Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

dimanche 5 avril 2009

Etendu sur le sol

Toujours sur le Youtube de Karmachief, cette fois-ci un "inedit", ou presque, jouée à Ottawa en 2007 et que l'on retrouvera l'année suivante en d'autres circonstances "sociétales" :

Une pièce jouée par Karkwa en 2007 à Ottawa. Elle a aussi servi, avec quelques ajustements dans le texte, comme chanson électorale du parti Québécois en 2008.

Les paroles :

Étendu sur le sol, je me demande si
On était moins perplexes, on avait plus le goût

On y croyait vraiment, on s'en parlait

On s'inventait des serments d'amoureux fous

On rêvait au même jour, on le chantait

On criait l'amour, on hurlait la paix

On était forts, on était vrais

Plus ça demandait d'efforts et plus on en voulait

Encore, encore, encore


On oubliait tout, on s'aimait

On se regardait sans aucun miroir

Frissons d'octobre, on se hantait

Course folle dans l'ivresse du soir

Sur la montagne, sur le bout du monde

On était plus que nous, on était tu

À des milliers d'heures en quelques secondes

Étendu sur le sol, je ne me demandais plus

Plus fort, plus vrai, encore

Plus fort fort, plus vrai, encore

Plus fort, plus vrai, encore


Musique : François Lafontaine et Louis-Jean Cormier
Paroles : Louis-Jean Cormier


Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

"[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.