Karkwa la grande réunion d'octobre 2017

Karkwa la grande réunion d'octobre 2017

Depuis la pause de décembre 2011

Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

dimanche 28 décembre 2008

Karkwa, l'incontournable


Photo: David Boily, La Presse

Alexandre Vigneault, La Presse, Publié le 27 décembre 2008

Toute l'année durant, je me suis buté à Karkwa et à Louis-Jean Cormier. La première fois, c'était dans le local de répétition du groupe, pour parler de l'album Le volume du vent. Ensuite, c'était au TNM pour jaser du concept de Karkwatson, au téléphone pour parler de Félix Leclerc, aux FrancoFolies et à l'ADISQ quatre Félix, ce n'est pas rien! Karkwa a marqué l'année comme personne ici. Voici pourquoi.

Avec Le volume du vent, le groupe s'est affranchi de ses influences. Karkwa a canalisé toute sa force, son intelligence, sa maîtrise de la nuance dans un disque d'une beauté renversante. En clôture des FrancoFolies, le groupe a fait preuve d'un aplomb qui a porté ombrage à la tête d'affiche, Malajube. Sa forte et juste version du Tour de l'île de Félix, publiée en août, me laisse muet d'émotion à chaque écoute. Pour couronner le tout, Louis-Jean Cormier a signé la réalisation d'un des albums les plus impressionnants de l'année: Douze homme rapaillés, consacré aux poèmes de Gaston Miron.

Karkwa n'a toutefois pas pris toute la place. Impossible de déloger Leonard Cohen dans mon panthéon des meilleurs moments de l'année, puisque c'était le triomphe de la classe, de la modestie et de la poésie. Radiohead? Expressif, convaincant, scénographie magnifique. Va falloir que je finisse par l'admettre: je suis un fan fini. Il me faut aussi rappeler ce spectacle de Jorane au National au cours duquel la musicienne, impériale et magnifique, a une fois de plus prouvé sa singularité, son audace et sa maîtrise. Époustouflant.

Des fausses notes? Je n'ai absolument pas partagé l'enthousiasme pour Hard Candy de Madonna. Elle ne me semble pas à sa place dans la pop urbaine et je trouve même que ça lui donne un coup de vieux. L'ouverture du Théâtre Télus s'impose tranquillement comme la bourde de l'année. La salle est demeurée désespérément vide, ou presque, depuis son inauguration. La palme de la plus grosse gaffe revient quand même à Jean Leloup, qui a tout fait pour saboter un retour attendu.

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.