Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

samedi 31 octobre 2009

Leçon de rock


Au Québec, 2008 a sans contredit été l’année Karkwa. Le groupe art rock planant de Montréal né il y a 10 ans se réinvente avec Le volume du vent, un troisième album atmosphérique qui les mène en France ce printemps.

Quand on a formé Karkwa en 1998, on était loin de se douter que le groupe existerait encore aujourd’hui”, raconte Stéphane Bergeron, batteur et membre fondateur de Karkwa. Comme plusieurs groupes et artistes québécois reconnus, le quintette a vu le jour à l’occasion de « Cégeps en spectacle », un concours qui oppose chaque année les jeunes performeurs des différents Cégeps (ndlr : équivalent des premières années de Fac) du Québec. La victoire à cette compétition a d’ailleurs permis aux étudiants en musique de traverser l’océan une première fois pour jouer à Belfort.

Et pourtant, quand on fait la rétrospective de l’an dernier, on constate non seulement que Karkwa “rocke” toujours, mais – et surtout – qu’il a totalement volé la vedette dans tous les galas musicaux, sur les ondes et dans les salles de spectacle de la province. Le groupe qui s’est démarqué sur la scène rock underground avec « Le pensionnant des établis » (2003) et « Les tremblements s’immobilisent » (2005) a effectué avec « Le volume du vent » (2008) une percée remarquable jusqu’aux radios commerciales, et ce, sans conformer son style musical à des standards plus “accessibles”. Karkwa a d’abord raflé les deux plus prestigieux trophées du « Gala de l’alternative musicale indépendante du Québec » (GAMIQ), artiste et auteur-compositeur de l’année, puis remporté les quatre Félix pour lesquels il était en nomination au « Gala de l’ADISQ » (groupe, auteur/compositeur, album alternatif et vidéoclip de l’année).

Est-ce vraiment possible de triompher avec un même album aux GAMIQ, cérémonie underground et sorte de contre-ADISQ, et à la cérémonie mainstream, rendez-vous des Céline Dion et autres artistes consacrés ? Serait-ce un (bon) signe que le grand public s’ouvre aux musiques émergentes ? “On a totalement l’impression d’être entre les deux scènes en ce moment. On est contents d’être où l’on est et on aime résonner des 2 côtés. Je ne pense pas qu’on pouvait rêver mieux, même si ça crée un sentiment très étrange.” Louis-Jean Cormier, chanteur et guitariste de la formation, semble encore étonné du vent Karkwa qui souffle au Québec. “Par contre, je trouve que le milieu underground montréalais est parfois très fermé. Il est certain que tous les artistes rêvent que leur projet fonctionne vraiment. Je ne crois pas que personne puisse dire qu’il s’en fiche!” Stéphane, le batteur, s’anime un peu lui aussi : “On se fait souvent demander à présent si Karkwa est alternatif, underground ou pop… Êtes-vous encore un groupe émergent ? Moi je me demande si on parle de ma musique, du nombre de disques vendus, de ma démarche artistique ou de mes Félix ? Si notre rock était devenu de la pop-bonbon commerciale, je comprendrais et je serais forcé d’admettre que nous avons pris une tangente commerciale. Mais là ? Il s’agit bel et bien du même album !”

Kar-quoi?

Karkwa est avant tout un projet musical collectif, celui de Louis-Jean Cormier (paroles, voix, guitare), Stéphane Bergeron (batterie), François Lafontaine (claviers), Martin Lamontagne (basse) et Julien Sagot (percussions, voix). Plutôt qu’un chanteur vedette accompagné de ses musiciens, c’est aussi l’un des rares “vrais” groupes de musique où les compétences de chaque membre sont mises en avant. Sur scène, la synergie de Karkwa est d’autant plus remarquable qu’ils offrent des spectacles puissants où l’ambiance va du rock enlevé aux chansons plus douces et ambiantes. Le groupe s’impose comme un laboratoire créatif où l’on crée et interprète collectivement de la “chanson rock atmosphérique”, pour reprendre l’expression de François. ”Quand on compose dans le local, chacun apporte quelque chose d’important. C’est ce qui donne le son qui nous est propre. Karkwa, c’est cinq gars avec cinq backgrounds différents, qui travaillent ensemble et parviennent tout de même à un résultat homogène.” Mais avant d’atteindre cette unité de son et au le style bien particulier que l’on retrouve sur leur troisième album « Le Volume du vent », ils ont dû bosser fort.

Aux dires de Stéphane, il était difficile au départ d’intégrer à la musique de Karkwa les influences très diverses de chacun : “J’arrivais dans le groupe avec des influences plus punk, mais quand on s’est connus, j’étais dans une période latino-américaine. J’habitais avec un percussionniste qui faisait de la musique cubaine et je pense que ça s’entend sur le premier album !” François, de son côté, a été disquaire pendant plus de 10 ans et révèle s’être nourri d’absolument tout, de la musique expérimentale au jazz, en passant par le classique et le rock. Plus “smooth”, Louis-Jean cite surtout l’influence du folk américain : “Au début, il y avait vraiment de tout dans l’album et parfois dans une même chanson ! Je pense qu’avec le temps, on a réussi à développer notre son. Il faut dire que l’on se prête beaucoup de musiques… Je pense qu’il y a juste Julien d’un peu à part ; il arrive avec des choses étonnantes qu’on ne connaît pas, de la musique de l’île Maurice, par exemple. Il achète toujours des albums que l’on n’achèterait jamais, comme du gospel !”

Mais Radiohead demeure le groupe auquel Karkwa a le plus souvent été comparé ces dernières années. Il semblerait que ce soient surtout les médias qui en ont remis, peut-être parce qu’ils avaient de la difficulté à cerner le style qui caractérise le groupe. Loin d’en être vexé, Stéphane nuance toutefois ce qui unit la bande de Thom Yorke et Karkwa : “On ne peut pas nier ce qui relie les deux. C’est sans doute le côté atmosphérique qui nous rejoint le plus. À la sortie du deuxième disque, on entendait souvent ce commentaire et on était un peu surpris parce que, tout en admirant beaucoup Radiohead, on n’en avait vraiment pas beaucoup écouté durant cette période-là. Beaucoup de musique électronique, du folk, Sufjan Stevens… plusieurs musiques différentes. Et quand on dit Radiohead, il faut préciser lequel !”

“Rocker” en français

Et la chanson francophone dans tout ça ? “J’aime beaucoup l’écriture de Fred Fortin, Mara Tremblay, Philippe B. et Urbain Desbois”, dit Louis-Jean, qui signe la majorité des textes du groupe. Stéphane cite aussi Fred Fortin, mais ajoute Galaxie 500, Malajube et les Breastfeeders, des groupes de la scène émergente franco du Québec qui ont effectué une belle percée ces dernières années. Selon Louis-Jean, sa génération “est très florissante en ce qui a trait à la culture, à la création. On a tous le même âge, mais on fait des choses très différentes. Je ne veux pas dire que nous sommes meilleurs que les autres générations ! Simplement que c’est une excellente chose qu’il y ait autant de projets intéressants. Le succès de la scène locale est évidemment moussé par des ambassadeurs comme Arcade Fire ou The Dears, pour ce qui est du buzz de l’indie rock montréalais.”

Côté musique française, on parle surtout de Noir Désir, qui comme Karkwa allie un son rock à des textes en français. “C’est un band rock avec une plume hallucinante” estime François, “je ne connais pas tellement de groupes français de ce genre !” » Tout comme le claviériste, Louis-Jean s’étonne du nombre de groupes rock qui adoptent l’anglais plutôt que leur langue maternelle : “Cela me surprend toujours de participer à des shows de rock en France et d’être parmi les seuls à faire du rock en français.” François ajoute : “On dirait que dès qu’un groupe veut rocker, il choisit l’anglais… Je ne vois aucun problème avec le rock en français. Chanter dans ta langue, celle où tu es à l’aise, ça peut être intéressant ! Ça enrichit ta musique.” A l’issue de son second album « Les tremblements s’immobilisent », Karkwa a tourné en France avec Mickey 3D. Sur ce disque paru au Québec en 2005, les gars ont pu compter sur la collaboration de nulle autre que Brigitte Fontaine sur la pièce “Red light” : “On connaissait la voisine de Brigitte Fontaine à Paris. Alors, on l’a appelée et on lui a demandé de lui faire parvenir une lettre que j’avais naïvement écrite chez moi. Dedans, je lui demandais tout simplement de prêter sa voix au projet. Et elle a accepté !” se souvient Louis-Jean. “C’est quand on est partis en avion pour la rencontrer que j’ai vraiment réalisé ce qui arrivait ! On est arrivés au rendez-vous dans un resto et la situation faisait très « Pulp Fiction ». Brigitte était au bout d’un corridor, avait une petite coupe de cheveux à la japonaise. C’était un beau moment, une bonne leçon de rock.” Une leçon de rock ? “Oui, elle a fait les pistes directement. Ensuite on a organisé ça, c’était un peu un fouillis, mais en même temps elle avait tellement d’attitude. C’est ça le rock!” Karkwa a d’ailleurs remis ça live aux Vieilles Charrues, où Brigitte Fontaine est venue interpréter la pièce avec eux.

Volume du vent, pouls de la ville

Après avoir reçu le prestigieux « Prix Félix-Leclerc de la Chanson » en 2006, le son et les textes du groupe se sont resserrés et affinés pour donner « Le Volume du vent », un troisième album plus abouti ; une collection à la fois planante et musclée de treize pièces que Louis-Jean considère comme “des tableaux illustrant le stress, la ville, le trafic, le temps qui passe vite”. Un groupe “urbain” ? “On est peut-être les plus régionaux des urbains”, plaisante Stéphane en faisant référence au fait que la plupart des membres proviennent de l’extérieur de Montréal. Lui-même est originaire de la ville de Québec et Louis-Jean, de Sept-Îles (850 kms au nord de la métropole). “Nous nous sommes formés à Montréal, alors que je venais d’arriver en ville. Ca a été au départ tout un choc culturel pour moi (l’ampleur de la ville, le béton…)” relate Louis-Jean. “Peut-être que le fait de venir de l’extérieur nous donne un regard différent sur la ville”, propose Stéphane. “Mais je ne sais pas ce que signifie au Québec faire de la musique urbaine ! …Étrange ? …Métissée ? Alors oui, Karkwa fait partie de cela.”

Karkwa se distingue par la qualité de ses arrangements, un son rock orchestral et des voix juxtaposées traitées comme des instruments, que l’on retrouve aussi, mais différemment, chez Malajube. Chantées ou murmurées, les paroles de Louis-Jean s’intègrent harmonieusement aux guitares et claviers dominants, parfois accompagnés de chœurs. Le groupe propose aussi des harmoniques et des envolées lyriques en crescendo qui lui donnent son ton aérien. Leur récent album contient la pièce “Oublie pas”, qui a valu à ses compositeurs Louis-Jean et François le Prix de la chanson ÉCHO, remis chaque année par la SOCAN (Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) pour rendre honneur à la chanson la plus créatrice et artistique de l’année. “Le compteur”, qui inaugure le disque, et “Échapper au sort” (dont le vidéoclip a été primé à l’ADISQ) sont aussi deux pièces très représentatives des qualités de l’album. “Celle dont je suis le plus fier est sans doute “La façade”, estime François. “Je la trouve très bien rendue : ce que cette chanson promettait, nous avons réussi à lui donner. C’est pour moi un moment fort du disque et elle fonctionne super bien live.»

En tournée depuis l’an dernier, Karkwa traverse l’océan à l’occasion du lancement de son album en France. “Nous sommes déjà allés jouer en Europe à quelques reprises, mais ce sera la première fois qu’on restera un moment. À 18 ans, j’ai pu découvrir la France et niveau première expérience, c’était vraiment super!”, se souvient Louis-Jean. “Mais il faut plus que cela pour maintenir quelque chose et faire de belles rencontres avec la scène locale.” Ça promet donc pour des découvertes… et peut-être de nouvelles collaborations? Le groupe a déjà plusieurs pièces inédites en poche et poursuit son travail d’innovation. À la fois québécois et international, Karkwa n’a pas fini de renouveler la chanson et le rock francophones.

www.karkwa.com
Marie-Hélène Mello, Longueur d'Ondes
Photos Michel Pinault

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

"[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.