posés sur des musiques élégantes, et souvent carrément accrocheuses, que le réalisateur Louis-Jean Cormier (Karkwa) a magnifiquement habillées.

Qu'elles flirtent avec le country (avec Vincent Vallières), le rock aérien (Pierre Flynn), les chansons traduisent toutes l'élan et le souffle uniques de Miron le magnifique. Un album émouvant et majeur.

À écouter: Poème dans le goût ancien (La vie s'en va)

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

"[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.