Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

dimanche 5 avril 2009

Les Québécois de Karkwa donneront le «la» final



Stars chez eux, les Québécois de Karkwa pourraient aussi le devenir dans l'Hexagone. Avant leur concert qui conclura, ce soir, le festival Panoramas dimanche au Club Coatélan, entretien avec le chanteur, Louis-Jean Cormier.

Comment définiriez-vous votre style?

On parle de chanson alternative. Ou de rock atmosphérique. Certains trouvent qu'on flirte avec la pop, d'autres nous considèrent comme un groupe underground. On est contents de toucher à la fois aux deux publics.

Pourquoi chanter en français, fait assez rare quand on fait du rock?

C'est une nécessité plus qu'un choix, car on a un désir de profondeur poétique qu'on trouve davantage dans le français que l'anglais. Et aujourd'hui, même en français, on peut s'exporter un peu partout dans le monde du moment que c'est avec un bagage musical intéressant. On est ainsi déjà allés en Angleterre, en Espagne, au Liban, dans les pays scandinaves et aux États-Unis.

On vous compare souvent à Radiohead, Noir Désir. Ça vous agace?

On a la conviction de ne copier personne, mais on est fier d'entendre dire que notre style se rapproche de tels géants de la musique, qu'on admire et qu'on a beaucoup écoutés plus jeunes. Ce qui est marrant, c'est que les comparaisons varient d'un pays à l'autre. Les Anglo-Saxons nous rapprochent plutôt de Sigur Ros eux.

Vous connaissez un gros succès au Québec?

On a remporté un Juno, l'équivalent de votre Victoire de la Musique l'an dernier. Et on était de nouveau nominés cette année. On a aussi fait de grands festivals. Sans vouloir paraître prétentieux, disons qu'on fait sûrement partie des groupes influents du moment au Québec.

Vous avez collaboré avec une Morlaisienne célèbre, Brigitte Fontaine?

On rêvait d'avoir sa voix sur une de nos chansons du dernier album. Alors on lui a écrit. Un contact commun lui a fait écouter nos albums et elle nous a invités chez elle à Paris. On était très nerveux car on savait qu'elle est un peu imprévisible, mais ce fut une rencontre fabuleuse.

Comment appréhendez-vous le live d'aujourd'hui?

On a encore plus de plaisir en live qu'en studio. La scène est notre grande force. Et cette date morlaisienne sera particulière puisque c'est avec elle que s'achèvera notre première vraie tournée française.

Le telegramme.com Morlaix ville le 5 avril 2009

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

"[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.