Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

vendredi 15 mai 2009

horizons surréalistes

Les Nuits du Botanique ont pris mardi une couleur très québécoise: outre la chanteuse Coeur de Pirate, les organisateurs avaient aussi prévu une "Nuit Québec", avec les groupes Karkwa, Malajube et Duchess Says. Vu le succès de la première, un échange de salles avait été opéré, transférant les trois autres de l'Orangerie vers la Rotonde. Un déménagement qui n'a pas nui à l'ambiance, bien au contraire.

Cette Nuit Québec, "ça va être le fun!", prédisait très justement le chanteur de Karkwa, quintette chargé d'ouvrir les hostilités. Au-delà d'un voyage à la (re)découverte de la musique de nos cousins d'outre-Atlantique, la soirée allait offrir un naufrage sensoriel vers des profondeurs rarement explorées.

Ayant la particularité d'évoluer avec deux percussionnistes, le groupe Karkwa a montré le chemin vers des horizons surréalistes, avec son post-rock tantôt mélodique, tantôt atmosphérique. Actifs depuis plus de 10 ans, Louis-Jean Cormier et sa bande étaient venus souffler jusqu'ici les airs de leur troisième album, Le volume du vent. Les absents pourront encore les voir cet été à Dour et à Spa. (...)

Extrait de l'article "Un bec du Québec" de Sébastien Cools pour 7/7 musique

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

"[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.