Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

vendredi 10 avril 2009

Karkwa étonnant pour Jérôme Minière

(...) Comme plusieurs autres musiciens, Jérôme Minière trouve que les temps sont durs. Le piratage et la crise économique lui font craindre pour les artisans de la musique.

« En musique, on le sent fort. Il y a moins de monde dans les salles. Mes collègues musiciens en bavent davantage pour arriver. Les ventes de disques diminuent. Quand je vois un groupe comme Karkwa, qui marche très bien et qui est un groupe important, vendre 25 000 albums, je me dis que c’est étonnant », affirme celui qui croit que des solutions existent pour s’adapter à la nouvelle donne.

La gratuité payante « Personnellement, je vois deux approches. En France, ils ont une approche plus répressive. On coupe des connexions Internet, on attaque des gens en justice. Moi, je doute de cette formule », dit-il. « L’autre, qui est un peu plus farfelue et qui avait été proposée par les artistes canadiens-anglais, l’année dernière, c’était la gratuité payante. Quand tu payes ton abonnement à ton fournisseur Internet, il y a une partie qui sert à payer pour télécharger ce que tu veux. Par contre, il y a le problème de la répartition. Mais je pense qu’on serait capables de le faire.»

Cedric Belanger, journaldequebec.co, 09/04/2009

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

"[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.