Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

jeudi 12 mars 2009

Le bonheur des Coeurs Migratoires

Critique : Catherine Durand - Coeurs Migratoires (2008)

Jusqu’à Diaporama en 2005, Catherine Durand était l’exemple type du « tout-le-monde-l’aime-mais-personne-a-ses-albums » (un principe qui semble d’ailleurs s’appliquer à Vincent Vallières) ; après avoir réalisé ce disque qui lui ressemblait artistiquement bien davantage, Durand s’est imposé comme l’une des artistes québécoises les plus talentueuses de la scène musicale. Depuis, elle a écrit pour les autres, avant de se recentrer sur elle et nous resservir une fournée de nouvelles pièces, directement dans la veine folk pop de Diaporama.

La voix un brin moins cristalline, les textes toujours aussi assurés et envoûtants, Catherine Durand se dénude encore un peu plus l’âme sur Cœurs Migratoires, lancé en septembre dernier. La jeune femme, possédant maintenant la maîtrise, et surtout, la liberté totale sur son art, nous offre une douzaine de morceaux qui rivalisent d’ingéniosité au niveau des paroles et qui créent chacun musicalement leur atmosphère. Malgré quelques passages plus rythmés (Le temps passe, le premier extrait Peine perdue), les pièces lentes et langoureuses se taillent la part du lion ; et pour cause, c’est dans cette veine que Durand exprime avec le plus de brio son génie (On m’a lâché la main, Je vais rester, savoureuse Quelques heures).

Si quelques écoutes sont nécessaires pour que Durand capte réellement toute notre attention (pour ne plus relâcher un instant par la suite), l’effort récompense : les pièces qui laissent d’abord peut-être un peu plus indifférent (Bien faire les choses, Vouloir s’égarer, le magnifique duo Le bonheur est parfois maladroit avec Louis-Jean Cormier de Karkwa) se révèlent finalement être les plus puissantes de l’album. Et c’est ce qui fait la force de Catherine Durand : hypnotisés à la première écoute par la beauté des textes, on devient sous le charme de la mélodie de façon toute naturelle lors des séances subséquentes.

À peine quelques rares longueurs à déplorer ça et là sur Cœurs Migratoires, mais au final, un album qui, malgré sa mélancolie, procure un réel plaisir à l’écoute. On ne peut que s’interroger sur le peu de reconnaissance qu’obtient encore cette grande artiste de chez nous…

J’ai particulièrement apprécié :
- Je vais rester
- Le bonheur est parfois maladroit

- Bien faire les choses

Par Jonathan HabeL DimancheMatin.com 11 mar, 2009 à 19:58

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

"[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.