Retrouvez les news sur SCOOP.IT !

dimanche 6 novembre 2011

Karkwa enthousiasme le Divan du Monde

La salle est désormais comble alors que Karkwa vient radicalement changer le ton de la soirée. Aussi bavards et détendus que les deux formations précédentes étaient restées fermées sur elles-mêmes, Karkwa plaisante joyeusement : « Occupy Paris !», lancent-ils en référence au mouvement de contestation pacifique qui a saisi les grandes capitales ces dernières semaines.

Pour le coup, Karkwa est le groupe typique qui ne peut qu’enthousiasmer en festival. Tandis que les autres formations montréalaises de la soirée s’apprécient davantage en version studio, allongé sur un canapé, Karkwa a la force de ceux qui ont tout pour séduire : albums, voix, textes, lives, ils sont parfaits dans tous les domaines. Pas étonnant qu’ils aient remporté le Prix Polaris l’an passé (Meilleur album de l’année au Canada) puis le Juno de l’album francophone de l’année en 2011, ou qu’Arcade Fire les aient embarqués en tournée pour assurer leur première partie, « malgré » la langue de leur chansons.

« On chante en français, contrairement à la plupart des groupes français, donc ne vous inquiétez pas si vous vous surprenez à comprendre quelque chose », ironise d’ailleurs Louis-Jean Cormier, avant d’enfoncer le clou un peu plus tard en remerciant « d’acheter de la musique en français ». Il faut les écouter, ces textes intelligents, modernes et poétiques, étonnamment sombres ou au contraire, lumineux. Même si, en concert, ce n’est pas forcément la meilleure façon de goûter ses trésors.

Il n’empêche, découvrir Karkwa en live, c’est avant tout tomber en amour à vie tant ces cinq là parlent à la tête, au ventre, aux oreilles bien sûr, mais aussi au cœur. Et ça change tout. Car on pourrait parler de la musique du groupe pendant des heures (des comparaisons avec un certain style radioheadien, de ce rock atmosphérique qui transporte, des harmonies vocales magnifiques, des claviers ensorcelés de François Lafontaine ou d’une section rythmique basse – batterie – percussions d’exception), on n’aurait encore rien dit sans distinguer la formidable (et contagieuse) bonne humeur qui règne pendant leurs sets.

Généreux, habités, attentifs les uns aux autres autant qu’à un public qu’ils prennent à partie constamment, les Karkwa sont aussi doués qu’ils donnent l’impression d’être heureux, et c’est magnifique. La performance scénique, il faut le dire, est assez fantastique. Transcendé par une énergie inépuisable, le leader du groupe marque le rythme des morceaux de tout son corps, comme pour des danses rituelles, en même temps qu’il affiche une belle complicité avec chacun des membres du groupe pour finalement venir en extrême bordure de scène afin d’inclure la salle dans son cercle.

Abattues les barrières, la distance artiste / public, les chevilles boursouflées : les Karkwa sont aussi impressionnants en live qu’ils sont souriants, désarmants de simplicité et d’humilité. De fait, on se sent forcément à l’aise, comme si ce concert était celui de bons potes qui revenaient jouer dans le garage familial après une explosion à l’international.

Ils sont rares, ceux à qui il suffit d’une fois pour donner l’impression qu’on les connaît depuis toujours. Ils sont précieux, les Karkwa, à donner l’envie d’une distribution générale de « Free Hugs ». Et l’on voudrait tellement qu’ils ne s’arrêtent jamais de jouer, ces gens qui ont le don de rendre la vie plus belle, qu’on a envie de pleurer à la fin de ces si petites foutues trente minutes, passées si vite qu’on les a à peine vues. Alors quoi ? Pas de 28 jours ? Pas de final sur Le vrai bonheur ? On les aime tant les Karkwa, qu’on voudrait les empêcher de rentrer dans leur Amérique tellement, tellement loin de notre si petit et si étriqué Hexagone. Ne pourrait-on vraiment pas les kidnapper tout à fait ? Ne jamais les rendre ?

Extrait de l'article de "Montréal « occupy[ing] Paris » et son Divan du Monde, Festival Inrocks Black XS" 03.11.2011 par Isatagada, photo: Mauro Melis, mise en ligne le Dimanche 6 novembre 2011 sur Discordance

Suivre les nouvelles par courriel

Messages les plus consultés

"[Karkwa] qu'on en dise" le cap des 40 000 visiteurs a été dépassé le 21 juin 2011 alors que Karkwa performer à Paris pour le cinquantième anniversaire de la délégation générale du Québec à Paris.

Je remercie tous ceux qui ont trouvé,
depuis avril 2008, intérêt à visiter ces pages dédiées à mes amis de Karkwa et aux musicien(ne)s et musiques qui leur sont proches.

Rendez-vous est pris pour le 50000 éme visiteur ! :-)

Avertissement: Ce blog à pour but de regrouper et archiver les articles parus sur le net à propos de Karkwa. Il est fait par amitié pour les membres du groupe et leur entourage. Les liens vers les sites et articles d'origine sont faits, les auteurs sont cités lorsque possible. Si quiconque se sentait lésé dans ses droits, il n'aurait qu'a me contacter pour que je puisse remédier à la situation.