Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

mardi 20 avril 2010

La folie des images qui passent

Dans Montréal Chocolaté :

Il y a un certain temps, je lisais que Karkwa ressentait un certain complexe ou disons, un saine jalousie envers Arcade Fire. En effet, selon eux, leur formation musicale rendait leur musique trop cérébrale laissant peu de place à l'impulsion, alors que les membres d'Arcade Fire ont mois de notions théoriques mais le courant passe et ils font de l'excellente musique.

En écoutant Les chemins de verre, je crois sincèrement que Karkwa n'a rien à envier à Arcade Fire, ni à aucun autre groupe d'ailleurs. Bon. Vous savez déjà que je suis une grande admiratrice du groupe et oui, j'ai dit récemment que j'étais certaine d'adorer cet album... et c'est le cas. Mais j'ai tout de même attendu trois semaines avant de me prononcer (à quoi servirait un blogue s'il y avait des dates limites?). C'était une nécessité après un album aussi renversant que Le volume du vent.

Cette fois, Karkwa a misé sur la spontanéité en enregistrant une chanson par jour, dans un superbe manoir en banlieue parisienne (!), en faisant confiance à leur complicité, leur créativité et leur talent. Je crois que c'est ce qui fait de cet album une réussite; en plus de faire évoluer leur son avec un savoir-faire sans bornes, les gars ne tombent pas dans la facilité, ils osent prendre des risques en modifiant complètement leur façon de travailler et en se plaçant en zone d'inconfort.

Aucune poésie ne me bouleverse autant que la leur, mais cette fois, on navigue dans des textes moins imagés, plus enracinés et une musique parfois plus expérimentale qu'ultimement rock avec La piqûre, 28 jours, Le bon sens et Les enfants de Beyrouth. Agréable surprise: Julien Sagot, percussionniste de la formation, qui autrefois se camouflait derrière ses longs cheveux, a fait un bond en avant-plan avec des percussions très créatives (feu, bouteilles, road case, kalimba) et avec Au-dessus de la tête de Lilijune qui fait rêver. Enfin, les pulsations de leur musique, toute en nuances et planante, la grosse guitare électrique et la douce voix de Louis-Jean Cormier nous rappellent que Karkwa est tout de même resté Karkwa

François Lemay de Bande à Part et Olivier Robillard Laveaux de Voir préfèrent Les chemins de verre à Le volume du vent. Je n'ai toujours pas décidé. Je crois toutefois qu'il y avait une suite logique entre les deux et que Karkwa amène la musique québécoise à un niveau jusque là jamais atteint. Bref, ils n'ont pas terminé de nous étonner, de nous émouvoir et nous faire planner. Maintenant, je n'ai qu'une seule envie: les voir sur scène! Les gars se payent quelques mois de vacances, peut-être les verrons-nous en automne? Je suis déjà impatiente!

Publié par Annie, le lundi 19 avril 2010

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

"[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.