Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

lundi 30 novembre 2009

Nouvelles pousses du Québec

En 2009, le vent du Nord ne nous a pas rapporté que les charmantes ritournelles de Cœur de pirate. Derrière cet arbre au joli minois, se cache une forêt de jeunes pousses talentueuses qui s’expriment également en français, et ce dans des styles musicaux très diversifiés. Pour vous aider à rentrer dans le bois, voici un podcast musical de 45 minutes, soit onze titres incontournables de cette nouvelle génération passionnante.

On commence fort mais en douceur avec la voix planante chargée de soul d’Alexandre Désilets, orfèvre d’une pop ciselée teintée d’électronique et d’influences post-rock. Apesanteur maintenue avec la chanson « Le plus beau rêve » de Yann Perreau qui nous emmène ici vers des sommets. On enchaîne avec « Brindilles » du dernier album de Jérôme Minière qui délaisse quelque peu ses aventures electro pour nous présenter des chansons sans artifices. Surgit alors « L’éponge », parfait exemple de la chanson electro-pop défendue par La Patère Rose, généreuse en bidouillages et clins d’œil poétiques. Arrive l’instant de goûter à Chocolat dont le plaisir d’écoute est immédiat. On se surprend alors à rêvasser aux Byrds, aux Beatles, ou encore à Dylan. Réveil sucré et amer, ensuite, avec la pop symphonique et l’interprétation habitée de Pierre Lapointe. On garde le cap sur l’énergie avec Malajube qui, au fil des albums, confirme un dynamisme communicatif hors du commun. Sensations rock prolongées à l’écoute de « Cette bête » du groupe Bonjour Brumaire qui se revendique, à juste titre, des traditions nord-américaines et anglo-saxonnes. Ah, quel bonheur d’être soudain happé dans l’univers country-folk, lo-fi et nonchalant du trio Avec pas d’casque. Puis, c’est un vent de fraîcheur qui nous prend par la main pour nous chanter une histoire faussement enfantine et loufoque. Il s’agit bien sûr de Tricot-machine, duo de choc «homme/femme» dont la musique oscille entre perles pop et folk songs tendrement acides. Pour boucler cette balade en musique, il fallait un morceau lumineux. Le choix s’est porté tout naturellement sur « Le compteur » du groupe Karkwa, détenteur des secrets d’une pop fouillée et accessible.

Et voilà. Maintenant, n’hésitez plus ! Partez à la découverte des nombreuses autres pépites de ces artistes inspirés venus tout droit du Québec.

Les onze titres du podcast :

00:00 - Alexandre Désilets : «Trafic aérien» de l’album « Escalader l’ivresse »
05:05 - Yann Perreau : « Le plus beau rêve » de l’album « Un serpent sous les fleurs »
09:00 - Jérôme Minière : « Brindilles » de l’album « Cœurs »
13:25 - La Patère Rose : « L’éponge » de l’album « La Patère Rose »
18:01 - Chocolat : « Albertine » de l’album « Piano élégant »
20:35 - Pierre Lapointe : « Le magnétisme des amants » de l’album « Sentiments humains »
23:33 - Malajube : « 333 » de l’album « Labyrinthes »
27:40 - Bonjour Brumaire : « Cette bête » de l’album « De la nature des foules »
34:06 - Avec pas d’casque : « Apaiser le singe » de l’album « Dans la nature jusqu’au cou »
38:46 - Tricot Machine : « L’ours » de l’album « Introduction au Tricot Machine »
41:09 - Karkwa : « Le compteur » de l’album « Le volume du vent »

Durée totale : 46:23

Podcast réalisé par Guillaume Duthoit et Philippe Gondry

Sur le site de la Mediathèque de la communauté française de Belgique

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

"[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.