Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

dimanche 15 février 2009

bêtes féroces de l'espoir

Blog Le mur du son, publié par Fred Hammersmith, le dimanche 15 fevrier

Extrait : (...) Gaston Miron, pour ceux qui ne le connaissent pas, est un immense poète qui sévissait sur le Plateau Mont-Royal il y a quelques années et qui a laissé une oeuvre immense (non en quantité, mais par son intensité) et immortelle (parce que ses thèmes sont les thèmes en majuscules cités plus haut) et universelle (parce que son nationalisme n'a rien de géographique)...

Ne vous laissez pas abuser par la pochette, où les douze hommes rapaillés du titre sont un heureux mélange de chanteurs qui, tous, sont aussi des auteurs-compositeurs qui n'ont pas à rougir de voir apparaître leurs noms dans le même 12 centimètres au carré que Miron. Douze homme rapaillés est d'abord l'oeuvre d'un homme: Gilles Bélanger. Le très discret Gilles Bélanger, qui, déjà, a mis en musique tant de poèmes et a donné vie à la magnifique carrière d'interprète de Chloé Ste-Marie. Il poursuit son oeuvre (majeure) en donnant cette fois les devants de la scène à des voix masculines (Miron écrit une poésie très mâle) et c'est tout aussi réussi.

Coup de génie: la réalisation a été confiée à Louis-Jean Cormier (Karkwa), donnant aux poèmes des enrobages musicaux au mordant moderne et une tension parfaite pour la poésie (incantatoire) de Miron.

Alors nous avançons, de poème en poème, comme des nomades-artistes dans un monde à deux doigts de la débilité avancée, et ça donne des strophes comme:

Nous reviendrons nous aurons à dos le passé
et à force d'avoir pris en haine toutes les servitudes
nous serons devenus des bêtes féroces
de l'espoir

Excusez-moi mais des strophes comme ça, ça réduit en purée tous les petits poèmes moralisateurs sur le quotidien qu'on se tape à longueur d'albums depuis plusieurs années au Québec. Je ne vise personne, tout le monde a droit à sa purée; mais des Miron dans le décor, ça fait du bien comme un coup d'Obama dans la merde républicaine, et on doit remercier Bélanger pour nous décrasser les oreilles...

Le disque n'a pas de temps mort, mais ça lève drôlement à partir de "Ce monde sans issue" de Daniel Lavoie (quel interprète, capable de tellement de nuances dans son chant) et la pièce interprétée par Louis-Jean Cormier ("La route que nous suivons") qui suit est le climax, intense et karkwaïen, d'un parcours le poing fermé, suivi, contraste habile, idéal, d'un air irrésistible, folk, Pour retrouver le monde et l'amour, interprétée par Richard Séguin, jamais plus touchant que dans la simplicité, et dont la voix est comme celle d'un ami retrouvé...

Après un Plume solennel ("Nous marchons, ignorants de la trappe des gouffres, Vers l'horreur des demains sans paix ni charité. Désemparé.") arrive le moment du maître d'oeuvre, l'épilogue: la dernière pièce est interprétée par Gilles Bélanger lui-même... Après deux strophes, ma douce s'est retournée vers moi, les yeux ronds: "C'est Bori" elle s'exclame. Bon sang, mais c'est vrai: le débit, ce vibrato à la Reggiani, cette richesse dans les basses. Avons-nous la berlue? L'élusif Edgar Bori serait-il Gilles Bélanger? Ou Bélanger serait-il simplement immensément influencé par le plus mystérieux et poétique des chanteurs québécois?

Un dernier mot sur le son. Il est dit sur la pochette que le disque fut enregistré "live" en studio. On peut dire que Cormier et ses arrangeurs ont fait mouche presque continuellement, en créant un son riche et cohérent. S'il n'y a vraiment pas d'overdubs là-dessus, je trouve le travail exceptionnel et le mixage habile, réussissant à singulariser les voix (pas facile de suivre du Miron sans le lire) sans jamais nous priver de la richesse des arrangements. On suppose que la production aurait pu aller encore plus loin sans cette contrainte (choix artistique et/ou financier?). Le mastering est-il moderne (i.e. compressé)? Euh, je pense que oui. Pas de manière désagréable. Mais Guy Hébert, de Karisma, ne va pas contre le vent. On peut le regretter. Mais pas vraiment le critiquer.

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

"[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.