Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

vendredi 4 septembre 2009

Sonorités riches

Le nouvel album de Luc De Larochellière intitulé «Un toi dans ma tête» est en magasin depuis le 25 août. Ce huitième disque en carrière est le premier album de matériel inédit de l'artiste en cinq ans. Il dit cette fois s'être inspiré de son vécu pour le concocter. Showbizz.net a rencontré le chanteur. (...)

Sonorités riches

Avant d'écouter «Un toi dans ma tête», on a pris connaissance du communiqué émis par les Disques Victoire qui en annonçait le lancement. Le document qualifiait ce nouvel opus de Luc De Larochellière «d'acoustique». On s'attendait alors à un produit très dépouillé. Il n'en est rien. Des cordes et des cuivres viennent rehausser cet album aux sonorités riches et bien enrobées.

Il est évident que les fans de rock ou de musique grouillante n'y trouveront pas leur compte sauf que les amateurs de chanson québécoise bien ficelée et de qualité apprécieront ce nouvel opus.

«La base de ce disque est vraiment guitare-voix. Les arrangements de cordes sont venus s'y ajouter. Lorsqu'on parle d'acoustique, c'était surtout pour dire qu'on n'avait pas utilisé d'instruments électroniques pour cet album. Il n'y a pas de sampler, des loops ni de drums électroniques. Ce ne sont que des instruments acoustiques. Il y a cependant quelques instruments électriques comme du Wurlitzer, des orgues et de la guitare (sur une chanson). Pour le reste, on est vraiment restés dans les sonorités (acoustiques). Les claviers, ce sont surtout des pianos», précise l'artiste.

«C'est vrai qu'on y trouve des arrangements très riches, très élaborés… Très orchestral avec les cordes»
, ajoute-t-il cependant.


François Lafontaine de Karkwa joue notamment du piano sur la majorité des chansons d'«Un toi dans ma tête». Anthony Rozankovic, qui a vu aux arrangements des cordes, joue cependant de cet instrument sur «Beauté perdue», la première pièce du disque et le premier extrait.

Pour «Un toi dans ma tête», Luc De Larochellière a retrouvé son vieux complice Marc Pérusse. Depuis la sortie d'«Amère America» en 1988, le réalisateur a bossé sur tous les disques de l'artiste.

«C'est une relation de confiance, une relation d'amitié. Étrangement, avec ce disque, je voulais faire changement des autres albums. Le choix de faire cet opus avec Marc pouvait sembler étrange sauf qu'il était le mieux placé pour savoir ce qu'on avait fait avant. C'est lui qui avait aussi fait les autres (disques)», explique le chanteur au sujet de sa collaboration avec Pérusse.

Extrait de l'article "Luc De Larochellière: un nouveau disque plus personnel" de Julie Rhéaume, Showbizz.net, Le 4 septembre 2009 |

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

"[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.