Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

dimanche 31 juillet 2011

Inoubliable Karkwa

Photo : Karkwa © Charles William Pelletier/Agence QMI

Rare groupe francophone parmi la programmation d’Osheaga, Karkwa s’y produisait également pour la toute première fois. «À soir, on joue à domicile!» a largué d’entrée de jeu le chanteur, Louis-Jean Cormier, visiblement ravi.

La chaleur était peut-être accablante, mais les rythmes planants du groupe ont transporté en apesanteur les spectateurs, massés dans le peu d’ombre qu’on retrouvait près de la scène.

Frôlant l’expérimental, Karkwa a huilé la machine avec Échapper au sort, tirée de l’album Le volume du vent. Après L’acouphène tranquille, où la voix de Cormier à l’avant-plan a supplanté des rythmes éthérés mais non moins vibrants, l’énergie s’est décuplée grâce à Le pyromane.

Porté par cette vibe, Cormier, comme le reste de la bande d’ailleurs, s’est complètement déchaîné sur la pièce titre du dernier opus, Les chemins de verre. Le bon sens et Marie, tu pleurs, elles, se sont faites un peu plus oppressantes avant que le groupe ne conclue le tout sur l’organique Oublie pas. Inoubliable Karkwa!

Exrait de l'article : "OSHEAGA JOUR 2 Elvis Costello: un vieux routier parmi la jeunesse indie" de Marie-France Pellerin / 7Jours, 2011-07-30

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

"[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.